Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 625 TRC

Pour la saison 1957, Ferrari n'offre à ses clients qu'un seul type de voiture de course sportive, la 500 TRC. Propulsée par un moteur de deux litres, ell...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles
Ferrari 625 TRC

Pour la saison 1957, Ferrari n'offre à ses clients qu'un seul type de voiture de course sportive, la 500 TRC. Propulsée par un moteur de deux litres, elle devait être l'ultime développement du quatre-cylindres sport de course qui avait fait ses débuts en 1953. Ferrari travaillait alors sur une auto à moteur V12 de trois litres à moteur sport qui deviendrait disponible pour les clients en 1958.

La 500 TRC s'est avérée particulièrement populaire sur la côte ouest américaine où elle a participé au championnat national de voitures de sport SCCA contre des Porsche 550 et Lotus Elevens. John von Neumann, le distributeur de Ferrari pour la Californie, a joué un rôle déterminant dans l'arrivée de plusieurs de ces voitures en Amérique du Nord. Il était lui aussi compétiteur et a utilisé ses connexions pour commander deux TRC, propulsés par le moteur de 2,5 litres 625.

Caractéristiques Visuelles et Mécaniques 

Mécaniquement et visuellement, les deux 625 TRC étaient identiques aux 17 autres TRC produits cette année-là. Le châssis était constitué d'une échelle tubulaire simple, suspendue par des doubles bras triangulaires à l'avant et un essieu arrière solide. Des ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs hydrauliques ont été installés aux quatre roues, de même que des freins à tambour massifs et à ailettes. Comme sur la plupart des Ferrari de l'époque, une boîte de vitesses à quatre rapports était utilisée.

Pour 1957, la carrosserie de style Pininfarina et Scagilietti du 500 TR original a été légèrement modifiée pour se conformer à la nouvelle réglementation de l'annexe C, d'où le nom de type TRC. Ces changements comprenaient l'adaptation d'un pare-brise pleine largeur et haut. Les portes fonctionnelles des deux côtés de la voiture étaient également obligatoires à partir de 1957. Alors que la 500 TR comportait un capot à deux bosses pour dégager les caches culbuteurs, la TRC comportait un capot moteur complètement lisse. 

Développée à l'origine pour les Ferrari de Grand Prix en 1954, la version 2,5 litres du "quatre" d'Aurelia Lampredi avait à la fois un alésage et une course supérieurs. Avec 220 ch, le moteur produisait 30 ch de plus que le bloc 2 litres, plus couramment utilisé. En 1956, au Mans, Ferrari a mis sur le marché des 500 TR à moteur de 2,5 litres, connus sous le nom de 625 LM, mais elles furent toutes vendues avec des moteurs plus petits, rendant ainsi les 625 TRC uniques.

Von Neumann a couru sur les les deux autos avec beaucoup de succès, même si l'une d'entre elles a rapidement été équipée d'un moteur 860 Monza. Bien que très puissants et à couple élevé, les moteurs à quatre cylindres de la Ferrari étaient vulnérables aux surrégimes et la plupart ont fini par être remplacés par des moteurs plus tolérants. C'est également ce qui s'est passé pour les deux 625 TRC. À la mi saison 1958, Von Neumann installa un moteur V12 dans une des deux autos, créant ainsi la "première" 250 TR.

Par la suite, les deux châssis ont été équipés de V8 américains, une pratique très répandue à cette époque-là aux États-Unis. Ces modifications leur ont permis de poursuivre la compétition jusqu'aux années 1960. Aujourd'hui, les deux 625 TRC ont été restaurées, équipées de moteurs de trois litres de spécification 250 TR. Cela n'a pas réellement affecté leur valeur, une des autos s'étant récemment vendue aux enchères pour un peu plus de 5 millions d'euros.

Production

Châssis : 0672MDTR

Le premier des deux 625 TRC construits pour John von Neumann, le châssis 0672MDTR a été équipé d'un moteur de 3,5 litres peu après son arrivée en Californie. Il a ensuite été engagé en course par Von Neumann, remportant de nombreuses victoires, y compris des victoires de classe dans les courses de fin d'année à Nassau. Fin 1958, un moteur 250 TR portant le numéro de série 0750TR a été monté et la voiture a été pilotée jusque dans les années 1960 par des pilotes comme Richie Ginther et Ken Miles. Ginther remporta une victoire en 1959 à Lago de Guadelupe puis Miles remporta ce qui sera la dernière victoire de l'auto en Mai 1962 à Santa Barbara. La Ferrari fut ensuite acquise par un concessionnaire Ford, qui l'équipa d'un V8 pour les courses de dragster.

Elle est ensuite passée entre différentes mains, sans moteur ni boîte de vitesses. Au cours des années 1980, un moteur V12 de 250 GT fut installé au Royaume-Uni. Après une restauration complète, la voiture a appartenu à un trafiquant de drogue néerlandais jusqu'à ce que sa collection soit saisie par le gouvernement. Près d'une décennie plus tard, la 625 TRC a été acquise par le propriétaire actuel. Peu de temps après, il a retrouvé le moteur 250 TR dont elle avait hérité en 1958 qui avait été acheté neuf à l'usine par Von Neumann. Une fois de plus restaurée, la voiture a depuis été présentée à l'occasion d'événements comme le Concours d'Elégance de Pebble Beach en 2006 et 2014. 

Châssis : 0680MDTR

La deuxième 625 TRC, cet exemplaire a fait ses débuts en compétition en Autriche où Von Neumann a terminé premier de sa classe lors d'une course de côte. La voiture a ensuite été expédiée aux États-Unis où Von Neumann l'a piloté principalement lors d'événements locaux. Le moteur à quatre cylindres a été retiré par la suite et, en 1960, la voiture a été vendue à Stan Sugerman. Equipée d'un Chevrolet V8, le châssis 0680MDTR a continué à courir pendant encore deux saisons. Changeant régulièrement de propriétaires, la carrière de course contemporaine de la voiture n'a pris fin qu'au milieu des années 1960.

Une décennie plus tard, un V12 de 250 GT Ferrari a été greffé, remplaçant le V8 et comblant ainsi le vide laissé par le quatre cylindres original. En 1981, le 625 TRC a été acquis par Michael Callaham. Il a méticuleusement restauré la voiture et l'a préparée pour la course. Depuis 1985, Callaham et la Ferrari à moteur V12 étaient des habitués des épreuves historiques nord-américaines, et en particulier des Monterey Historic Races / Motorsport Reunion. Callaham a finalement réussi à retrouver le moteur d'origine de la 625, mais a continué à courir avec la V12, plus puissante et plus tolérant. En 2012, il décide de se séparer de la voiture, et du moteur d'origine, et l'offre est proposée lors de la vente RM Auction à Monaco. Bien au-delà de l'estimation de pré-vente, elle a finalement trouvé un nouveau propriétaire pour un peu plus de 5 millions d'euros.