Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Citroën Traction Avant - 11CV Berline (11BL)

La 11 Légère et sa caisse tout acier, c'est 1060 kg tout mouillé, soit environ 40 kg de gagnés sur celle que l'on appelle par opposition la 11 « Large ». La différence n'est fin...

Citroën
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

La 11 Légère et sa caisse tout acier, c'est 1060 kg tout mouillé, soit environ 40 kg de gagnés sur celle que l'on appelle par opposition la 11 « Large ». La différence n'est finalement pas bien grande, mais fait progresser le rapport poids/puissance de… 23.9 à 22.6 kg/ch. Car le 1911 cm3 qui l'anime ne développe que 46 chevaux en 1935. Il gagnera 10 chevaux en 1939 sur la version Performance, puis encore quelques chevaux au compte-goutte pour culminer à 60 chevaux à partir de 1955, soit un peu plus de 17 kg/ch. Des chiffres d'une autre époque !

Difficile de parler de performances : le constructeur ne communiquait à l'époque que la vitesse maximale de ses modèles, sans révéler les chiffres d'accélération, tandis que de nos jours, personne ne cherche à brutaliser son vénérable exemplaire pour en chronométrer les capacités… En fonction des années, la vitesse maximale passera progressivement de 110 à 125 km/h. Ces chiffres étaient assez intéressants à la sortie de la 11 Légère mais sont ensuite rentrés dans le rang : au bout de 22 ans de carrière la concurrence avait eu le temps de progresser, notamment en matière aérodynamique !

A l'intérieur, la 11 Légère est très représentative d'une auto sortie dans les années 30, notamment avec son très grand volant, son compteur central et son levier de vitesses en forme de cuillère à moutarde. L'habitacle est étroit, les petites vitres y apportent une ambiance assez intimiste, et l'équipement se montre assez sommaire. Le pare-brise qui s'entrebâille a aussi son charme, et le tout fait complètement craquer l'automobiliste actuel.

Nous ne reviendrons pas en détail sur les éléments qui permettent de reconnaître les différents millésimes de 11 Légère. Les phares sont au départ à vitre plane puis bombée. Les volets d'aération du capot sont d'abord à ouverture parallèle, puis inversée, puis remplacée par des ailettes fixes. Les fins pare-choc arrondis du début sont remplacés par de plus gros éléments droits. Enfin, le coffre plat a été remplacée par une véritable malle plus logeable… Certaines, les versions Performance apparues en 1939, disposent même de splendides roues Pilote. A vous de choisir la version qui vous plait le plus !

A notre époque, rouler en Traction se mérite. D'abord car la belle commence à se faire rare, et que ça côte augmente doucement mais sûrement. A la conduite, il en est de même : le premier rapport n'est pas synchronisé et il faut bien connaître la bête pour repasser à la volée en 1° lorsque c'est nécessaire. Le freinage n'est bien entendu pas assisté. S'il reste relativement efficace malgré ses 4 tambours, il demande une certaine force pour appuyer sur la pédale. Mais surtout… il y a la direction. Elle n'est pas seulement très lourde : le rayon de braquage médiocre oblige à manipuler le volant de manière répétée !

Elle sera produite de 1937 à 1940 puis de 1946 à 1955.

Source: http://www.autoweb-france.com