Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 275 GTB/C

Pour la saison 1964, un remplacement de la 250 GTO était prévu pour la catégorie GT. La première offre de Ferrari a été la 250 LM à moteur c...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 275 GTB Competizione

Pour la saison 1964, un remplacement de la 250 GTO était prévu pour la catégorie GT. La première offre de Ferrari a été la 250 LM à moteur central, mais en raison du nombre limité de véhicules construits, la FIA a refusé de l'homologuer pour les courses de GT. Le peu de temps disponible a forcé Ferrari à continuer la course avec une version légèrement révisée de la GTO. Une nouvelle carrosserie avec des éléments inspirés de la 250 LM a été montée sur quatre anciens châssis et trois nouveaux châssis ont été construits et équipés d'une carrosserie style 64. La 250 GT a montré son âge et a été battue à plusieurs reprises par les Shelby Cobra Daytona.

Lorsque Ferrari a lancé le remplacement de la 250 GT, la 275 GTB, il était logique que le nouveau bolide GT soit dérivé de ce modèle. Cependant, la popularité des courses de GT s'est estompée lorsque l'attention du monde s'est tournée vers la catégorie prototype dans laquelle Ferrari était confrontée à la concurrence féroce de Ford, de sorte que la version compétition de la 275 GTB n'était pas une priorité. Un lot de quatre voitures de course légères spéciales a été construit, mais ces voitures ont rencontré des difficultés d'homologation ; son faible poids par rapport aux voitures de route a été le plus gros des problèmes. Après que le poids a été considérablement augmenté, les quatre ont été homologués à la fin de 1965. Après les problèmes avec les quatre Ferrari spéciales, Ferrari a décidé de construire une version de compétition qui n'a été que légèrement modifiée et pesait autant que la 275 GTB régulière à nez court. De ce nombre, un lot de 11 voitures a été construit, facilement identifiables par des évents supplémentaires situés derrières les roues arrières.

Nous en arrivons maintenant à la troisième série de la compétition 275 GTBs et les seuls connus sous le nom de 275 GTB/C. Douze exemplaires ont été construits entre la fin de la série de production de 275 GTB et le début de la série de 275 GTB/4. Même si elle ressemblait beaucoup à la 275 GTB de route, pas un seul panneau de carrosserie n'était le même et sous la carrosserie légère, très peu d'éléments rappelaient la voiture de route.

Mauro Forghieri a conçu une version légère spéciale du châssis 275 GTB. Une suspension régulière a été installée, mais elle a été légèrement raidie par l'ajout de ressorts supplémentaires. Scaglietti a doté le châssis d'une carrosserie en aluminium ultra fine, dont les panneaux étaient environ deux fois moins épais que ceux de la GTO et de la Cobra. Même en s'appuyant sur la 275 GTB/C, la carrosserie était bosselée et toute la partie arrière était renforcée de fibre de verre pour éviter qu'elle ne fléchisse au moindre choc. Dans tout cela, l'accent mis sur l'économie de poids a fait une différence de plus de 150 kg par rapport aux voitures de route à carrosserie en alliage.

Comme les quatre spéciales, la 275 GTB/C était propulsée par le moteur 250 LM. D'une certaine manière, Ferrari a "oublié" de mentionner au conseil d'administration que la 275 GTB avait une option à six carburateurs, de sorte que seul un moteur à trois carburateurs pouvait être homologué. Pour le 275 GTB/C, Weber a construit le carburateur 40 DF13, dont trois remplaceront les six 38 DCN de la 250 LM. Le reste du groupe motopropulseur était similaire à celui de la 275 GTB, mais s'est légèrement renforcé.

Deux des douze autos construits ont été vendus pour être utilisés dans la rue. Contrairement aux voitures de course, ces tramways étaient équipés de jantes en alliage chaussés de pneus Pirelli. Les voitures de compétition ont été équipées de roues à rayons Borrani spéciales, chaussées de pneus de course Dunlop les plus récents. C'est cette combinaison qui allait devenir le point faible de la 275 GTB/C ; les pneus avaient tellement d'adhérence qu'ils pouvaient surcontraindre et casser les rayons des roues. Après la 275 GTB/C, aucune Ferrari de compétition ne sera à nouveau équipée de roues à rayons.

Sur la piste, la 275 GTB/C s'est révélée être la digne héritière de la 250 GTO. De nombreuses victoires de classe ont été remportées et les 275 GTB/C ont été engagées en courses aux Etats-Unis jusqu'en 1975. Conçue pour les courses d'endurance, Elle a battu de nombreux prototypes beaucoup plus rapides et puissants simplement en fiabilité. Parmi les victoires obtenues, citons les victoires de classe au Mans en 1967 et, pour souligner sa longue carrière, une victoire de classe lors des 1000 km de Spa en 1969.