Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 308

La Ferrari 308 GTB berlinetta et la Targa 308 GTS sont des voitures de sport biplaces V8 à moteur intermédiaire, fabriquées par la société italienne Ferr...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 308 GTB

La Ferrari 308 GTB berlinetta et la Targa 308 GTS sont des voitures de sport biplaces V8 à moteur intermédiaire, fabriquées par la société italienne Ferrari de 1975 à 1985. La 308 a remplacé la Dino 246 GT et la GTS en 1975 et a été mise à jour comme la 328 en 1985. Les 208 GTB et GTS similaires étaient équipées d'un moteur plus petit, d'abord atmosphérique, puis turbocompressé de deux litres, et vendues principalement en Italie.

La 308 avait un châssis tubulaire avec corps séparé. Les 308 GTB/GTS et GT4 étaient mécaniquement similaires, et partageaient aussi beaucoup de choses avec le Dino original. Les deux 308 sont assises sur la même plate-forme tubulaire, mais la GT4, qui est une 2+2, a un empattement plus long. Le moteur était un V8 de configuration à 90 degrés, avec deux arbres à cames en tête entraînés par courroie par rangée de cylindres. Il était monté transversalement à l'unité avec l'ensemble de transmission de la boîte-pont, qui se trouvait en dessous et à l'arrière du puisard du moteur. Tous les modèles utilisaient une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports "dog-leg" entièrement synchronisée et un différentiel à glissement limité de type embrayage. La suspension était entièrement indépendante, composée de doubles bras triangulaires, de ressorts hélicoïdaux coaxiaux et d'amortisseurs hydrauliques, ainsi que de barres antiroulis sur les deux essieux ; des freins à disque aux quatre roues étaient également montés. La direction n'était pas assistée par pignon et crémaillère.

Le corps de la 308 a été conçu par Leonardo Fioravanti de Pininfarina, qui avait été responsable de certaines des formes les plus célèbres de Ferrari à ce jour, comme le Daytona, le Dino et le Berlinetta Boxer. La 308 a utilisé des éléments de ces formes pour créer quelque chose de très différent de l'anguleux GT4 conçu par Bertone. Les modèles GTS étaient dotés d'un panneau de toit amovible au fini noir satiné grainé, qui pouvait être rangé dans une housse en vinyle derrière les sièges lorsqu'ils n'étaient pas utilisés.

308 GTB / GTS

La Ferrari 308 GTB à la Pininfarine a été présentée au Mondial de l'Automobile de Paris en 1975 en complément de la 2+2 Dino 308 GT4 en forme de Bertone et en remplacement direct de la 2 places Dino 246.

Son moteur F106 AB V8 était équipé de quatre carburateurs Weber 40DCNF à double étrier et d'un allumage à simple bobinage. Les versions européennes produisaient 255 ch (188 kW ; 252 ch) à 6 600 tr/min (zone rouge à 7 700 tr/min), mais les versions américaines sont tombées à 240 ch (177 kW ; 237 ch) à 6 600 tr/min grâce aux dispositifs antipollution. Les voitures de spécification européenne utilisaient une lubrification à carter sec. Les voitures destinées aux marchés australien, japonais et américain ont été équipées d'un moteur à carter humide classique de la GT4.

L'un des aspects notables de la 308 GTB était que, bien que toujours construite par la Carrozzeria Scaglietti, sa carrosserie était entièrement en plastique renforcé de verre (ou GRP), permettant un poids très léger de 1.050 kg (2.315 lb). Cela a duré jusqu'en juin 1977, date à laquelle la 308 a été remplacée par des carrosseries en acier, ce qui a entraîné une augmentation du poids total d'environ 150 kg (331 lb).

Des jantes en alliage de 14 pouces à cinq rayons étaient de série, tandis que des jantes de 16 pouces ont été proposées en option sur la 328, avec un système d'échappement sport, des pistons à haute compression et un arbre à cames à grande levée.

Lors du Salon de l'automobile de Francfort en 1977, la 308 GTS coiffée d'une targa a été présentée. Toutes les GTS utilisaient un moteur à carter humide et avaient une carrosserie en acier. Les modèles GTB européens ont conservé la lubrification à carter sec jusqu'en 1981.

Il y a eu 3219 GTS et 2897 GTB de 1975 à 1980. Seulement 808 de la version en fibre de verre (vetroresina en italien) ont été fabriqués. 

En 1980, l'injection mécanique mécanique Bosch K-Jetronic a été proposée, conduisant aux 308 GTBi et GTSi ; les émissions ont diminué, au prix d'une baisse de puissance à 214 PS (157 kW ; 211 ch) sur les modèles européens et 205 ch (151 kW ; 202 ch) sur les modèles fédéralisés. L'injection de carburant a été couplée à un allumage électronique Marelli MED 803A Digiplex Digiplex, comprenant une bobine, un distributeur et un module d'allumage pour chaque groupe de cylindres.

A l'extérieur, la voiture était identique à la 308 GTB/GTS, à l'exception de roues métriques de conception légèrement différente, équipées de pneus Michelin TRX radial - Michelin XWX sur roues de 16 pouces était en option. À l'intérieur, l'horloge et l'indicateur de température de l'huile ont été déplacés vers la console centrale ; il y avait aussi un nouveau volant noir avec trois rayons perforés et des sièges d'un dessin différent.

494 GTBis et 1743 GTSis ont été produites avant que le modèle ne soit remplacé par la 308 Quattrovalvole en 1982.

308 Quattrovalvole

Deux ans plus tard, au Mondial de l'Automobile de Paris en 1982, Ferrari lance la 308 quattrovalvole, en GTB et GTS. Le principal changement par rapport à la 308 GTBi/GTSi, ce sont les quatre soupapes par cylindre - d'où son nom, quattrovalvole, littéralement "quatre soupapes" en italien - qui repoussent à 240 ch (179 kW) la puissance et qui restaurent une part des pertes de puissance au niveau du contrôle des émissions.

Le nouveau modèle se reconnaissait à l'ajout d'un mince panneau à lamelles dans le couvercle avant pour faciliter l'évacuation de l'air vicié du radiateur, de rétroviseurs à commande électrique portant un petit badge Ferrari en émail, d'une grille de radiateur redessinée avec feux de route rectangulaires de chaque côté et de répéteurs latéraux rectangulaires (à la place des rond). L'habitacle a également fait l'objet de quelques améliorations mineures, comme un volant noir satiné à trois rayons avec centre triangulaire ; les centres des sièges en tissu sont devenus disponibles en option pour remplacer le cuir intégral standard. Les options disponibles comprenaient de la peinture métallisée, un aileron avant profond, la climatisation, des roues plus larges, des roues Speedline de 16 pouces avec pneus Pirelli P7 et une voilure de toit noire satinée (de série sur les modèles du marché japonais).

Mis à part les culasses à 32 soupapes à DACT, le moteur V8 était essentiellement du même design que celui utilisé dans le modèle 308 GTSi. Le déplacement total était de 2 927 cc (2,9 L ; 178,6 po cu), avec un alésage x course de 81 mm × 71 mm (3,19 po × 2,80 po). La puissance de sortie des voitures de spécification européenne était de 240 ch (237 ch ; 177 kW) à 7000 tr/min et 260 N⋅m (192 lb⋅ft) à 5000 tr/min de couple, tandis que pour les versions américaines, elle était de 233 ch (230 ch ; 171 kW) à 6800 tr/min et 255 N⋅m (188 lb⋅ft) à 5500 tr/min. Les rapports de transmission et de transmission finale étaient modifiés pour correspondre aux caractéristiques modifiées des 4 multivannes par cylindre moteur. Un autre avantage important des quatre têtes de soupapes QV a été le remplacement des soupapes au sodium de modèles non QV dont on sait qu'elles se sont rompues au niveau du joint entre la tête et la tige. L'injection de carburant Bosch K-Jetronic et l'allumage électronique Magneti Marelli Digiplex ont été repris du GTBi/GTSi. Tous les exemples du marché américain ont été équipés de convertisseurs catalytiques.

La 288 GTO introduite en 1984 est considérée comme la première supercar Ferrari. La 288 reprend en grande partie le style de la 308 GTB QV européenne de l'année précédente, 1983 : elle est également propulsée par un V8 de 2,8 litres (mais avec turbocompresseurs), elle conserve les lignes générales de carrosserie avec des passages de roues allongés, différents aérateurs latéraux et un spoiler arrière plus grand, un empattement plus long (127 mm) et un châssis central tubulaire à châssis spatial.

En 1985, Ferrari lance la 328, qui remplace la Quattrovalvole. Entre 1982 et 1985, le modèle a été produit dans un total de 3042 GTS et seulement 748 GTB exemples.

208 GTB / GTS

En 1980, Ferrari lance une version deux litres des 308, 208 GTB et 208 GTS. Bien que principalement pour le marché intérieur italien, où les voitures neuves avec des moteurs de plus de 2 litres ont été soumises à une taxe sur la valeur ajoutée beaucoup plus élevée, 38% au lieu de la norme de 18%. Ils ont également été répertoriés en Nouvelle-Zélande.  La 208 GTB/GTS remplace la 208 GT4 2+2. Elle est souvent considérée comme la Ferrari la plus lente jamais construite, mais elle s'est révélée plus rapide que la 208 GT4 Bertone lors d'un test en 1980 par le magazine américain Motor Trend.

Le moteur a été alésé à 68,8 mm (ce qui lui donne une conception sous carrée) pour une cylindrée totale de 1 990,64 cc (121 po3), ce qui en fait l'un des plus petits moteurs V8 jamais produits. Alimenté par quatre carburateurs DCNF Weber 34, le V8 développe 155 ch (114 kW ; 153 ch) à 6800 tr/min.160 208 voitures GTS et 140 208 GTB ont été produites en 1980 et 1981.

208 GTB / GTS Turbo

En 1982, la 208 208 de deux litres a été remplacée par une version turbocompressée et à injection de carburant, la 208 GTS turbo, dévoilée au Salon de Turin.C'était la toute première Ferrari de route turbocompressée.

Le moteur du 208 a reçu un seul turbocompresseur KKK avec soupape de décharge, injection Bosch K-Jetronic et allumage électronique Marelli. L'induction forcée a augmenté la puissance à 220 CV (162 kW ; 217 ch) à 7000 tr/min. Une version GTS a été introduite un an plus tard, en 1983.