Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari F355 - F1 Spider

 La synergie entre tous ces éléments s'est ajoutée à une voiture qui offre à la fois une maniabilité et des performances à coup...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles
Ferrari F355 Berlinetta 

 

La synergie entre tous ces éléments s'est ajoutée à une voiture qui offre à la fois une maniabilité et des performances à couper le souffle et le genre de lignes Pininfarina élégantes et intemporelles que les amateurs de lignes Pininfarina s'attendaient à trouver.

 
Design

 

La conception de chaque nouveau modèle Ferrari est, par définition, fortement influencée par la culture et l'expérience de la Marque ainsi que par les innovations développées à la suite d'expérimentations et de recherches actives. Le résultat est un mélange de style et d'ingénierie qui offre de superbes performances sur toute la ligne. Dans le cas de la F355 de Pininfarina, la fusion d'éléments familiers avec des éléments plus innovants et plus puissants a donné naissance à une voiture véritablement sans précédent qui garantissait les mêmes émotions Ferrari que jamais. La F355 a été un chef-d'œuvre d'ingénierie comme en témoigne sa puissance spécifique de 109 ch/litre. Cette dernière valeur et son couple impressionnant ont été obtenus en adoptant une nouvelle culasse à cinq soupapes. Le moteur de 3496 cc de la voiture développe 380 ch. Ses performances fulgurantes sont le résultat d'un rodage aérodynamique axé spécifiquement sur le dessous de caisse.

 
Carrosserie

 

La F355 Berlinetta biplace avait une carrosserie en aluminium et acier. Son style s'articulait autour d'une conception aérodynamique rigoureuse qui comprenait une sous-bascule sur tout le corps conçue pour égaliser l'effort de traction (Cl) entre les deux essieux. L'habitacle a été conçu dans un souci de sécurité et de plaisir de conduite. Les sièges et les garnitures étaient en cuir Connolly. Des sièges de course en matériau composite étaient également disponibles sur commande. Le châssis était une monocoque en acier avec un sous-châssis arrière en tube d'acier pour l'ensemble moteur-suspension. Les suspensions avant et arrière sont équipées de bras triangulaires et de ressorts hélicoïdaux indépendants de longueur inégale sur des amortisseurs électroniques télescopiques remplis de gaz à deux positions. La voiture est également équipée de barres anti-roulis. La direction était à crémaillère avec assistance électrique et engrenage mécanique en option. Les freins étaient munis de disques à purge d'air automatique et d'un système ABS ATE exclusif. Les jantes de 18 pouces étaient en magnésium. Le V8 de 3496 cm3 à 90° arrière central a été monté longitudinalement et découpé en 380 ch, ce qui lui donne une puissance spécifique de 109 ch/l. La distribution s'est faite au moyen de doubles cames en tête avec cinq soupapes par cylindre. Les bielles étaient en titane, tandis que l'unité de commande était la Bosch M5.2. La lubrification à carter sec et une boîte de vitesses mécanique à six rapports avec marche arrière complétaient le tableau, ainsi qu'un embrayage monodisque à sec.

 

Ferrari F355 GTS

 

La conception de chaque nouveau modèle Ferrari est, par définition, fortement influencée par la culture et l'expérience de la Marque ainsi que par les innovations développées à la suite d'expérimentations et de recherches actives. Le résultat est un mélange de style et d'ingénierie qui offre de superbes performances sur toute la ligne. Dans le cas de la F355 GTS de Pininfarina, la fusion d'éléments familiers avec des éléments plus innovants et plus puissants a donné naissance à une voiture sans précédent qui garantit les mêmes émotions Ferrari que jamais.

La F355 GTS a été un chef-d'œuvre d'ingénierie comme en témoigne sa puissance spécifique de 109 ch/litre. Cette dernière valeur et son couple impressionnant ont été obtenus en adoptant une nouvelle culasse à cinq soupapes. Le moteur de 3496 cc de la voiture développe 380 ch. Ses performances fulgurantes sont le résultat d'un rodage aérodynamique axé spécifiquement sur le dessous de caisse.

La F355 GTS biplace à toit targa à deux places était dotée d'une carrosserie en aluminium et en acier. Son style s'articulait autour d'une conception aérodynamique rigoureuse qui comprenait une sous-bascule sur tout le corps conçue pour égaliser l'effort de traction (Cl) entre les deux essieux. L'habitacle a été conçu dans un souci de sécurité et de plaisir de conduite. Les sièges et les garnitures étaient en cuir Connolly. Des sièges de course en matériau composite étaient également disponibles sur commande. Le châssis était une monocoque en acier avec un sous-châssis arrière en tube d'acier pour l'ensemble moteur-suspension. Les suspensions avant et arrière sont équipées de bras triangulaires et de ressorts hélicoïdaux indépendants de longueur inégale sur des amortisseurs électroniques télescopiques remplis de gaz à deux positions. La voiture est également équipée de barres anti-roulis.

La direction était à crémaillère avec assistance électrique et engrenage mécanique en option. Les freins étaient munis de disques à purge d'air automatique et d'un système ABS ATE exclusif. Les jantes de 18 pouces étaient en magnésium.

Le V8 de 3496 cm3 à 90° arrière central a été monté longitudinalement et découpé en 380 ch, ce qui lui donne une puissance spécifique de 109 ch/l. La distribution s'est faite au moyen de doubles cames en tête avec cinq soupapes par cylindre. Les bielles étaient en titane, tandis que l'unité de commande était la Bosch M5.2. La lubrification à carter sec et une boîte de vitesses mécanique à six rapports avec marche arrière complétaient le tableau, ainsi qu'un embrayage monodisque à sec.

 

F355 Spider

 

Pour la première fois sur une Ferrari, le soft-top semi-automatique était alimenté électroniquement. Le moteur V8 sophistiqué à 5 soupapes par cylindre garantit des performances de classe supérieure.

La première Ferrari jamais construite était une Ferrari à toit ouvert. Les spider ont toujours occupé une place très spéciale et vitale dans le cœur d'Enzo Ferraris et plus tard dans celui de l'entreprise elle-même. L'inspiration derrière chaque spider Ferrari est un mélange d'une ingénierie véritablement sportive et du frisson de la conduite à toit ouvert.

La F355 Spider a porté cet esprit à un tout autre niveau en alliant la berlinetta et les performances reconnues de la GTS à une capote semi-automatique semi-automatique à commande électronique extrêmement efficace. Les facteurs qui ont fait le succès de la F355 n'ont pas modifié la transition vers le modèle Spider de style Pininfarina : un moteur très souple de 380 ch avec cinq soupapes par cylindre, une puissance spécifique de 109 ch/litre, une accélération de 4,7 secondes à 100 km/h et 37 Kgm de couple.

La F355 Spider biplace avait un corps en acier et en aluminium. Son style s'articulait autour d'une conception aérodynamique rigoureuse qui comprenait une sous-bascule sur tout le corps conçue pour égaliser l'effort de traction (Cl) entre les deux essieux.

L'habitacle a été conçu dans un souci de sécurité et de plaisir de conduite. Les sièges et les garnitures étaient en cuir Connolly. Des sièges de course en matériau composite étaient également disponibles sur commande. Le châssis était une monocoque en acier avec un sous-châssis arrière en tube d'acier pour l'ensemble moteur-suspension. Les suspensions avant et arrière sont équipées de bras triangulaires et de ressorts hélicoïdaux indépendants de longueur inégale sur des amortisseurs électroniques télescopiques remplis de gaz à deux positions. La voiture est également équipée de barres anti-roulis.

La direction était à crémaillère avec assistance électrique et engrenage mécanique en option. Les freins étaient munis de disques à purge d'air automatique et d'un système ABS ATE exclusif. Les jantes de 18 pouces étaient en magnésium.

Le V8 de 3496 cm3 à 90° arrière central a été monté longitudinalement et découpé en 380 ch, ce qui lui donne une puissance spécifique de 109 ch/l. La distribution s'est faite au moyen de doubles cames en tête avec cinq soupapes par cylindre. Les bielles étaient en titane, tandis que l'unité de commande était la Bosch M5.2. La lubrification à carter sec et une boîte de vitesses mécanique à six rapports avec marche arrière complétaient le tableau, ainsi qu'un embrayage monodisque à sec.

 

F355 F1 Berlinetta / GTS / Spider

 

La nouvelle transmission garantit des changements de vitesses rapides comme l'éclair, avec l'avantage supplémentaire que les deux mains du conducteur peuvent rester sur le volant à tout moment.

La conception de chaque nouveau modèle Ferrari est, par définition, fortement influencée par la culture et l'expérience de la Marque ainsi que par les innovations développées à la suite d'expérimentations et de recherches actives. Le résultat est un mélange de style et d'ingénierie qui offre de superbes performances sur toute la ligne.

Dans le cas de la 355 F1 conçue par Pininfarina, la fusion d'éléments familiers avec des éléments plus innovants et plus puissants a donné naissance à une voiture véritablement sans précédent qui garantissait les mêmes émotions Ferrari que jamais. La 355 F1 a été un chef-d'œuvre d'ingénierie comme en témoigne sa puissance spécifique de 109 ch/litre. Cette dernière valeur et son couple impressionnant ont été obtenus en adoptant une nouvelle culasse à cinq soupapes.

Le moteur de 3496 cc de la voiture développe 380 ch. Ses performances fulgurantes sont le résultat d'un rodage aérodynamique axé spécifiquement sur le dessous de caisse. En ce qui concerne la F355, la 355 F1 était équipée d'un système de gestion de boîte de vitesses de type F1. Tout comme celui utilisé pour la monoplace, le système électro-hydraulique contrôlait la boîte de vitesses manuelle à l'aide d'un logiciel sophistiqué. Il était lui-même commandé par deux palettes, une de chaque côté du volant, ce qui signifiait que le conducteur n'avait pas non plus à lâcher le volant pour passer les vitesses.

Le 355 F1 Berlinetta biplace à deux places avait un corps en acier et en aluminium. Son style s'articulait autour d'une conception aérodynamique rigoureuse qui comprenait une sous-bascule sur tout le corps conçue pour égaliser l'effort de traction (Cl) entre les deux essieux. L'habitacle a été conçu dans un souci de sécurité et de plaisir de conduite. Les sièges et les garnitures étaient en cuir Connolly. Des sièges de course en matériau composite étaient également disponibles sur commande.

Le châssis était une monocoque en acier avec un sous-châssis arrière en tube d'acier pour l'ensemble moteur-suspension. Les suspensions avant et arrière sont équipées de bras triangulaires et de ressorts hélicoïdaux indépendants de longueur inégale sur des amortisseurs électroniques télescopiques remplis de gaz à deux positions. La voiture est également équipée de barres anti-roulis. La direction était à crémaillère avec assistance électrique et engrenage mécanique en option. Les freins étaient munis de disques à purge d'air automatique et d'un système ABS ATE exclusif. Les jantes de 18 pouces étaient en magnésium.

Le V8 de 3496 cm3 à 90° arrière central a été monté longitudinalement et découpé en 380 ch, ce qui lui donne une puissance spécifique de 109 ch/l. La distribution s'est faite au moyen de doubles cames en tête avec cinq soupapes par cylindre. Les bielles étaient en titane, tandis que l'unité de commande était la Bosch M5.2. La lubrification à carter sec et une boîte de vitesses mécanique à six rapports avec marche arrière complétaient le tableau, ainsi qu'un embrayage monodisque à sec. Il disposait d'un système de gestion de boîte de vitesses de type F1.

 

F355 Challenge 

 

La F355 Challenge a flanqué la 348 Challenge du Ferrari Challenge pour la saison 1995. Après le lancement de la série européenne en 1993 et le lancement de la série nord-américaine en 1994, l'année 1995 a également été marquée par une série japonaise. Tout comme le modèle choisi pour remplacer la F355 Challenge, il est directement dérivé de son homonyme Berlinetta qui lui a donné son nom sur la route.

Une fois de plus, le moteur était strictement de série et les modifications très limitées se limitaient au système d'échappement, à l'embrayage, aux pneus slick et à l'équipement de sécurité obligatoire en course (arceau de sécurité, harnais six points, extincteur, crochet avant deux et disjoncteur électrique). Le Challenge F355 a continué à concourir jusqu'en 2000, date à laquelle il a été rejoint par le Challenge 360 qui l'a remplacé l'année suivante.