Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 365 P "Tre Posti" Speciale - Pininfarina

Toujours conservateur, Enzo Ferrari a été remarquablement rapide à passer aux moteurs à montage central pour ses machines de Formul...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 365 P Pininfarina "Tre Posti"

Toujours conservateur, Enzo Ferrari a été remarquablement rapide à passer aux moteurs à montage central pour ses machines de Formule 1 et ses voitures de sport. Ferrari a ainsi été la première Ferrari à remporter le Championnat du Monde de F1 après les pionniers Coopers avec une voiture à moteur central, et a également remporté la toute première victoire au Mans avec un tel tracé. Enzo Ferrari hésitait beaucoup plus à proposer des versions routières de ces bolides car il pensait que seuls les pilotes professionnels pouvaient contrôler ces machines poilues, en particulier celles équipées des gros moteurs V12.

Associé de longue date de Ferrari et du constructeur d'autocars de choix de l'entreprise, Sergio Pininfarina a vu le potentiel de la Ferrari de route avec la marque V12 montée derrière le conducteur. Cela ouvrirait non seulement un nouveau marché pour Ferrari, mais fournirait également à Pininfarina une toile plus exotique pour mettre en valeur les capacités de la carrozzeria.

Conscient des réserves de son bon ami, Sergio Pininfarina a tenté de changer d'avis à travers plusieurs show cars, notamment la 250 LM au Salon de Genève en 1965. Bien que Ferrari n'était pas encore convaincu, les clients de Ferrari Luigi Chinetti et Gianni Agnelli étaient très intéressés et Pininfarina a commencé à créer une nouvelle Ferrari spectaculaire à moteur central pour les expositions 1966.

Ferrari a fourni les bases de la nouvelle voiture, qui ont été directement dérivées des 330 voitures de sport P2 qui ont couru au Mans. Bien qu'elles aient été propulsées par les derniers moteurs à deux arbres à cames, elles étaient généralement équipées d'un V12 à une seule came légèrement plus gros lorsqu'elles étaient vendues à des clients comme Chinetti. C'est cette spécification 365 P qui a également été utilisée pour le nouveau projet Pininfarina.

D'une puissance d'environ 380 ch et accouplé à une boîte-pont à cinq rapports, le V12 de 4,4 litres a été monté dans la dernière évolution du châssis de la célèbre voiture de sport. Il a été construit autour d'un cadre spatial multi-tubulaire avec des tôles d'aluminium ajoutées pour augmenter la rigidité. Cette construction semi-monocoque a également été utilisée pour les F1 Ferrari de l'époque. La suspension était assurée par des doubles triangles à double triangulation avec des enroulements aux quatre coins.

Bien qu'elle soit certainement drapée sur une toile exotique, la carrosserie de la voiture d'exposition originale de la 365 P a été remarquablement sous-estimée. Le nez incorporait de nombreux indices familiers de Ferrari/Pininfarina comme les phares couverts et le gril de la caisse à œufs. Les proportions extérieures du dessin, attribuées à Aldo Brovarone et à Sergio Pininfarina lui-même, donnent des indices clairs de ce qui se cache en dessous. À l'arrière, la 365 P est dotée des mêmes contreforts que la Dino de 1965 et deviendra une icône des modèles de série.

Ce qui distingue vraiment la 365 P, c'est sa configuration à trois places, le conducteur étant placé au centre, légèrement en avant des passagers. Ceci a été rendu possible grâce à l'absence d'un tunnel de transmission, ce qui a donné à la voiture un plancher plat. La position de conduite centrale a également ajouté une véritable sensation de monoplace (Formule 1) à la voiture. Pour monter et descendre plus facilement de la voiture, le siège du conducteur pivote vers la gauche, loin du levier de vitesses. L'intérieur inhabituel était clairement visible à travers l'énorme toit vitré de la voiture.

Fini en blanc, surnommé " Tre Posti " pour des raisons évidentes, le spectaculaire nouveau show car fait ses débuts au Salon de l'auto de Paris en 1966. Par la suite, il a été présenté lors de plusieurs autres événements dans le monde avant d'être vendu à son premier propriétaire aux États-Unis par Luigi Chinetti. Un deuxième exemple a rapidement suivi et présentait une queue légèrement différente avec des ailes ajoutées. Il a fait ses débuts au Salon de Turin et a été livré peu de temps après à Gianni Agnelli.

Malgré tous les efforts de Pininfarina, Ferrari n'a pas bougé et le monde a dû attendre jusqu'au début des années 1970 pour la première voiture de sport à moteur V12 de l'entreprise. La paire de 365 P Tre Postis a survécu et reste aussi évocatrice qu'elle aurait pu l'être. Elles ont certainement influencé les designers pendant un certain temps encore, comme Gordon Murray et la McLaren F1.

Production 

Châssis : 8815
Bien qu'étiqueté avec un numéro de châssis inférieur, il s'agit en fait de la deuxième 365 P Tre Posti produite par Pininfarina. Il a été présenté au Salon de Turin vers la fin de 1966. Il a ensuite été remis à Gianni Agnelli, directeur de Fiat, qui était un bon ami d'Enzo Ferrari et de Sergio Pininfarina. Il a conservé la voiture jusqu'aux années 1970, lorsqu'elle a été vendue aux États-Unis. Parmi les propriétaires subséquents se trouvait John Mecom, qui avait été l'un des principaux participants de Ferrari dans les épreuves nord-américaines pendant de nombreuses années. Très rarement vue depuis, la voiture fait aujourd'hui partie d'une fabuleuse collection dédiée aux voitures italiennes construites par les grands carrossiers.

Châssis : 8971
La 365 P Tre Posti originale, cet exemple a fait ses débuts au Salon de l'auto de Paris en octobre 1966. Il a ensuite été envoyé en tournée mondiale pour montrer son design unique. En juillet 1967, elle a été rachetée par le concessionnaire new-yorkais de Ferrari à New York ainsi que par Luigi Chinetti, le chef du North American Racing Team (NART). Il a vendu la voiture à Marvyn Carton, à condition qu'un climatiseur soit installé. C'était le premier indice que la voiture de course déguisée n'était peut-être pas assez adaptée elle qu'elle serait retournée au concessionnaire l'année suivante par le client.

Chinetti a ensuite vendu la 365 P à son ami de longue date et cofondateur du NART, Jan de Vroom. Bien qu'il soit certainement un pilote plus accompli, il a aussi eu du mal à conduire la voiture sur la route. Le stationnement s'est avéré particulièrement difficile en raison de la position de conduite centrale. De Vroom l'a expédiée sur la Côte d'Azur. En 1969, elle rejoint à nouveau l'écurie de Chinetti et y reste. Parmi les nombreuses voitures qu'il a possédées au cours de l'année, Chinetti a décrit le Tre Posti comme sa préférée, ainsi que l'Alfa Romeo 8C 2900.

Toujours en très bon état d'origine, à l'exception qu'elle fut repeinte en la bonne teinte, la voiture a maintenant été engagée par Luigi Chinetti Jr. à la vente aux enchères de Gooding Pebble Beach en 2014.