Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans
Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans

Aston Martin DB1 - 2 Litres Sports Le Mans

Fabriqué sur commande pour l'anglais Robert Lawrie, explorateur et gentleman driver, le châssis AMC/49/5 a été livré en juin 1949 avec beaucoup de modifications pour la&n...

Aston Martin

Histoire

Histoire de la Aston Martin DB1 - 2 Litres Sports Le Mans

Fabriqué sur commande pour l'anglais Robert Lawrie, explorateur et gentleman driver, le châssis AMC/49/5 a été livré en juin 1949 avec beaucoup de modifications pour la compétition, dont une carrosserie légère et un moteur de course "Spa Replica" (SPA/49/3), une spécification qui allait rendre cette Aston Martin unique. Avant son engagement au Mans, Robert Lawrie était un alpiniste accompli, mais il est devenu extrêmement connu dans le monde de l'exploration pour ses talents de bottier. Pendant plus de 50 ans, Lawrie a fourni du matériel d'alpinisme spécialisé à toutes les expéditions britanniques (y compris la première ascension réussie de l'Everest) et a donné son nom à un glacier de l'Antarctique.

Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans

Lawrie s'est longtemps intéressé au sport automobile et, au fil de ses visites au Mans, s'est lié d'amitié avec des membres de l'ACO. Connaissant son désir d'y participer un jour, l'ACO invita Lawrie à participer à l'édition de 1949, bien qu'il ne soit pas titulaire d'une licence de compétition et qu'il n'ait pas de voiture appropriée. Ne se laissant pas arrêter par ces petits détails, Lawrie approcha Aston Martin au Salon de l'automobile de Londres pour commander une voiture spécialement pour la compétition et demanda au Royal Automobile Club une licence pour participer aux 24 Heures du Mans, une demande qui surpris beaucoup de monde. Le RAC accepta finalement. En compagnie de son ami le Dr Richard Parker, également pilote amateur, les deux hommes se sont inscrits comme privés aux côtés des DB de l'équipe usine. Malgré son manque d'expérience, l'approche de Lawrie était tout sauf amateur, avec des visites régulières chez Aston Martin et l'aide de Sammy Davis, un des Bentley Boys, pour l'aider à se préparer au grand défi que sont les 24 Heures du Mans. La grande ambition de Lawrie était de terminer les premières 24 Heures du Mans d'après-guerre. Il abandonna donc tout espoir de podium et conduisit de manière conservatrice. Lawrie conseilla à Parker : "drive with a frame of mind that you are trying to keep a dinner date rather than running in a Grand Prix" - conduire comme si vous deviez absolument arriver à un diner plutôt que de courir un Grand-Prix. Grâce à une excellente préparation et à une attitude mature, Lawrie et Parker ont mené une course sans incident, la DB1 terminant 11e au classement général, un résultat qui aurait pu être meilleur si Parker n'avait pas fait un arrêt superflu, voulait faire à Lawrie l'honneur de franchir la ligne d'arrivée. Cette DB1 était l'une des deux seules Aston Martin à terminer l'épuisante course de 1949, faisant d'elle la deuxième Aston Martin de David Brown à franchir la ligne d'arrivée au Mans. Après la fin de la course, Lawrie et Parker ont été chaleureusement félicités par le président français, Vincent Auriol, avant de prendre le long chemin du retour, au volant de la DB1, pour une longue tournée au Royaume-Uni.

Après son succès au Mans, la DB1 retourna à l'usine où elle fut modifiée aux spécifications de série, y compris l'installation d'un pare-brise complet, mais en conservant ses pistons de type course et son capot central unique du Mans, avant d'être rendue à Lawrie en septembre 1949. La fiche technique de l'Aston Martin spécifiait que le deuxième propriétaire fut M. C. Redhead ; c'est très probablement lui qui a amené la DB1 chez Aston Martin en 1953 pour moderniser le moteur et pour un changement de couleur du vert Suffolk à l'actuel bleu Botticelli. C'est à ce moment qu'elle reçut l'installation du moteur actuel (VB6B/50/51), un six cylindres en ligne de 2,6 litres développé d'abord par W.O. Bentley pour Lagonda (ce qui a incité David Brown à acheter toute la société) avant d'être utilisé pour la DB2. Dans les années 1970, la DB1 fut acquise Julian Booty et fut repeinte en vert Suffolk. Booty prit la décision de la repeindre en bleu Botticelli et cette peinture est toujours présente sur la DB1 aujourd'hui.

Après être passée entre les mains de nombreux propriétaires, dont Robert Edwards, la voiture fut acquise en 1991 par Colin Gordon en Nouvelle-Zélande. En 1994, il pensait avoir vendu la DB1 à un riche acheteur japonais ; cependant, une fois la voiture expédiée au Japon, elle fut volée sur le quai, terminant chez un patron de Yakuza. Pendant plus d'une décennie, M. Gordon a tout essayé pour reprendre possession de sa voiture, y compris se rendre au Japon et rencontrer le voleur, en vain. Finalement, en 2007, un tribunal a établi son droit de propriété et il a pu revendre la voiture, cette fois-ci à un acheteur plus réputé. Plus récemment, la DB1 fut proposée à la vente RM Sotheby's de Monterey en 2017. Estimée entre $1,050,000 et $1,300,000, elle ne trouva finalement pas preneur.

Images

Aston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le MansAston Martin DB1 -  2 Litres Sports Le Mans

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture