Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 400 Superfast - II

Deux ans après la présentation de la « 375 America », Ferrari choisit à nouveau le Salon de l’Automobile de Paris pour présenter une nouvelle GT...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 400 Superfast II

Deux ans après la présentation de la « 375 America », Ferrari choisit à nouveau le Salon de l’Automobile de Paris pour présenter une nouvelle GT de luxe, sous forme de châssis roulant cette fois-ci, baptisée « 410 SuperAmerica ». La voiture complète fait ses débuts au salon de Bruxelles l’année suivante. C’est Pininfarina qui a dessiné et réalisé la carrosserie issue de la « 250 GT » de compétition. L’empattement à été rallongé de 200 mm pour atteindre 2800 mm. La motorisation est assurée par le dernier moteur compétition de Ferrari : cylindrée de près de 5 litres et puissance maxi de 400 cv ramené à 360 pour la « 410 SuperAmerica ». Amplement suffisant pour une voiture routière.

Trois séries de « 410 SuperAmerica » ont été réalisées. En 1955, 16 exemplaires pour la plupart carrossées en coupé par Pininfarina. En 1956 et 1957 seulement cinq exemplaires sont assemblés. En 1958, sous une nouvelle carrosserie de Pininfarina, 12 nouveaux exemplaires sont fabriqués.

La production du V12 de l’ingénieur Lampredi est arrêtée en 1959. Il faut donc une nouvelle motorisation pour la remplaçante de la « 410 SuperAmerica ». Cette remplaçante est présentée au salon de l’Automobile de Bruxelles en 1960 sous l’appellation « 400 SuperAmerica ». La voiture est motorisée par un V12 de 4 litres de cylindrée à bloc court conçu par l’ingénieur motoriste Colombo. Ce moteur est en fait une extrapolation d’un moteur V12, conçu pour la course, de 3 litres de cylindrée qui a fait ses preuves dans de nombreuses compétitions.

Châssis : 2207SA

L'un des tout premiers châssis de 400 Superamerica a été remis à Pininfarina pour former la base de la très influente voiture de démonstration " Superfast II ". Dévoilée au Salon de Turin en octobre 1960, la voiture blanche fut la première machine véritablement " aérodynamique " de Pininfarina. Les phares et les enjoliveurs de roues arrière sont couverts et escamotables afin de réduire encore davantage la traînée. Le design s'est avéré très influent aussi bien pour les 400 coupés Superamerica de série qui ont suivi que pour le prototype de la 250 GTO qui a couru pendant la saison 1961.

Pininfarina a acheté la voiture de Ferrari en mai 1961 et l'a complètement refaite pour devenir la Superfast III. Finie en vert avec un intérieur rouge foncé, elle a été présentée au Salon de l'automobile de Genève en 1962. La voiture a été modifiée une fois de plus et est réapparue sous le nom de Superfast IV. Peinte en bleu foncé, elle est équipée de deux phares doubles, qui deviendront la norme sur la 330 GT 2+2 de série. Sous sa troisième forme, le châssis 2207SA fut vendu à Nicola de Nora en août 1962. Peu de temps après l'installation de phares simples, les ailes avant ont été modifiées et le véhicule a été repeint dans une robe argentée.

Comme tant de Ferrari de cette époque, le châssis 2207SA s'est finalement retrouvé aux Etats-Unis. Il est arrivé aux États-Unis dans les années 1970, mais est reparti pour l'Europe dans les années 1980. Arborant une robe métal doré, elle fut montrée aux Pays-Bas à la fin des années 1980, puis réapparue en France dans les années 1990, cette fois-ci peint en bleu. L'actuel propriétaire américain a acquis l'ancienne show car en 2005 par l'intermédiaire de l'expert de la marque Marcel Massini.

Après son acquisition, le propriétaire actuel a confié la voiture à Wayne Obry's Motion Products, qui a soigneusement restauré la Ferrari dans sa configuration originale Superfast II. Ce n'était pas une mince tâche, car il n'existe pas de dessins et beaucoup de panneaux ont dû être recréés à l'aide de photographies d'époque. Les travaux ont finalement été achevés en 2015 et la voiture a fait ses débuts après la restauration au Concours d'Elégance de Pebble Beach. C'était la toute première fois qu'elle était présentée sous la forme de Superfast II depuis ses débuts au Salon de Turin en 1960.