Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 412 T2

La Ferrari 412 T2 est la monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie italienne Ferrari dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1995. Elle fut p...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 412 T2

La Ferrari 412 T2 est la monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie italienne Ferrari dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1995. Elle fut pilotée par le Français Jean Alesi et l'Autrichien Gerhard Berger, ainsi que l'Italien Nicola Larini comme pilote d'essai.

Histoire 

Dans une mauvaise passe depuis plusieurs saisons, l'emblématique écurie de Formule 1 attaque la saison 1995 avec l'ambition de jouer les trouble-fêtes. Son tandem de pilotes, reconduit pour la troisième année consécutive, est une valeur sûre, même si le Français Jean Alesi ne s'est encore jamais imposé dans la catégorie reine. La 412 T2 dérive des 412 T1B et 412 T1 de la saison précédente, conçues par John Barnard. Elle était propulsée par un bloc Ferrari et chaussée de pneus Goodyear.

Dès le début de la saison, les monoplaces frappées du cheval cabré semblent en grande forme, mais toujours pas au niveau des Williams FW17 ou de la Benetton B195 de Michael Schumacher : en cinq courses elles glanent six podiums (deux deuxièmes places pour Alesi et quatre troisièmes pour Berger). Cependant, le Grand Prix du Canada va rester gravé dans les mémoires. Schumacher va dominer la course jusqu'à ce qu'un problème offre le commandement à Jean Alesi, qui ne le quittera plus pour s'imposer le jour de ses 31 ans, sur une voiture frappée du numéro 27 sur le circuit Gilles Villeneuve.

Le reste de la saison sera plus difficile, les 412 T2 ne récoltant que quatre podiums supplémentaires, et une pole position, signée par Gerhard Berger lors du Grand Prix de Belgique. Handicapées par une fiabilité leur faisant défaut (14 abandons), les Ferrari ne peuvent faire mieux qu'une troisième place au championnat constructeurs. L'avenir va toutefois s'avérer radieux pour la firme italienne : les arrivéeq de Jean Todt et Michael Schumacher suivi de l'équipe technique victorieuse chez Benetton pour la saison 1996 seront les artisans du grand renouveau de la Scuderia.

Photos : Girardo & co - Châssis n°157 - https://www.girardo.com/car/1995-ferrari-412-t2-1/