Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 275 GTS

La version Spyder de la 275 GTB conçue par Pininfarina partageait la même suspension arrière indépendante et la même boîte de vitesses montée à l'ar...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 275 GTS

La version Spyder de la 275 GTB conçue par Pininfarina partageait la même suspension arrière indépendante et la même boîte de vitesses montée à l'arrière. La V12 est à nouveau équipée d'un système de lubrification par carter humide, mais le moteur développe environ 20 ch de moins ; compte tenu du type de voiture et de sa clientèle cible, le couple et la souplesse sont privilégiés par rapport à la puissance maximale. Alors que la 275 GTB portait des jantes en alliage, la GTS était équipée de roues à rayons, ce qui lui donnait un look plus élégant.

Histoire 

La 275 GTS spider a été présentée aux côtés de la 275 GTB au Salon de Paris 1964, marquant le retour d'un modèle ouvert au catalogue Ferrari après près de deux ans, depuis l'arrêt de la production de 250 GT California début 1963.

La disposition mécanique était très similaire à celle du modèle berlinetta, mais les vêtements du corps Pininfarina étaient complètement différents. De même, alors que la carrosserie berlinetta conçue par Pininfarina a été construite au Scaglietti de Modène, celle de spyder a été construite à l'usine Pininfarina de Turin, avant d'être livrée entièrement rognée à l'usine Ferrari pour le montage des composants mécaniques.

La 275 GTS avait des lignes plus douces et plus conservatrices que sa cousine berlinetta, avec des échos du nez californien de la 250 GT California, avec une calandre encastrée peu profonde, presque rectangulaire, un pare-chocs pleine largeur avec des chevalets simples, et des phares ouverts dans les creux peu profonds. La ligne de l'aile avant est ensuite revenue pratiquement en ligne droite dans la cabine, avant de remonter légèrement dans les ailes arrière qui sont ensuite tombées dans le panneau arrière arrondi avec des feux enveloppants horizontaux et des pare-chocs de custode avec des pare-chocs recouverts de caoutchouc. Lorsque la 330 GT 2+2 a été redessinée en 1965, elle a reçu un traitement de nez pratiquement identique et, en même temps, les 275 GTS et 330 GT 2+2 ont vu leurs onze grilles d'aération des ailes avant remplacées par une triple grille, avec une mince bordure en aluminium poli aux bords avant, supérieur et inférieur. Le capot rabattable se trouvait dans un évidement à l'arrière de la cabine lorsqu'il était abaissé, et il était muni d'un couvercle à clipser dans cette position.

Châssis

Les carrosseries étaient montées sur le même châssis à empattement de 2400 mm que le 275 GTB avec les numéros de référence d'usine 563, toutes les carrosseries étaient numérotées dans l'ordre impair du numéro de châssis, et comme pour le 275 GTB, elles étaient disponibles en version conduite à droite ou à gauche. Les roues standard étaient des roues à rayons Borrani tout au long de la période de production.

Un toit rigide est devenu disponible en option au cours de la production, mais il était rarement fourni, ce qui est rare aujourd'hui. Les premières voitures de la série ont été équipées d'un siège passager "double", un siège très large pour deux personnes, mais cette idée a rapidement été abandonnée au profit d'un siège standard à deux places.

Moteur

Le moteur était le même que celui de la 275 GTB, un seul arbre à cames en tête par banc V12, avec référence usine 213, d'une capacité de 3286cc, avec un alésage et une course de 77mm x 58.8mm. Il a été équipé d'une batterie de trois carburateurs Weber 40 DCZ/6 ou 40 DFI/1 à double starter, avec un double bobinage et un système d'allumage du distributeur monté à l'arrière du moteur, pour produire 260 ch, soit environ 20 ch de moins que le berlinetta, ce qui confirme que le modèle était plus restreint que celui de berlinetta. De même, il partageait la même configuration de transmission et de suspension que le berlinetta, une boîte-pont à cinq vitesses et une suspension indépendante aux quatre roues, bien qu'il n'ait jamais reçu l'arrangement final de transmission rigide à tube de couple. La période de production s'étend de la fin de 1964 jusqu'au début de 1966, dans la gamme de numéros de châssis 06315 à 08653.