Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 250 S - Vignale Berlinetta

Basée une fois de plus sur les plans de Gioachino Colombo développé par Aurelio Lampredi, la Ferrari V12 était une V12 de trois litres a...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 250 S Vignale Berlinetta

Basée une fois de plus sur les plans de Gioachino Colombo développé par Aurelio Lampredi, la Ferrari V12 était une V12 de trois litres avec carrosserie de Vignale et Touring. Dix-neuf années cinquante-deux se sont avérées une excellente année pour Ferrari avec Bracco qui a réalisé une magnifique performance sur le Passo della Futa pour remporter les Mille Miglia et Ascari 1952 sur le circuit le plus rapide du Mans... Les améliorations constantes apportées à la 250 Sport au cours de sa carrière ont finalement conduit à la construction de la 250MM.

Histoire 

La première voiture de course de série de Ferrari, la 166 MM, a été introduite fin 1948. Dans les années suivantes, le modèle a évolué en 195 Sport, 212 Export, 225 Sport et finalement 250 MM. Pour ceux qui connaissent la nomenclature Ferrari, il n'est pas surprenant que chacune de ces voitures ait eu une version légèrement plus grande du moteur Colombo V12. A partir du 166 MM avec une cylindrée de 2 litres (une cylindrée unitaire de 166 cm3), la cylindrée du moteur est passée à 3 litres (250 cm3) en l'espace de cinq ans. Le châssis est resté pratiquement inchangé, tandis que les différents carrossiers ont ajouté beaucoup de variété.

Les origines du moteur à arbre à cames en tête unique remontent à 1946, date à laquelle Gioacchino Colombo a écrit ses plans. Avec le Grand Prix en tête, le déplacement initial n'était que de 1500 cc. Dans la forme Naturally Aspirated, les grands succès ont été remportés lorsque la V12 a été augmentée à deux litres avec des victoires au Mans et dans les Mille Miglia. Ce gain de cylindrée a été obtenu en augmentant à la fois l'alésage et la course à 60 mm et 58,8 mm respectivement. L'alésage continuerait de croître, mais la course resterait la même dans toutes les applications futures du moteur Colombo.

La première évolution a eu lieu en 1950 avec le déplacement porté à 2,3 litres sur quatre 166 MM existantes pour créer la 195 S. L'année suivante, l'alésage a été porté à 68 mm pour un volume balayé d'un peu moins de 2,6 litres. Monté sur le châssis de la 212 Export, il a permis d'obtenir une puissance de 150 ch. Au total, 27 exemples ont été construits et, au cours de l'année, on a pu constater un changement dans le choix du carrossier favorisé. Tous les 166 MM, sauf cinq, ont été carrossés par Touring, mais moins la carrozzeria milanaise a travaillé sur moins de la moitié des 212. Vignale de Turin a traité autant de voitures que Touring et cette tendance se poursuivra avec le prochain client Ferrari en course.

En 1951, il y a également eu une légère évolution dans la conception du châssis. Le cadre tubulaire à section elliptique d'origine a été remplacé, pour quelques modèles choisis, par un cadre tubulaire de plus petit diamètre avec des entretoises transversales supplémentaires. Connu sous le nom de'Tuboscocca', le nouveau châssis était légèrement plus léger et plus rigide. Ce qui est resté le même, c'est l'empattement très court, la suspension avant à double triangulation avec ressort à lame transversal et l'essieu arrière moteur. La puissance d'arrêt était fournie par des freins à tambour tout autour et les chevaux du moteur étaient transférés aux roues arrière par une boîte de vitesses à cinq rapports.

La concurrence d'autres constructeurs ainsi que des voitures Ferrari Works de plus grande cylindrée s'était vraiment intensifiée au début des années 1950. Les petites voitures des clients étaient maintenant rarement en lice pour des victoires générales dans les grandes épreuves, mais elles sont restées très compétitives dans les courses locales, en particulier en Italie. En 1952, les cylindres ont été alésés de 2 mm supplémentaires, ce qui a porté la cylindrée à 2,7 litres. La compression a également été augmentée, ce qui a permis de porter la puissance à 210 ch pour la 225 S. À l'exception d'une seule Barchetta Touring, toutes les voitures à moteur de 2,7 litres ont été carrossées par Vignale.

L'augmentation annuelle de la cylindrée de la Ferrari a pris fin cette année-là. Les ingénieurs de l'entreprise ont opté pour un alésage et une course de 73 mm et 58,8 mm respectivement, ce qui a donné un déplacement de 2953 cc. Ce moteur a d'abord été monté sur la Mille Miglia 1952 qui a remporté 250 S et qui a servi de base à toute une gamme de Ferrari de route et de voitures de course qui ont remporté toutes les grandes courses. Ainsi, les 166 MM, 195 S, 212 Export et 225 S n'ont pas seulement été un succès commercial et concurrentiel pour la jeune entreprise, ils ont également jeté les bases d'un très bel avenir pour Ferrari.

Châssis : 0156ET

En 225 S, il s'agit de la toute première Ferrari équipée d'une version trois litres du moteur Colombo ou V12 "short block". L'unique'250 S' a été revêtue par Vignale d'un coupé avant d'être confiée à Giovanni Bracco et Alfonso Rolfo pour le Mille Miglia 1952. Face à une très forte opposition, les œuvres soutenues par l'inscription ont réussi à remporter l'événement sans appel. Pour marquer cette victoire, la version de série de la Ferrari de compétition de trois litres, lancée en 1953, a été baptisée la 250 MM. Après sa victoire aux Mille Miglia, la 250 S a été largement disputée par une succession de pilotes de renom dont les pilotes d'usine Alberto Ascari et Luigi Villoresi.

Le châssis 0156ET a mis fin à sa carrière de pilote de course contemporain à la fin de 1954, lorsqu'il est retourné à l'usine. En 1955, il a été vendu aux États-Unis. Un propriétaire subséquent a montré la voiture à Pebble Beach en 1974, remportant un deuxième prix dans la catégorie. Une décennie plus tard, il a également participé aux Monterey Historics. Après un passage en Suède, elle a finalement été rachetée par la fin des années 1990 par Lorenzo Zambrano. Il a fait restaurer la voiture dans sa configuration originale par Steve Tillack. Depuis, elle a été présentée et a fait l'objet d'une campagne régulière lors d'événements partout en Amérique du Nord.