Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari Dino 206 - GT

Pour Ferrari, il devenait impératif d'augmenter les ventes et de réduire les coûts de production. Avec le prototype du Dino 196 S déjà en interne, il...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari Dino 206 GT

Pour Ferrari, il devenait impératif d'augmenter les ventes et de réduire les coûts de production. Avec le prototype du Dino 196 S déjà en interne, il y avait une excellente opportunité de concevoir une version routière à déplacement relativement petit qui, pour la première fois dans l'histoire de Ferrari, pouvait être construite sur une chaîne de montage. Pininfarina a imaginé de jolies lignes classiques et la Fiat V6 a été développée par Ferrari et conçue pour un montage transversal au milieu du bateau.

Le modèle a d'abord rencontré une certaine résistance chez les puristes car il n'était pas considéré comme une " vraie " Ferrari, mais les opinions ont vite changé lorsque les clients ont eu la chance de le voir de près et de le conduire. La petite Ferrari (par rapport aux autres modèles de la gamme de l'époque) est née de la réglementation de la Formule 2 monoposte de 1967, qui exigeait que les moteurs des voitures de course soient basés sur la production et produits en quantités non inférieures à 500 unités par an.

Histoire

A l'époque, Ferrari ne pouvait pas espérer construire ce nombre d'unités appropriées, de sorte que pour leur permettre de rivaliser, une alliance a été forgée avec Fiat. Fiat fabriquerait les moteurs et les intégrerait dans une gamme supérieure de voitures à moteur avant de sa propre fabrication, sous la marque Dino, et fournirait également des moteurs à Ferrari pour son propre usage. Tous les modèles, qu'il s'agisse de Fiat ou de Ferrari, utiliseraient l'insigne " Dino ".

Le nom Dino a été utilisé pour la première fois sur les voitures Ferrari à moteur en V à la fin des années 50, sur les modèles de Formule 1 et de sport de course. C'était le nom de baptême du fils d'Enzo Ferrari, décédé en 1956, et qui a été utilisé à sa mémoire alors qu'il travaillait sur un projet de moteur en vee avant sa mort. Il a continué à être utilisé pour désigner n'importe quel modèle à moteur en V au début des années 60, puis de nouveau en 1965 sur le modèle 166P à moteur intermédiaire, qui a évolué vers les modèles 206 SP et 206 S de sport de course. C'était le premier modèle à porter un badge Dino sur le nez au lieu d'une Ferrari. L'insigne était un rectangle horizontal avec sa signature stylisée en bleu sur fond jaune.

Plus tard, en 1965, au Salon de Paris, un prototype à moteur central a été présenté sur le stand Pininfarina, appelé " Dino 206 GT Speciale ", qui était une étude de conception d'une voiture de route, basée sur le châssis d'un modèle sport de course, avec un placement en ligne, à moteur central. Elle présentait des phares sous une couverture en plexiglas transparent qui s'étendait sur toute la largeur du nez, mais sinon la forme était essentiellement celle qui allait devenir la voiture de série de la route. L'habitacle était doté d'un pare-brise arrière courbé, vertical, concave et peu profond, entre les contreforts des panneaux de voiles, qui s'est heurté à une queue de Kamm.

Le prototype a été fortement influencé par le modèle sport de course et par les Ferrari 412P et 330 P4 de course à moteur plus gros. Cela était particulièrement évident dans la forme du nez, avec des ailes bulbeuses s'enroulant dans une ligne de paupière avant basse et les panneaux des voiles de la cabine s'enroulant en queue de Kamm.

Prototype 

De ce premier prototype s'en est suivi un autre au Salon de Turin 1966, toujours avec une configuration en ligne, à moteur central. Il s'agissait d'un radiateur elliptique dont les phares étaient maintenant montés sur les ailes sous des capots en plexiglas. Le toit de l'habitacle était plus haut, avec un pare-brise arrière et un profil de panneau de voile similaires à l'original, avec des pare-chocs de custode à chaque coin, montrant l'évolution du concept car au modèle de série. Lorsque le prototype suivant est apparu en 1967, le corps était presque dans sa forme définitive. Le capot moteur et le couvercle du coffre n'étaient encore qu'un seul panneau, et la sangle de la coquille de la porte avait disparu, remplacée par des poignées de porte directement issues de la 365 GT 2+2 récemment annoncée, et des jantes en alliage qui reflétaient celles de la Fiat Dino. Cependant, le changement le plus notable se situait sous le couvercle du moteur : le V6 avait été tourné de 90 degrés, pour s'asseoir transversalement, avec une boîte de vitesses à 5 rapports en dessous et à l'arrière. La conception, le développement et la fabrication de la transmission ont été réalisés en interne par Ferrari.

Au moment du Salon de Turin en novembre 1967, la mise au point de la carrosserie était pratiquement terminée et l'exemple présenté était presque identique à celui des voitures de série qui allaient suivre. Les deux rangées de fentes de sortie de radiateur triples sur le couvercle avant, avec des rangées de fentes d'échappement correspondantes sur le couvercle du compartiment moteur, un angle de pare-brise plus raide et des couvercles de moteur et de coffre séparés, sont des différences notables avec les prototypes précédents. La même voiture a été présentée en janvier 1968 au Salon de Bruxelles, avant d'être utilisée à des fins d'essai. Les versions de série définitives ont perdu les couvercles de phares transparents en plexiglas et ont gagné des quarts de lumière dans le verre de la porte. La façon la plus simple d'identifier une 206 GT par rapport à sa dernière sœur, la 246 GT, est d'utiliser le bouchon de réservoir chromé exposé sur le panneau gauche de la voile.

Production 

La production a commencé en 1968 et s'est poursuivie jusqu'en 1969, lorsque le moteur de 2 litres a été remplacé par un moteur de 2,4 litres et, avec d'autres modifications de détail, le Dino 246 GT est né. Au cours des neuf mois de production, environ 150 exemplaires du Dino 206 GT ont été construits, tous à conduite à gauche. Les voitures de série ont été construites sur un châssis à empattement de 2 280 mm, construit selon les principes familiers de Ferrari des tubes principaux longitudinaux, avec des contreventements transversaux et des sous-cadres pour supporter divers composants et la carrosserie, avec la référence de type 607. Une nouvelle séquence de numérotation des châssis à numéros pairs a été adoptée sous la marque Dino pour ces voitures, afin de les distinguer de la séquence des numéros impairs des voitures de route Ferrari de l'époque. Les premiers prototypes portaient soit des numéros de châssis Ferrari même de série compétition, soit des numéros impairs dans l'ordre des voitures de route.

Des freins à disque ventilés à assistance assistée avec suspension indépendante par bras triangulaires, ressort hélicoïdal et amortisseur hydraulique ont été fournis à chaque roue, avec des barres antiroulis à l'avant et à l'arrière. Le style de carrosserie lisse et arrondi - les courbes pleines des ailes avant entrent dans l'habitacle avec ses panneaux de porte festonnés, puis dans les courbes des ailes arrière et des panneaux de voiles renforcés, pour se terminer brusquement par une louange universelle en queue de Kamm -. La forme est encore largement considérée comme un classique du design. Fait inhabituel pour l'époque, comme la plupart des modèles Ferrari étaient construits avec des carrosseries en acier et des panneaux d'ouverture en aluminium, le Dino 206 GT avait une carrosserie entièrement en aluminium. Le hayon portait une paire de feux circulaires de chaque côté, également une caractéristique de la 365 GTB4'Daytona', qui a été présentée à peu près à la même époque. De même, les deux voitures partageaient un tableau de bord ovale en aluminium très semblable, avec cadrans circulaires noirs.

Moteur

Le moteur était d'une configuration de 65o, avec deux arbres à cames en tête entraînés par chaîne, d'une capacité totale de 1 987 cm3, avec un alésage et une course de 86 x 57 mm, portant la référence 135B. Le bloc-cylindres a été coulé en alliage Silumin, avec des chemises en fonte, tandis que les culasses et diverses autres pièces moulées étaient en un alliage similaire. Le moteur était monté transversalement dans l'unité avec la transmission à 5 rapports entièrement synchronisée, sous et à l'arrière du carter d'huile du moteur. Il était équipé d'une batterie de trois carburateurs Weber 40 DCN F/1 à double starter, montés au centre du véhicule, avec un distributeur et un système d'allumage électronique, pour produire une puissance de 180 ch.

Bien que le Dino ait été présenté comme une marque distincte, l'héritage Ferrari n'a pas été perdu, comme l'affirme la brochure de vente : Minuscule, brillant, sûr....presque une Ferrari'.