Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione

Ferrari 250 GT California - LWB Competizione

Sur l'insistance des distributeurs nord-américains Luigi Chinetti et John van Neumann, Ferrari ajoute un roadster de haute performance épuré à sa gamme début 1958. Appelée à ju...

Ferrari

Histoire

Ferrari 250 GT California LWB Competizione

Sur l'insistance des distributeurs nord-américains Luigi Chinetti et John van Neumann, Ferrari ajoute un roadster de haute performance épuré à sa gamme début 1958. Appelée à juste titre la 250 GT California, sa conception et ses spécifications étaient plus proches de celles des voitures de compétition Ferrari que celles des 250 GT Coupé et Cabriolet également offertes à l'époque. On retrouve Pininfarina au dessin et Scaglietti pour la construction de la carrosserie du roadster, le même procédé que les autos de compétition.

Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione
Ferrari 250 GT California  -  LWB Competizione

Comme toutes les Ferrari de production de l'époque, la California était construite autour d'un châssis tubulaire en acier à section elliptique. La suspension était assurée par des doubles bras triangulaires à l'avant et un essieu arrière actif. Des freins à tambour ont été installés à l'avant et à l'arrière. Bien que dépourvue de la plupart des équipements de luxe, la California a été construite sur commande et parmi les options, il y avait le choix de la mélodie du moteur. En version " standard ", la belle V12 était bonne pour environ 240 ch, mais il était également possible d'équiper des moteurs de 280 ch, conformes aux spécifications de la compétition.

Comme mentionné précédemment, la carrosserie du roadster a été conçue par Pininfarina, mais comme toutes les Ferrari de compétition, elle a été construite par Scaglietti. Le design élégant peut être commandé avec des phares couverts ou ouverts. Alors que les premières California étaient équipées de carrosseries tout acier, Scaglietti pouvait également habiller la voiture d'une carrosserie légère en aluminium. Sous cet aspect, la California était une voiture de compétition redoutable, comme l'ont souligné Richie Ginther et Howard Hively, qui ont terminé neuvièmes et premiers de leur catégorie aux 12 Heures de Sebring 1959.

Bien que très chère et destinée aux clients les plus fortunés de Ferrari, elle n'était pas particulièrement luxueusement équipée. Par exemple, la voiture n'était pas livrée avec un toit rabattable comme le Cabriolet de série, bien que Ferrari ait offert un toit rigide. Alors qu'Enzo Ferrari hésitait, cette finition à nu a été réalisée à la demande de Chinetti et Van Neumann, qui étaient confiants qu'un roadster très pur et très rapide trouverait suffisamment de clients, tout comme la 356 Speedster de Porsche.

Le moteur était le même que celui de la 250 Tour de France, avec jusqu'à 240 ch (237 ch ; 177 kW) à 7000 tr/min et un couple maximal de 265 N⋅m (195 lb⋅ft ; 27 kg⋅m) à 5000 tr/min, à partir d'un moteur V12 Ferrari Colombo à SACT 2 soupapes par cylindre 60º à aspiration naturelle, à 2 953 cc (3,0 L ; 180,2 po3), équipé de 3 carburateurs Weber. Tous utilisaient le châssis long de 2 600 mm (102,4 po) et les pneus Pirelli Cinturato 185VR16 (CA67) étaient de série.

Production

Châssis : 1451GT

Grâce à Luigi Chinetti, cette California a été livrée neuve à Bob Grossman, gentleman racer. Destinée à être utilisée sur la piste, elle a reçu une carrosserie en alliage. Peu de temps après avoir pris livraison, Grossman l'a engagé pour lui et Fernand Tavano aux 24 Heures du Mans. Ils ont terminé cinquièmes au classement général et premiers de la classe. Grossman a ensuite piloté 1451GT jusqu'à la saison 1960. Plus tard dans la décennie, il céda la voiture et elle changea plusieurs fois de mains avant d'être achetée par Jon Masterson au début des années 1980. Au cours des 20 années suivantes, Masterson a beaucoup couru avec l'auto en Europe. En 2007, elle a été vendue aux enchères. Au début des années 2010, elle a fait l'objet d'une restauration complète et a retrouvé sa configuration lors de sa victoire au Mans en 1959. En 2017, il a été mis en tête d'affiche de la vente de la RM Sotheby's New York - Icons.

Châssis : 1487GT

Passée par Luigi Chinetti, 1487GT participa à plusieurs courses aux USA d'abord avec Henry E. Mergner (son premier propriétaire), puis notamment entre les mains de Pedro Rodriguez qui remportera deux victoires à son bord en 1961 au Mexique. L'auto passa la plus grande partie de sa vie aux USA, faisant une petite pige au Royaume-Uni avant d'y retourner. 

Châssis : 1603GT

Cette voiture en alliage est l'une des toutes dernières 250 GT California construites sur le châssis long. En tant que telle, elle intègre de nombreuses caractéristiques des voitures à empattement court qui ont suivi. Il s'agit notamment du tout dernier moteur Tipo 168, d'une puissance d'environ 275 ch, et des freins à disque Dunlop. 1603GT a été livré neuve à l'Américain George Reed par Luigi Chinetti Motors. Fondateur de RRR Racing, Reed a participé régulièrement à des compétitions nationales et internationales de la fin des années 1950 au début des années 1960. Il a fait débuté sa California à la prestigieuse Nassau Speed Week, fin 1959. La voiture a ensuite été engagée dans les 12 Heures de Sebring, où Reed a partagé le volant avec Alan Connell. Comme les freins à disque de la voiture n'étaient pas encore homologués, elle n'a pas pu rouler dans la catégorie GT mais a quand même terminé cinquième au classement général et troisième de sa catégorie. Reed et Connell se sont classés loin devant les deux autres California et auraient facilement remporté la catégorie GT. Reed continuera à courir sur le châssis 1603GT avec brio jusqu'à la fin de la saison 1964.

Peu de temps après avoir retiré la voiture des courses contemporaines, Reed a vendu la California à un passionné du Wisconsin. Avant la fin de la décennie, elle fut acquise par un autre collectionneur du même état, qui a stocké l'auto. Elle a finalement été retrouvée en 1984 par le collectionneur Brian Brunkhorst, qui l'a confié à Wayne Obry's Motion Products pour une restauration complète. Finie en bleu foncé avec un intérieur bronze, elle a été présentée pour la première fois à la 25e réunion annuelle du Ferrari Club of America en 1989, où elle a reçu un prix de première classe. Parmi les propriétaires ultérieurs se trouvaient les collectionneurs Michael Mak et Todd Morici. Ce dernier a piloté la voiture lors de diverses épreuves avant de la repeindre dans la livrée des 12 Heures de Sebring 1960. A cette époque, elle fut également entièrement certifiée par le département Ferrari Classiche. La voiture a ensuite été vendue au propriétaire actuel en 2010, qui a demandé à Bob Smith Coachworks d'effectuer une restauration cosmétique. Par la suite, elle fut notamment récompensée lors du Cavallino Classic 2011. Avec sa carrosserie en alliage, ses phares couverts, sa transmission de compétition et son historique en compétition, elle pourrait bien être la plus désirable de toutes les California.

Châssis : 1615GT

Images

Ferrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB CompetizioneFerrari 250 GT California  -  LWB Competizione

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture