Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder

Ferrari 500 Mondial - Pininfarina Spyder

Elle fut produite en 12 exemplaires. Châssis : 0408MD Achevé en mars 1954, ce fut l'une des 500 premières Mondial construites. Elle a été vendue à Valdemar Stener, pil...

Ferrari

Histoire

Ferrari 500 Mondial Pininfarina Spyder / Barchetta 

Elle fut produite en 12 exemplaires.

Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder

Châssis : 0408MD
Achevé en mars 1954, ce fut l'une des 500 premières Mondial construites. Elle a été vendue à Valdemar Stener, pilote suédois privé, qui l'a fait engagé en Scandinavie pendant deux saisons complètes. En 1955, il établit un nouveau record de vitesse en Suède pour les voitures avec un moteur entre 1500 et 2000cc. En 1956, elle a été vendue à un compatriote suédois qui l'a rapidement utilisé pour gagner une course sur glace. Parmi les propriétaires suivants se trouvait un autre Suédois, Lars Edin, qui fit équiper la voiture d'une carrosserie en fibre de verre dans le style des Scaglietti Spyder, construite par Ockelbo. Sous cette apparence, elle a continué à courir jusqu'à la fin de la décennie. Après une succession de propriétaires suédois, elle fut vendu à un Américain résidant en Allemagne en 1973. Après un bref passage en Belgique, elle a été acquise par Carlo Tonelli en 1989. Il a commandé à Bachelli & Villa la construction d'une nouvelle carrosserie en aluminium qui suit les lignes du Pininfarina Spyder d'origine. En 1997, elle a été acquise par le célèbre collectionneur américain Bruce McCaw. Après deux ans, il l'a finalement revendu à un autre collectionneur américain qui l'engage régulièrement dans les évènements de la côte Ouest.

Châssis : 0410MD
Bien qu'achevé au début de 1954, cette 500 Mondial Pininfarina n'a pas couru avant la saison suivante. Elle a finalement été utilisé une ou deux fois par le pilote privé italien Gino Casarotto. La dernière fois qu'il a engagé la voiture, c'était au Mille Miglia 1956, où il a dû abandonner avant d'arriver à Rome. Dans les années qui suivirent, il passa entre différentes mains mais resta toujours en Italie. Son propriétaire le plus récent, un collectionneur italien de renom, a acquis la voiture en 1983. Elle a depuis été repeinte et a également participé à plusieurs éditions de la rétrospective Mille Miglia. 

Châssis : 0418MD
Retenue à l'origine par Ferrari, cette voiture a couru pour la Scuderia les Mille Miglia 1954, où elle s'est classée 15e au classement général. En juillet de la même année, elle a été vendue à son premier propriétaire privé, qui ne l'a que très peu utilisé. En 1955, elle a été vendue au Venezuela, où elle a été courue avec un certain succès jusqu'à la fin de la décennie. Elle est finalement réapparue, revu en monoplace équipée d'un Chevrolet V8 au milieu des années 1960. Elle a ensuite été vendue aux États-Unis, où elle retrouva un moteur 500 Mondial. Elle y réside toujours et participe régulièrement à des évènements américains et européens.

Châssis : 0438MD
Fini dans un bleu profond, cette 500 Mondial a été vendue neuve à Porfirio Rubirosa, le légendaire playboy de la République Dominicaine. Accompagné de Zsa Zsa Gabor, il a couru sur sa Ferrari récemment acquise à Santa Barbara en septembre 1954, terminant deuxième de sa classe. Peu de temps après, il a vendu la voiture à John van Neumann, qui a engagé de nombreuses fois la voiture avec un succès considérable à la fois pour lui-même mais aussi pour les jeunes pilotes en herbe, notamment Richie Ginther et Phil Hill. En 1956, elle fut équipée d'un moteur Monza de trois litres et reçoit le surnom de Monzetta, tandis qu'un an plus tard, une greffe de Chevrolet V8 lui vaut un autre surnom : Mondilet. C'est sous cette forme ultime que la voiture a couru jusqu'à la fin de la saison 1958.La voiture est finalement réapparue, sans moteur, au début des années 1970 et a été vendue au Royaume-Uni. Toujours en quête d'une restauration complète, elle est retournée aux États-Unis au début des années 1990. De là, elle a finalement été restaurée avec un moteur de 750 Monza. Peu après l'achèvement de la restauration, la voiture, maintenant peinte en rouge foncé, a été vendue en Allemagne où elle est restée jusqu'au début des années 2010. Par la suite, son propriétaire américain a confié la 500 Mondial au département Ferrari Classiche où elle a été méticuleusement restaurée dans sa configuration originale. En 2015, les travaux ont été achevés et la voiture a été présentée au Concours d'Elégance de Pebble Beach dans une classe spéciale pour Ferrari qui avait participé aux premières courses sur route de Pebble Beach.

Châssis : 0448MD
Achevée à l'automne 1954, cette 500 Mondial a été vendue neuve à Tony Paravano, propriétaire d'une équipe privé américaine. La Ferrari a débuté avec une victoire de classe remportée par Bob Drake à Willow Springs en février 1955. Bruce Kessler et Pat O'Conner ont également couru pour Parravano avant que la Mondial ne soit mise en vente début 1957. Elle fut acquise par le Mexicain Javier Valesquez, qui était l'organisateur du Grand Prix du Mexique. Il l'a engagé dans quelques épreuves et l'a conservée jusqu'au début des années 1970. La 500 Mondial a ensuite rejoint l'écurie du collectionneur Ferrari Robert N. Dusek. Le châssis 0448MD est resté dans cette écurie pendant près de trois décennies. Pendant cette période, il a engagé l'auto en compétition historique. Vendue aux enchères en 2000, elle a rarement été revue depuis. Plus récemment, elle a été entièrement certifiée par Ferrari Classiche. 

Châssis : 0458MD
L'une des toutes dernières 500 Mondial équipées de la carrosserie Pininfarina Spider, cet exemplaire a été vendu neuf à un pilote italien privé. Elle a participé sans succès sur le Tour de France 1954 avant d'être revendue à un compatriote italien en 1955. Acquise par Jean Guichet en 1956, elle a connu plusieurs autres sorties en 1956 et 1957 mais avec un succès limité. L'actuel propriétaire français a acheté la voiture en 1970 et depuis, elle a été présentée et démontrée lors d'événements choisis, la dernière fois pendant les pauses du Grand Prix Historique de Monaco.

Images

Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder
Ferrari 500 Mondial -  Pininfarina Spyder

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture