Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 365 GT4 - 2+2

Ce véhicule présente un design inédit mis au point par Pininfarina.La firme devait en effet concevoir une 2+2 rapide, svelte, élégante et équi...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 365 GT4 2+2

Ce véhicule présente un design inédit mis au point par Pininfarina.

La firme devait en effet concevoir une 2+2 rapide, svelte, élégante et équipée du V12 classique tout en créant une rupture avec les lignes plus classiques de la 365 GT 2+2 de 1967 et en offrant davantage d’espace à l’arrière que l’héritière de cette dernière, la GTC4 de 1970.

Ce nouveau design a marqué le début d’un nouveau style inattendu, qui s’est prolongé dans les gammes 400 et 412, avant de s’éteindre en 1989.

Le modèle 365 GT4 2+2 a été annoncé au Salon de l’automobile de Paris en 1972 et a été produit jusqu’en 1976, date à laquelle il a été remplacé par la gamme 400. Sur cette période, 521 exemplaires et trois prototypes ont été produits, avec un numéro de châssis variant de 17091 à 19709.

Les carrosseries sont montées sur un châssis d’un empattement de 2 700 mm, qui hormis sa plus grande longueur et une voie arrière légèrement plus large, est identique à celui de la 365 GTC/4. Les châssis ont adopté le numéro de référence F101 AL et ont été numérotés selon la séquence impaire des numéros de châssis des routières.

Ce modèle a été proposé en conduite à droite et en conduite à gauche, avec une direction assistée intégrée de série. Les jantes alliage de série, à cinq branches, sont équipées d’un papillon central (moyeu Rudge).

Des jantes à rayons Borrani ont également été proposées en option, mais rarement adoptées, car elles semblaient démodées sur les carrosseries plus anguleuses en vogue dans les années 70.

Design

Son tableau de bord et sa console centrale s’inspirent grandement de ceux du modèle précédent, la 365 GTC/4. Toutefois, à l’extérieur, seuls les phares escamotables dans leurs blocs rectangulaires, les jantes alliage à cinq branches, les poignées de porte et les triples feux arrière rappellent l’ancien modèle. Ce design conserve un élément de la 365 GTB/4 «Daytona»: la ligne d’indentation semi-circulaire qui court le long de la carrosserie. Tous les autres éléments sont des créations inédites de Pininfarina.

Les papillons de roue à trois branches et les triples feux arrière sont les éléments qui permettent de distinguer le plus facilement la 365 GT4 2+2 des modèles suivants de la gamme 400/412, qui ont conservé des lignes similaires. En raison du durcissement de la législation américaine et du coût relativement élevé des solutions permettant de répondre à ces normes sur un véhicule produit en un nombre réduit d’exemplaires, aucune version destinée aux États-Unis n’a été produite.

Moteur

Le moteur ressemble à celui de la 365 GTC/4 et porte le même numéro de référence (F 101 AC 000): deux arbres à cames en tête par rangée, moteur V12 4,4 litres, système de lubrification à carter humide et carburateurs double corps Weber 38 DCOE59/60 horizontaux. La seule différence notable réside dans l’ajout d’un distributeur à deux bobines monté à l’arrière du moteur, à la place du système unique équipant les 365 GTC/4 du marché européen.

La puissance annoncée reste identique, à 320 bhp. Le système de transmission est similaire à celui de la 365 GTC/4, mais l’arbre de transmission est plus long en raison de l’empattement plus important du véhicule et les rapports de démultiplication total et individuel sont différents. De la même façon, le système de suspension est presque identique, notamment le système de correction d’assiette arrière hydraulique.

Carrosserie

Les carrosseries ont été construites et entièrement découpées dans les ateliers de Pininfarina à Turin, puis expédiées à l’usine Ferrari de Maranello pour l’installation des composants mécaniques.

Le design de la carrosserie reste plutôt classique et adopte une forme en trois parties, avec un grand habitacle vitré et des lignes anguleuses nettes et sans ornement. Le tout dégage une impression de raffinement, de sportivité et de luxe. Seuls le long capot, les écussons Ferrari discrets (dont une plaque chromée à l’effigie du cheval cabré sur le centre de la calandre) et les quatre tuyaux d’échappement laissent transparaître la puissance de ce bolide.

L’intérieur cuir est de série. Les sièges arrière permettent à deux adultes de s’installer confortablement, en disposant de suffisamment d’espace aux jambes et à la tête. Les grands panneaux vitrés donnent le sentiment d’aération de l’habitacle. Le coffre moquetté, bien que d’une hauteur limitée, est suffisamment profond pour accueillir les bagages de quatre personnes. Des vitres électriques et la climatisation viennent compléter l’équipement de série de ce modèle.