Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Bugatti Type 37

Si on voulait résumer rapidement et de façon presque caricaturale la Bugatti Type 37, on dirait que c’est une Bugatti Type 35A mais avec u...

Bugatti
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Les versions de ce modèle

Histoire de la Bugatti Type 37

Si on voulait résumer rapidement et de façon presque caricaturale la Bugatti Type 37, on dirait que c’est une Bugatti Type 35A mais avec un moteur réduit de moitié. Elle apparaît en Novembre 1925. Le châssis, la carrosserie et la transmission sont les mêmes sur les 35 et 37. Les roues sont les mêmes, à rayon, que celles de la 35A et différent des superbes jantes emblématiques de la 35.

Mais le moteur est une vraie nouveauté. C’est vraiment un demi 8 cylindres, mais celui de la 35 est de trop petite cylindrée pour servir de base. On part de celui de la Type 28. A l’arrivée le 4 cylindres fait 1496 cm³ et développe tout de même 60 chevaux. Il garde en effet quelques raffinements, l’arbre à came en tête et les trois soupapes par cylindres.

Forcément la voiture est moins véloce que la Type 35, mais son poids est aussi réduit. 150 km/h en pointe, c’est bien assez !

L’avantage de la Bugatti Type 37 au final, cela va être sa cylindrée. Avec moins de 1.5 litres, elle remplace la vieillissante Brescia en course. Forcément la Bugatti Type 37 ne remporte pas de grandes courses, face à des autos plus puissantes. Elle se classe néanmoins régulièrement dans les 15 premières des grandes courses internationales telles que les 24h de Spa, les Grand Prix d’Allemagne ou la Targa Florio.

On notera notamment la victoire d’une auto au Grand Prix de l’ACF 1928 dans sa catégorie.

A partir de 1927, Bugatti a sorti une Type 35 C, qui garde le 8 cylindre et lui ajoute un compresseur. La recette est bonne et la firme alsacienne va l’adapter à son moteur 4 cylindres. La puissance grimpe alors à 90 ch et la vitesse de pointe frôle les 190 km/h.

Ces belles performances vont se prouver en compétition. Les Bugatti Type 37A brilleront derrière les Type 35, sauf… en Italie ! Le 9 Septembre 1928, le monégasque Louis Chiron va imposera sa machine à Monza pour le Grand Prix d’Italie. C’est la seule victoire d’une 37 sur un Grand Prix du championnat du monde.

La production des Type 37 et Type 37A s’arrêta en 1931. 286 autos sortirent des usines, dont 86 dans la version compressée.

Certes l’auto est restée dans l’ombre de la mythique Type 35 sur la piste. Mais ses résultats en course et au final ses performances et sa particularités font qu’il ne faut pas la réduire à une simple Type 35 “downsizée”.

Source : https://newsdanciennes.com/2017/05/28/bugatti-type-37-plus-quune-petite-type-35/

Photo Crédits : https://rmsothebys.com/