Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 330 P4

Habillée d'une robe similaire à celle de la 330 P3, la 330 P4 était motorisée par un douze cylindres en V entièrement redessiné par Franco ...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 330 P4

Habillée d'une robe similaire à celle de la 330 P3, la 330 P4 était motorisée par un douze cylindres en V entièrement redessiné par Franco Rocchi. La modification la plus évidente fut l'introduction d'une culasse à trois soupapes - à deux entrées et une sortie. L'alimentation était désormais assurée par un système d'injection Lucas. Le châssis était légèrement plus court que celui de la 330 P3, et un nouveau système de suspension améliora la tenue de route. La voiture a remporté de nombreuses courses et est entrée dans la légende su sport automobile après son duel contre la Ford GT40.

Histoire 

En 1967, après avoir été largement battu par Ford aux 24 Heures du Mans et malgré l'immense budget du géant américain, Ferrari hésite à abandonner. Les premiers essais avec la remplaçante de la P3 ont lieu en décembre de la même année. En dehors de quelques changements cosmétiques, la grande nouveauté de la P4 était son moteur. D'une cylindrée de 4 litres, il était dérivé du moteur de 3 litres de la F1. La nouvelle culasse à trois soupapes - une d'échappement et deux d'admissions- fut modelée sur celles des voitures de Formule 1 italiennes lauréates du Grand Prix d'Italie. L'injection Lucas fut déplacée : elle se trouvait désormais entre les arbres à cames et non plus entre les rangées de cylindres. Le moteur délivrait près de 450 ch à 8200 tr/min.

Après 560 tours d'essai à Daytona en décembre 1966, la P4 était prête à l'action. Pour les 24 Heures de Daytona, deux des trois P3 furent équipées d'une carrosserie de style P4 et d'un moteur à carburateur Weber. Deux 330 P3 inachevés furent terminées aux mêmes spécifications et baptisés 412 P. Les quatre voitures ont été vendues à des équipes privées, pour soutenir les P4 d'usine.

Tous les essais de Daytona ont porté leurs fruits, puisque Ferrari domina la course, sur les terres de Ford. Les Ferrari triomphèrent avec un triplé (première 0846, deuxième 0856 et troisième place 0844), et, pour souligner la domination de la Scuderia, les trois voitures gagnantes franchirent la ligne d'arrivée côtes à côtes. Les deux premières étaient des P4 et la troisième une P3. Au Mans, Ford fit son retour avec la nouvelle Mk IV et battu les Ferrari, moins puissantes. La fiabilité a encore une fois failli l'emporter sur Ford, mais l'une des deux Mk IV survivantes remporta finalement la course, suivie de près par deux P4. Cette année-là, Ferrari remporta le championnat du monde des voitures de sport, pour la 12e fois en 14 ans.

Les changements de règles à la fin de la saison ont rendu obsolètes les 330 P3, 330 P4 et 412 P. La carrière de l'un des plus beaux prototypes Ferrari a donc été réduite à une seule saison. Deux des 330 P4 furent converties aux spécification "Spyder 350 Can-Am", motorisée par une version légèrement plus puissante du moteur V12 à double arbre à cames. La troisième 330 P4 n'a plus été utilisée.

Seules quatre Ferrari P4 ont été fabriquées : trois nouvelles 330 P4 et un ancien châssis P3 (pour 0846 voir la fiche 330 P3)

Châssis 0856

0856 est le première des trois 330 P4 construites pour la saison 1967. Dotée à l'origine d'une carrosserie de coupé, elle remporta une victoire dans la course des 1000 km de Monza et une troisième place au Mans. Pour la finale de la saison à Brands Hatch, le toit fut enlevé, ce qui fit chuter le poids de la voiture d'environ 40 kg. Elle n'a cependant pas pu faire mieux que la cinquième place. Contrairement aux deux autres P4, le châssis 0856 a été retiré de la compétition et a survécu, conservant un état d'origine remarquable. Ayant fait partie des collections d'Albert Obrist et de Bernie Ecclestone, cette Ferrari inestimable appartient aujourd'hui à un collectionneur canadien, Lawrence Stroll. Lors du Concours d'élégance de Pebble Beach de 2016 et du Goodwood Festival of Speed de 2017, elle a retrouvé un de ses pilotes de l'époque, Jackie Stewart.

Châssis 0858

Deuxième des trois 330 P4 construites avant la saison 1967, cette exemplaire fut engagée quatre fois par l'usine. Elle a terminé deuxième au classement général à Monza et au Mans, où elle a également remporté sa catégorie entre les mains de Mike Parkes et Ludovico Scarfiotti. Après les 24 Heures, elle fut équipée d'une carrosserie de type Barchetta avant le BOAC 500 à Brands Hatch. Plus tard, en 1967, elle fut transformée en 350 Can-Am, avec un moteur plus puissant et une carrosserie allégée. Sous cette forme, elle fut engagée durant trois saisons aux États-Unis, en Australie et en Afrique avec un succès considérable. Elle prit sa retraite à la fin de 1969.

En 1971, le châssis 0858 fut acquis par le collectionneur américain Walter Medlin. Il a fait restaurer la voiture selon les spécifications Can-Am de la fin 1967 au cours des années 1990. Dans les années qui ont suivi, elle n'a été que rarement vue, à l'exception des Monterey Historic Races de 1994. À partir des années 1990, la voiture a été discrètement mise en vente et a également fait l'objet de plusieurs litiges entre Medlin et le fisc, qui a saisi Ferrari au moins une fois. En mai 2009, elle a été consignée à la vente Maranello de RM Auctions, mais les enchères n'ont pas atteint la réserve.

Suite à la vente infructueuse, elle a été restaurée par David Piper dans sa configuration 330 P4 Barchetta pour le concessionnaire Talacrest. Depuis lors, elle a de nouveau été restaurée par Tradex (Franco Meiners) dans sa configuration du Mans, en utilisant plusieurs panneaux originaux trouvés en Italie. Ces travaux ont finalement été achevés au début de l'année 2020 et la voiture fut présentée pour la première fois à Rétromobile.

Châssis 0860 était également à l'origine une Berlinetta puis transformée en Barchetta pour la course de Brands Hatch 1967. Elle fut par la suite, au même titre que le 0858, convertie par Ferrari en un Can-Am 350. Au début des années 1970, elle fut recarrossée en P4 par son propriétaire français de l'époque. Aujourd'hui, elle demeure toujours dans cette même famille.