Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Ferrari 250 PF Coupe

En vente chez Straderial
PSD
...

Ferrari
Mecanicus
Home
Informations
Galerie
Vidéos

🇫🇷 Cinq ans après son lancement, la Ferrari 250 a déjà connu plusieurs évolutions, qu’elles soient sportives comme les 250 S puis MM, ou plus huppées comme la 250 GT cabriolet de Farina. La 250 GT coupé Pininfarina, qui repose sur le châssis d’empattement le plus long, est présentée au salon de Milan en 1958. Plusieurs prototypes furent produits, et même vendus, avant que la production du coupé GT ne démarre vraiment en 1958 dans la nouvelle usine de Pinin Farina à Grugliasco. C’est le modèle dont le processus de fabrication sera le plus proche de ce qu’on peut appeller « fabrication en série ». Il est à noter que c’est durant cette période que le nom de l’entreprise devient « Pininfarina », écrit en un seul mot. La Ferrari 250 GT Coupé marque une nouvelle étape pour Maranello. Avec une production qui ne va ensuite cesser de croître, elle s’impose comme un best seller (350 exemplaires) pour le petit constructeur. Le crayon de Pinin Farina séduit toujours plus de clients, et de constructeurs. Ainsi, après l’avoir consulté pour sa 403, Peugeot confie le dessin de sa berline 404, lancée en 1960, au maître italien. Les plus fins observateurs ne manqueront donc pas de trouver quelques similitudes entre ce coupé Ferrari 250 et la sage berline sochalienne ou sa déclinaison coupé… mais la comparaison s’arrête ici. Toutefois, les succès de Peugeot confirment à Enzo Ferrari qu’il a trouvé en Farina un styliste qui sait parler au plus grand nombre d’acheteurs, avec des automobiles au style particulièrement séduisant. L’intérieur tout de cuir rouge tendu est luxueux et superbement fini. Le petit volant 3 branches en aluminium et bois est à lui seul un objet d’art symbolisant toute une époque.Le V12 tipo 125, une nouvelle fois réalésé, fournit désormais 240 chevaux à 7000 tr/mn de ses 3 litres de cylindrée gavés par 3 carburateurs Weber. Les performances de la 250 sont spectaculaires, avec par exemple un 0 à 100 km/h chronométré en 6″7 et une vitesse de pointe de 240 Km/H. La plupart des concurrentes directes sont dépassées, Jaguar XK ou Aston Martin DB4, car la Ferrari est la plus légère : environ 1100 Kg.

A partir de 1959 Ferrari lance la 250 GT/E, un coupé 2+2, qui vient s’ajouter dans l’usine de Farina. Puis la 250 GT coupé est progressivement remplacée à partir de 1962 par la 250 GT Lusso (pour « Luxe »), aussi appellée GT/L. Elle confirme le positionnement de Ferrari vers une clientèle toujours plus large, à la recherche de performances mais sans les contraintes extrêmes d’une vraie voiture de course comme la 250 GTO.

🇬🇧 Five years after its launch, the Ferrari 250 has already undergone several evolutions, whether they be sporty like the 250 S then MM, or more upscale like the 250 GT convertible by Farina. The 250 GT Pininfarina coupe, which rests on the longest wheelbase chassis, was presented at the Milan Motor Show in 1958. Several prototypes were produced, and even sold, before production of the GT coupe really started in 1958 in the new Pinin Farina plant in Grugliasco. It is the model whose manufacturing process will be closest to what can be called « mass production ». It should be noted that it was during this period that the name of the company became « Pininfarina », written in one word. The Ferrari 250 GT Coupé marks a new stage for Maranello. With a production that will not stop growing, it has established itself as a best seller (350 copies) for the small manufacturer. Pinin Farina’s pencil is attracting more and more customers and manufacturers. Thus, after consulting it for its 403, Peugeot entrusted the design of its 404 sedan, launched in 1960, to the Italian master. The finest observers will therefore not fail to find some similarities between this Ferrari 250 coupe and the wise Sochalian sedan or its declination coupe … but the comparison stops here. However, Peugeot’s successes confirm to Enzo Ferrari that it has found in Farina a stylist who can speak to the greatest number of buyers, with cars with a particularly attractive style. The interior, all in stretched red leather, is luxurious and beautifully finished. The small 3-spoke steering wheel in aluminum and wood is in itself a work of art symbolizing an entire era.The V12 tipo 125, once again reamed, now supplies 240 horsepower at 7,000 rpm from its 3 liters of displacement fed by 3 Weber carburetors. The performance of the 250 is spectacular, with for example a 0 to 100 km / h timed in 6 « 7 and a top speed of 240 km / H. Most of the direct competitors are exceeded, Jaguar XK or Aston Martin DB4, because the Ferrari is the lightest: around 1100 Kg.

From 1959 Ferrari launched the 250 GT / E, a 2 + 2 coupe, which was added to the Farina factory. Then the 250 GT coupé was gradually replaced from 1962 by the 250 GT Lusso (for « Luxe »), also called GT / L. It confirms Ferrari’s positioning towards an ever wider clientele, looking for performance but without the extreme constraints of a real racing car like the 250 GTO.

Informations principales

MarqueFerrari
Année1959
Kilomètres
Prix

Partenaire

Straderial