Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 412 T1/T1B

La Ferrari 412 T1 est la monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari lors de la saison 1994 de Formule 1. Elle est pilotée par le Français ...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 412 T1/T1B

La Ferrari 412 T1 est la monoplace de Formule 1 engagée par la Scuderia Ferrari lors de la saison 1994 de Formule 1. Elle est pilotée par le Français Jean Alesi, l'Autrichien Gerhard Berger et l'Italien Nicola Larini, pilote d'essais de l'écurie titularisé pendant deux courses en remplacement du Français.

La 412 T1 présente quelques différentes par rapport à sa devancière, la Ferrari F93A, avec sa nouvelle boîte de vitesses et un moteur V12 modifié. En course, la monoplace italienne permet à ses pilotes de terminer régulièrement sur le podium, avec notamment une deuxième place pour Berger au Grand Prix du Pacifique.

Peu avant, lors d'essais libres organisés sur le circuit de Fiorano, Jean Alesi est victime d'un accident. Touché aux cervicales, le Français est remplacé par Nicola Larini, qui obtient à Saint-Marin son unique podium grâce à sa deuxième place. Alesi revient à Monaco et termine cinquième de la course, tandis que son coéquipier termine troisième.

À partir de la septième manche de la saison, au Grand Prix de France, la Scuderia Ferrari engage en course une version B de sa 412 T1. La nouvelle voiture dispose de nouveaux pontons raccourcis et moins intégrés à la coque, ainsi que d'un châssis plus stable, comme le souhaitait John Barnard, le concepteur de la monoplace.

Avec elle, Berger remporte en Allemagne la première victoire de la Scuderia Ferrari depuis le Grand Prix d'Espagne 1990 et Alain Prost, l'Autrichien étant parti de la pole position. Jean Alesi termine quant à lui troisième du Grand Prix du Japon, tandis que son coéquipier abandonne sur problème électrique.

À la fin de la saison, la Scuderia Ferrari termine troisième du championnat des constructeurs avec 71 points.