Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 512 TR

La 512 TR est l'évolution de la Testarossa et la production a commencé en 1991. L'intérieur a été redessiné pour augmenter le confort et l'ergonomie et le...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 512 TR

La 512 TR est l'évolution de la Testarossa et la production a commencé en 1991. L'intérieur a été redessiné pour augmenter le confort et l'ergonomie et le lifting extérieur a été conçu pour améliorer l'aérodynamisme.

Le boxer 12 cylindres a fait l'objet d'une série de modifications, dont l'une était d'abaisser le châssis pour abaisser le centre de gravité de la voiture et ainsi améliorer la tenue de route et réduire l'axe de roulis. La puissance a été augmentée de 38 ch et le couple déjà généreux du 12 cylindres a également été augmenté.

Carrosserie

La 512 TR remplaçait la Testarossa et a été annoncée pour l'année modèle 1992. La nouvelle voiture a connu un retour à un titre de modèle utilisant des caractères, avec le chiffre "5″ se référant à la cylindrée du moteur en litres et le "12″ au nombre de cylindres, tandis que le "TR" était une abréviation de Testarossa (Testa Rossa).

Les principales différences visuelles externes étaient le traitement du nez et de la queue, la conception de la grille sur le couvercle du moteur et la conception des roues de la route. Il y avait aussi un profil à peine perceptible différent des contreforts des panneaux de voile, qui étaient lisses et s'écoulaient directement dans le panneau de toit de la 512 TR, au lieu de présenter les marches et les grilles d'évacuation d'air noir perforé de la Testarossa. À l'intérieur, il y a eu des changements aux sièges, à la conception du volant et aux détails des garnitures.

Sur le plan mécanique, de nombreux changements ont été apportés au moteur et à la boîte de vitesses, ce qui a permis d'augmenter la puissance et d'obtenir une utilisation plus satisfaisante et plus positive de la boîte de vitesses. Il n'était pas visuellement apparent que l'emplacement de l'ensemble moteur et transmission dans le châssis avait été abaissé de 30 mm, pour abaisser le centre de gravité et améliorer ainsi le niveau déjà élevé de tenue de route.

Châssis

Comme pour la Testarossa, les carrosseries étaient montées sur un châssis à empattement de 2550 mm, qui portait la référence F 110 HB, et était de construction pratiquement identique à celle du modèle précédent. Tous les numéros de châssis étaient en séquence continue, avec différents modèles du marché mondial produits sous la forme d'une conduite à gauche ou à droite. Le nouveau traitement du nez ressemble à celui du modèle 348 introduit en 1989, avec une calandre factice en forme de "Cavallino Rampante" chromée, délimitée par l'ensemble des feux de route, clignotants et latéraux. A l'arrière, la cantonnière a été redessinée, offrant des courbes plus sculptées, avec un changement de forme pour l'encoche de la plaque d'immatriculation.

Le couvercle du moteur Testarossa avait un panneau central surélevé de la couleur de la carrosserie avec des grilles noires satinées à l'arrière et sur les côtés. Avec l'arrivée du 512 TR, la partie surélevée et les grilles avec un nouveau profil de chaque côté ont été peintes en noir satiné, tandis que la partie arrière des grilles a été finie dans la couleur de la carrosserie. Un insigne 512 TR ornait le rebord arrière du capot moteur, avec un insigne en écriture Ferrari sur sa face arrière supérieure, tandis qu'un insigne en écriture Testarossa ornait la face supérieure de la section centrale en noir satiné. Les nouvelles jantes en alliage étaient une interprétation très élégante du design traditionnel Ferrari à cinq rayons "étoile", avec des rayons courbés et fins. Les roues avant avaient un diamètre de 8J x 18″ et les roues arrière un diamètre de 10,5J x 18″, ce qui augmentait légèrement la voie avant et réduisait légèrement la voie arrière.

Les roues couvraient de plus grands disques de frein ventilés et à perçage transversal actionnés par quatre étriers à piston, avec circuits hydrauliques avant et arrière séparés, et assistance servo. La conception de la suspension indépendante et du système de direction était essentiellement similaire à celle de la Testarossa, mais avec une série de changements et d'ajustements pour s'adapter aux roues de route de plus grand diamètre et pour offrir une conduite plus raffinée.

Moteur

Le moteur à carter sec à quatre soupapes par cylindre, plat, à douze cylindres, était une version améliorée de celle utilisée dans la Testarossa, maintenant la même cylindrée de 4943cc, avec un alésage et une course de 82mm x 78mm, et portait le numéro de référence 113 G en usine.

Des modifications ont été apportées à l'orifice d'admission, avec des plénums d'admission redessinés et des soupapes plus larges permettant une entrée plus efficace du mélange air/carburant, tandis que le système d'injection et d'allumage a été remplacé par un système Bosch Motronic M2.7 combiné supérieur. De nouveaux pistons ont également été fournis qui ont augmenté le taux de compression de 9,3:1 à 10:1, ainsi que des arbres à cames reprofilés, le résultat net de ces changements a été une augmentation de la puissance de 38 ch à 428 ch @ 6750 tr/min pour les modèles européens et 421 ch au même régime moteur pour les modèles américains.

L'augmentation de la puissance a permis d'améliorer l'accélération, bien que la vitesse de pointe soit toujours la même que celle de son prédécesseur. Le modèle a été produit entre 1991 et 1994, lorsque le modèle F512M l'a remplacé, au cours de laquelle 2261 exemplaires ont été produits dans la gamme de numéros de châssis 89100 à 99743.