Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 625 TF - Vignale Spyder

 Il s'agit d'un modèle intéressant à bien des égards, à commencer par le fait que la 625 de son nom se réfère aux ccs de ...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles
Ferrari 625 Targa Florio Vignale Spyder 

 

Il s'agit d'un modèle intéressant à bien des égards, à commencer par le fait que la 625 de son nom se réfère aux ccs de la F1 2,5 litres de 1954 et que la TF peut se référer à la Targa Florio même si la voiture n'a jamais vraiment couru avec elle. Sur les trois modèles construits, une version araignée pilotée par Mike Hawthorn prit la quatrième place dans le Grand Prix de l'Autodromo de Monza en juin 1953. Les trois voitures (deux araignées et un coupé, toutes avec carrosserie de Vignale) ont été vendues plus tard, mais leurs 625 d'origine ont été remplacées par des moteurs différents.

 

Histoire

 

Bien que Ferrari ait dominé la catégorie Formule 2 en 1949 avec son moteur V12 de 2 litres, Enzo Ferrari avait l'œil sur le moteur quatre cylindres Alta de HWM. L'un des plus grands avantages du " quatre " était sa consommation de carburant supérieure à celle du V12 qui consomme beaucoup d'essence. Le nouvel ingénieur en chef de Ferrari, Aurelio Lampredi, a entrepris de concevoir un quatre cylindres pour remplacer le V12 conçu par Gioacchino Colombo. Lorsque l'organe directeur du sport a décidé que le Championnat du Monde serait disputé selon les règlements de la Formule 2, le développement des " quatre " est devenu une priorité absolue.

Lampredi a développé conjointement un moteur de 2 et 2,5 litres, les deux partageant de nombreuses pièces interchangeables. Entièrement construit en alliage léger, le moteur est équipé d'une double tête d'arbre à cames. Le moteur de 2 litres a fait ses débuts en 1952 dans la 500 F2 et Alberto Ascari l'a conduit au Championnat du Monde en remportant six des sept courses du championnat. Il a remporté un autre championnat un an plus tard. Dans la bonne tradition Ferrari, le moteur du Grand Prix était également monté dans un châssis de voiture de sport. Après deux modèles expérimentaux construits en 1953, la 625 TF de 2,5 litres et la 735 S de 3 litres, deux voitures de sport quatre cylindres " de série " sont sorties en 1954.

Tout d'abord, le modèle de 3 litres, qui a fait ses débuts au Grand Prix Supercortemaggiore de Monza et a été baptisé à juste titre 750 Monza. La Gonzales/Trintignant 750 Monza pilotée par Gonzales/Trintignant a été dotée d'une carrosserie dessinée par Dino Ferrari et a remporté sa première victoire. Fin 1953, un prototype de 2 litres a été présenté pour la première fois. Monté dans un châssis de 250 MM, Alberto Ascari et Luigi Villoresi ont mené le quatre cylindres à une victoire de classe. Pour commémorer les Championnats du monde Ferrari consécutifs, la voiture de série de 2 litres a été baptisée 500 Mondial.

Les deux voitures ont fait l'objet d'une campagne par l'équipe d'usine et les clients. Les succès des monoplaces à quatre cylindres n'ont pas pu être égalés, mais diverses victoires de classe ont été remportées. Les faits saillants de la carrière du 500 Mondial ont été une deuxième place en 1954 au Mille Miglia et une victoire de classe aux 12 Heures de Sebring en 1956. Après des débuts réussis à Monza, la 750 et la 860 Monza qui a suivi ont eu du mal à rivaliser avec cette rivale très compétitive. Une victoire 1-2 aux 12 Heures de Sebring en 1956 a été la meilleure de la carrière de Monza.

Pour suivre la Maserati dominatrice, le nouveau chef mécanicien de Ferrari, Vittorio Jano, s'est lancé dans la conception d'un nouveau bolide de 2 litres, mais en utilisant toujours le moteur quatre cylindres Lampredi. Surnommée 500 TR, elle fait ses débuts victorieux au Supercortemaggiore 1956. Peu de temps après, elle a été rejointe par la 625 TR à moteur similaire, mais plus gros. Il s'agissait des derniers véhicules de course à quatre cylindres produits par Ferrari et pour la prochaine génération de petites voitures de sport, Ferrari utilisait des moteurs six et huit cylindres.

Au printemps 1953, trois châssis ont été construits pour accueillir le nouveau moteur quatre cylindres de 2,5 litres. Tous les trois ont été carrossés par Vignale ; le premier a reçu un corps de Berlinetta tandis que les deux autres ont été équipés de la carrosserie familière de Spyder. Un incendie et peut-être un accident ont mis fin à la vie de deux des voitures très tôt dans leur vie et les deux châssis ont disparu. La 625 TF survivante a également eu une vie troublée car elle était à un moment donné équipée d'un moteur Lincoln et n'a pas eu besoin d'être secourue beaucoup plus tard d'un parc à ferraille de Naples (Italie).

Ces dernières années, la 625 TF (s/n 0304 TF) a été complètement restaurée et un moteur Ferrari quatre cylindres correct a été trouvé pour remplacer le V12 américain. Le seul survivant est photographié ci-dessus en train de faire quelques tours de parade entre les courses du Grand Prix Historique de Monaco 2006. Jean Sage, collectionneur Ferrari et ancien directeur de Ferrari F1, est au volant.

En tout, 3 châssis ont été produits.