Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline
Citroën DS -  21 Berline

Citroën DS - 21 Berline

Entre 1965 et 1973, c’était donc la DS 21 qui représentait le sommet de la gamme DS, après dix années d’un moteur unique. Ce chiffre, le 21, est un peu usurpé d’ailleurs car il ne ...

Citroën

Histoire

Histoire de la Citroën DS - 21 Berline

Entre 1965 et 1973, c’était donc la DS 21 qui représentait le sommet de la gamme DS, après dix années d’un moteur unique. Ce chiffre, le 21, est un peu usurpé d’ailleurs car il ne représente pas la cylindrée réelle du bloc retravaillé et caché sous ses entrailles : la logique aurait voulu qu’elle se nomme DS 22 vus ses 2175 cc ! Il devait sans doute y avoir une volonté, à l’époque, de rester dans les chiffres impairs, car au même moment, la DS 19 voyait son moteur passer à 1985 cc tout en restant appelée 19 A : une incongruité qui sera corrigée en 1968, devenant DS 20 tandis que la DS 21 restait à son chiffre impair, allez savoir pourquoi !

Citroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 Berline

Lorsque la DS 21 apparaissait pour le millésime 1966, elle dépassait la barre symbolique des 100 ch (109 chevaux SAE, soit 100 ch DIN) : un détail pas si anodin, mais aussi un bond en performances, rendant la DS un peu plus raccord avec son image moderne et fluide. Dès lors, la « course à la puissance » (somme toute modeste) n’allait jamais cesser. En 1968, la DS 21 voit son 4 cylindres atteindre les 115 ch SAE (106 ch DIN).

Certes la DS 21 se distinguait par une recherche de performance malgré la base antique de sa motorisation, mais elle n’en oubliait pas son statut de « voiture de prestige » que les commandes de l’Elysée ou des grands patrons de l’époque renforçaient encore. Il s’agissait du top de l’offre DS, avec phares additionnels sur les versions d’avant septembre 1967 (les phares restaient à la même inclinaisons pour éclairer droit), et quelques petits détails technologiques (la distance de freinage au compteur, le témoin d’usure des freins). Elle disposait en outre de l’option cuir qui permettait à la DS d’entrer dans le monde du luxe, et de l’option boîte automatique à partir de 1968 (une Borg-Warner à 3 vitesses pas des plus fiables).

Source : Paul Clément Colin pour Boitier Rouge / Carjager

Images

Citroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 BerlineCitroën DS -  21 Berline

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture