Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 330 GTO - Berlinetta

La Ferrari 330 GTO aussi appelée 250 GTO 4.0 est une version de la 250 GTO produite en 1962. Sa principale différence avec sa soeur ...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 330 GTO (250 GTO 4.0l) 

La Ferrari 330 GTO aussi appelée 250 GTO 4.0 est une version de la 250 GTO produite en 1962. Sa principale différence avec sa soeur jumelle réside sous le capot ainsi que dans le châssis rallongé.

En 1963, trois nouveaux châssis, similaires mais légèrement plus longs que ceux de la 250, sont assemblés et équipés de moteur de 4.0l pour recevoir ainsi plus de puissance. Esthétiquement, elles sont en tout point similaires aux 250 GTO/62, hormis le capot moteur plus imposant et des phares et feux additionnels.

Les berlinettes de 4 litres ont été construits pour répondre à l'évolution de la réglementation de la FIA. La carrosserie des deux premières était très similaire à celle de la 250 GTO et, en fait, à certains moments, on les appelait même les GTO de 4 litres. Cependant, d'autres modèles ont ensuite été construits avec une carrosserie Pininfarina au style similaire à celui des autres modèles du carrossier turinois et ressemblent à la 250 Lusso sous certains angles, bien que le nez soit plus proche de celui de la 250 GTO. Les 330 LM ont été très utilisées en compétition, notamment aux 24 Heures du Mans, d'où elles tirent le suffixe LM à leur nom.

Histoire

Les changements radicaux des règles ne favorisent généralement pas la force dominante, mais Ferrari n'a pas vraiment souffert lorsque l'organe directeur du sport a décidé d'organiser le Championnat du monde de 1962 pour les voitures homologuées Grand Tourisme au lieu d'utiliser les voitures de sport construites spécialement pour la compétition auparavant. La réponse de Ferrari aux nouvelles règles, la 250 GTO, a remporté les trois championnats suivants et est aujourd'hui considérée comme l'une des meilleures machines jamais construites. L'Automobile Club de l'Ouest n'était pas tout à fait prêt à accepter le règlement et a ajouté une classe spéciale aux 24 Heures du Mans pour les prototypes avec une limite de cylindrée de quatre litres. Bien sûr, la 250 GTO était éligible pour les 24 Heures, mais pour la victoire finale, Ferrari avait besoin de quelque chose de plus puissant.

Heureusement, Ferrari venait de lancer une voiture de série avec un moteur de quatre litres, la 400 SuperAmerica, qui allait servir de base à la nouvelle voiture de course. Il a partagé ses origines de conception Colombo avec le moteur de la 250 GTO et a reçu un traitement similaire de lubrification à carter sec ainsi que six carburateurs Weber. Ces changements ont fait passer la puissance de 340 ch à environ 390 ou 400 ch pour la version compétition. Le puissant V12 a été installé dans deux châssis différents ; le premier suivait la conception des dernières 250 TR et l'autre utilisait un châssis allongé de 250 GTO. Une seule a été produite à partir de la première, qui était connue sous le nom de 330 TRI/LM et trois de l'autre, nommée 330 GTO.

Pour accommoder le plus gros moteur, le châssis a été légèrement allongé par rapport aux 250 GTO de trois litres. Les trois 330 GTO étaient équipées d'une carrosserie de coupé de conception très similaire à la 250. La course plus longue du moteur l'a rendu un peu plus long, ce qui a nécessité un renflement légèrement plus important sur le couvercle du moteur. Sur les trois châssis construits, seulement deux ont fait été engagés en course, mais seulement une sortie chacun. Le premier s'est classé deuxième au classement général et premier de sa catégorie sur les 1000 km du Nürburgring, tandis que l'autre a abandonné au Mans sur des problèmes de surchauffe.

Ce n'était pas encore la fin pour le V12 de quatre litres car en 1963, quatre autres châssis GT étaient équipés du bloc de 400 ch. L'empattement a encore été porté à 2500 mm et une carrosserie Pininfarina très modifiée a été montée par Scaglietti. Le design très attrayant associait le nez de la 250 GTO à un train arrière similaire à celui de la 250 GT Lusso. Pour dégager les pneus arrière plus gros, des sections carrées ont été découpées dans les ailes et recouvertes de panneaux légèrement plus grands, semblables à ceux qui étaient montés sur les Pinin Farina de 250 MM une décennie plus tôt. La nouvelle forme était très efficace et lors des journées d'essais des 24 Heures du Mans de 1963, une "330 LMB" fut la première voiture à franchir la barre des 300 km/h sur la piste à grande vitesse. Par la suite, cette conception a également été adaptée à un châssis de 250 GTO.

L'équipe usine s'étant concentrée sur les nouveaux prototypes à moteur central, trois 330 LMB ont été déléguées à des privés et ont couru un peu partout. Le quatrième exemplaire n'a été utilisé que lors des essais du Mans. Les trois voitures de course ont été inscrites aux 24 Heures de 1963, mais une seule a réussi à atteindre l'arrivée en cinquième position et première de sa catégorie. La même voiture a également remporté une victoire de classe deux mois plus tard dans le Guards Trophy à Brands Hatch. C'est la fin de la brève carrière des GT de quatre litres, surclassées par leurs cousines de 3 litres, beaucoup plus agiles. Bien qu'elles ne soient peut-être pas aussi connues que les 250 GTO, les sept voitures sont très appréciées sur le marché d'aujourd'hui et ont souvent du succès dans les courses historiques.

Production

Seulement trois Ferrari 330 à carrosserie de GTO ont été produites. Deux d'entres elles ont couru en course, mais une des deux fut détruite dans un accident. 

Châssis 3765LM

Elle fut construite spécialement pour les 24 Heures du Mans comme l'atteste son numéro de châssis. Elle abandonna sur une surchauffe moteur à la suite d'un accident.

Châssis 3673SA

Elle a participé aux 1000 km du Nürburgring 1962, mais elle aurait été accidentée par la suite, non loin de l'usine Ferrari. Elle fut reconstruite en Ferrari 400 à carrosserie SWB. Elle a retrouvé une carrosserie de 330 dans les années 80.

Châssis 4561SA

Elle fut commandée et livrée à un industriel français qui n'a pas couru en course avec. Elle possède quelques différences esthétiques avec les deux autres voitures.