Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV
Ford GT40 -  Mk IV

Ford GT40 - Mk IV

Le Mk IV a été construit autour d'un châssis en J renforcé, propulsé par le même moteur de 7,0 L que le Mk II. En excluant le moteur, la boîte de vitesses, certaines pièces ...

Ford

Résumé

Histoire

Ford GT40 Mk IV

Le Mk IV a été construit autour d'un châssis en J renforcé, propulsé par le même moteur de 7,0 L que le Mk II.

Ford GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IV

En excluant le moteur, la boîte de vitesses, certaines pièces de suspension et les freins de la Mk II, la Mk IV était totalement différente des autres GT40, utilisant un châssis tout neuf et une carrosserie spécifique. C'était sans aucun doute la variante la plus radicale et la plus américaine de toutes les GT40 produites. Suite à l'accident de Ken Miles au volant de la J expérimentale, l'équipe a installé un arceau de sécurité en tube d'acier de type NASCAR dans le Mk IV, ce qui l'a rendu beaucoup plus sûr. L'arceau de sécurité était si lourd qu'il a rendu inutile la majeure partie de l'économie de poids de la construction alors très avancée et radicalement innovante des panneaux en alvéoles.

La Mk IV avait une forme longue et aérodynamique, ce qui lui donnait une vitesse de pointe exceptionnelle, cruciale pour bien figurer au Mans à cette époque (un circuit composé presque entièrement de lignes droites), course pour laquelle elle a finalement été construite. Une boîte de vitesses automatique à 2 rapports a été essayée, mais lors des essais approfondis de la J-car en 1966 et 1967, il a finalement été décidé de conserver la boîte manuelle à 4 rapports de la Mk II. Dan Gurney s'est souvent plaint du poids de la Mk IV, puisque la voiture pesait 600 livres (270 kg) de plus que la Ferrari 330 P4. Lors des essais au Mans en 1967, Gurney a mis au point une stratégie (également adoptée par le copilote A.J. Foyt) qui consistait à relâcher complètement l'accélérateur quelques centaines de mètres à l'approche de Mulsanne et à braquer et amorcer le virage pratiquement dans la zone de freinage, afin de préserver les freins fortement sollicités. Cette technique a certes sauvé les freins, mais l'impact de cette stratégie sur les temps au tour enregistrés par la voiture pendant les essais a conduit l'équipe Ford à penser que Gurney et Foyt, dans un effort de compromis sur les réglages du châssis, avaient désespérément enterré leurs espoirs de victoire. La voiture s'est révélée la plus rapide en ligne droite cette année-là, grâce à son aérodynamisme épuré, atteignant 340 km/h sur la ligne droite des Hunaudières de 5.7 km.

Contrairement aux anciennes voitures Mk I, II, IIB et III, qui ont été construites en Angleterre, les Mk IV ont été construites aux États-Unis par Kar Kraft. Le Mans 1967 reste la seule victoire entièrement américaine dans l'histoire du Mans - pilotes, équipe, châssis, moteur et pneus américains. Au total, six Mk IV ont été construites. L'un des Mk IV a été reconstruit sur le Ford G7 en 1968, et utilisé dans la série Can-Am pour 1969 et 1970, mais sans succès.

Le Mk IV n'a couru que deux courses : les 12 Heures de Sebring en 1967 et les 24 Heures du Mans en 1967. Elle a remporté les deux épreuves. Une seule Mk IV a été réalisée et engagée pour Sebring, la pression de Ford s'était considérablement accrue après l'humiliation de Ford à Daytona deux mois auparavant. Mario Andretti et Bruce McLaren ont gagné Sebring, devant une Mk.IIB.

Histoire

L'annonce par Ferrari de la 330 P4 avait inquiété les gens de Ford et pour s'assurer que la J-car serait bien prête, on avait demandé à Shelby de participer au développement de la voiture. En janvier 1967, J-3 a fait l'objet d'essais approfondis et jusqu'à vingt-cinq configurations aérodynamiques ont été essayées, en seulement cinq jours. Enfin, on a trouvé le modèle qui combinait le mieux la faible traînée et la stabilité à grande vitesse. Une quatrième voiture a été construite, équipée de la nouvelle carrosserie et envoyée à Sebring pour les débuts tardifs de la J-car en compétition. Se référant à sa lignée GT40, la J-car est devenue la Ford GT Mk IV, ou simplement Mk IV. Dans les mains de Bruce McLaren et Mario Andretti, le Mk IV jaune vif a pris la pole position avec une marge de 2,6 secondes et remporta sa première victoire.

Une semaine plus tard, McLaren était au Mans pour tester J-3 dans les épreuves officielles. Equipée de toutes sortes d'équipements d'essai, elle n'enregistra pas de temps rapide, mais elle fut tout de même chronométrée à 330 km/h dans la ligne droite Mulsanne. Pour ne rien laisser au hasard, quatre châssis entièrement nouveaux ont été construits pour Le Mans. Deux châssis (J-5 et J-6) ont été remis à Shelby American pour McLaren/Donohue et Gurney/Foyt, et les deux autres (J-7 et J-8) ont été engagés par Holman & Moody pour Andretti/Bianchi et Ruby/Hulme. Les quatre Mk IV ont été soutenues par trois autres GT40 Mk II préparées par Shelby. Elles ont affronté sept Ferrari et leurs compatriotes américains Chaparral, qui ont apporté deux 2F à moteur Chevrolet, équipées de leurs ailes mobiles avancées.

Les qualifications furent dominées par les Américains, McLaren prenant la pole position devant la Chaparral de Mike Spence et Phill Hill. La Ferrari la plus rapide était septième à plus de quatre secondes de la Mk IV. Dans la course, la fiabilité à toute épreuve de l'italienne et l'expérience ont permis aux Ferrari de remonter progressivement en tête du classement au fur et à mesure que les Ford et les Chaparral perdaient du temps dans les stands, ou abandonnaient. Hulme enchaînait régulièrement les meilleurs temps au tour, mais sa Mk IV fut contrainte à l'abandon après que Ruby ait endommagé le carter lors d'une excursion hors-piste. Andretti accidenta violemment sa voiture au milieu de la nuit, heureusement sans conséquence. Enfin, McLaren et Donohue ont vu leur capot s'envoler à l'approche de Mulsanne, les obligeant à s'arrêter au stand pendant un long moment, réduisant leurs espoirs de victoire à néant. Ils n'ont pu faire mieux que quatrième. Heureusement, la paire Gurney/Foyt a réalisé une course sans erreur, et sans problème, terminant avec cinq tours d'avance sur la meilleure Ferrari pour obtenir la première victoire des 24 Heures du Mans pour une voiture entièrement américaine.

Un jour après la deuxième victoire de Ford au Mans, une nouvelle réglementation pour 1968 a été annoncée, ce qui a rendu la Mk IV obsolète. Ford a ramené les Mk IV à Holman & Moody et a reconstruit les quatre autos dans la même configuration que le châssis gagnant, qui selon l'ACO était J-6. Les voitures ont été peintes en rouge et ont reçu une "bulle de civière" dans le toit pour être des répliques exactes de la gagnante. Pendant un certain temps, ces " gagnantes" ont été présentées lors de divers salons et évènements automobiles. À la fin de l'année, J-6 a été remis à Foyt pour ses débuts et sa victoire au Mans. Deux autres châssis en nid d'abeille ont été construits et utilisés sans grand succès en Can-Am sous le nom de G7A, portant à dix le nombre total d'exemplaires " J-cars " construits.

Ford a également vendu J-7 et J-8, mais a conservé à J-5, qui, à l'époque, n'avait pas de plaque de châssis et à laquelle il manquait de nombreux composants d'origine comme le moteur. En 1991, le collectionneur américain James Glickenhaus acheta la J-6 et, peu de temps après, il commença à avoir des doutes sur le fait que sa voiture était vraiment la gagnante du Mans. Il a visité le Musée Ford pour inspecter le J-5. Il a découvert qu'il avait un plancher abaissé sous le siège du conducteur, qui, avec la bulle dans le toit, avait été fait pour accueillir le très grand Dan Gurney. Il y avait aussi une fissure sur le nez du J-5 où un fan avec une bouteille de champagne s'était assis après la course. De plus, Glickenhaus a trouvé des dommages sur sa voiture liés au détachement du capot arrière. Pendant près de trente ans, l'ACO et le département marketing de Ford ont trompé tous les historiens. Aujourd'hui, Glickenhaus est donc la seule personne à pouvoir prouver que son châssis, vainqueur du Mans, ne l'est pas vraiment.

A première vue, la Mk IV pourrait facilement être confondue avec la quatrième évolution de la Ford GT40 d'origine. Une inspection plus approfondie et contrairement à l'opinion populaire sur les voitures américaines révèle qu'il s'agit en fait d'une voiture de course très avancée. En particulier avec la construction du châssis, Ford a innové et ils ont été rapidement suivis par tous les autres constructeurs de voitures de course et à ce jour, la construction en nid d'abeille est encore utilisée pour créer des composants solides et légers. Il est malheureux que la réglementation ait abrégé la vie du Mk IV, bien que beaucoup aient cru que Ford aurait laissé la course aux corsaires à la fin de la saison de toute façon. À ce jour, la Ford Mk IV reste la seule voiture entièrement américaine à avoir remporté le grand classique de la course d'endurance.

Production

Châssis J-1

Châssis J-2

Châssis J-3

Châssis J-4

Châssis : J-4

Quatrième J-car construite, ce châssis a été utilisé pour les débuts en compétition de la Mk IV aux 12 Heures de Sebring. Ford n'a engagé qu'une seule des nouvelles Mk IV et a chargé Bruce McLaren et Mario Andretti de la piloter. L'immense talent de ce duo a permis à la nouvelle Ford de se qualifier en pole position et de mener la course de bout-en-bout. Après sa première victoire, le châssis J-4 est resté aux Etats-Unis où il était principalement utilisé pour des essais, tandis que quatre voitures neuves ont été envoyées en France pour les 24 Heures du Mans. En 1970, elle a été vendue par Ford à son premier de plusieurs propriétaires privés. Aujourd'hui, elle fait partie d'une impressionnante collection dédiée à Ford et Shelby basée à Salt Lake City.

Châssis J-5

Conservé par Ford, le châssis J-5, dont il a été déterminé par la suite qu'il s'agissait de la voiture gagnante des 24 Heures du Mans en 1967, est exposé depuis de nombreuses années dans le musée Henry Ford. Au cours des dernières années, la voiture fut présentée lors d'événements tels que la Monterey Motorsports Reunion, le Goodwood Festival of Speed et le Goodwood Revival où son ancien pilote Dan Gurney était à l'honneur. Pendant le transit vers le Royaume-Uni, la voiture a été endommagée et il a été décidé de la remettre en état de marche tout en préservant son originalité. Le travail a été confié aux All American Racers de Dan Gurney.

Châssis J-6

Ayant découvert que sa voiture n'était pas la voiture rouge n°1 conduite par Gurney et Foyt, Glickenhaus a fait repeindre sa voiture en jaune, dans sa configuration le Mans 1967 conduite par McLaren et Donohue à la quatrième place. La bulle Gurney a été conservée car Glickenhaus considérait qu'elle faisait partie de l'histoire intéressante de la voiture. Mécaniquement, la voiture est encore complètement d'origine puisqu'elle n'a été utilisée qu'une seule fois en course. Comme toutes les voitures de Glickenhaus, elle est en état de marche et immatriculée pour la route.

Châssis J-7

Châssis J-8 

Châssis J-9

Chassis: J-9

Le châssis J-9 fut produit pour la saison 1967 avec J-10. De même que J-10, ce châssis fut construit en Can-Am G7-A. Bien qu'elle n'ait pas couru sous cet aspect, elle fut testée par Mario Andretti. Les deux G7-A ont été vendues par Ford à Charlie et Kerry Agapiou. Alors que J-10 a été engagé dans de nombreuses courses, J-9 a été une fois de plus laissé de côté. Elle a finalement été reconstruite en spécification Mk IV. Elle fut acquise par le propriétaire actuel en 2013. Il l'a fait restaurer et l'a récupéré quelques heures avant de la présenter au Concours sur l'avenue du Carmel. Plus tard dans l'année, elle a également participé au Goodwood Revival dans une course en hommage à la GT40.

Châssis J-10

Le dernier châssis J a été utilisé pour courir dans le Championnat Can-Am, avec J-9. Construite sous forme de spyder Can-Am, J-10 fut nommée G7A. Elle fut pilotée par de grands pilotes dont Jack Brabham, Vic Elford, George Follmer, David Hobbs et Peter Revson. Depuis 1969, elle n'a connu que trois propriétaires privés. Enfin elle a fait l'objet d'une très grosse restauration achevée en 2017. Elle arbore aujourd'hui une carrosserie de Mk IV en spécification Le Mans 1967. Elle fut proposée à la vente par Gooding & Co en 2018, mais ne trouva pas preneur. 

Châssis non assemblés 

En 1967, deux châssis en plus furent produits, mais non numérotés et non assemblés, servant simplement de pièces détachées. Les pièces ont été récupérées et un des châssis a été monté, numéroté J-12. Ce dernier est considéré comme le dernier exemplaire de Mk IV produit. Il fut vendu aux enchères par Gooding & Co en 2018 pour un montant de $1,925,000, en dessous de l'estimation de $2,000,000 - $2,500,000.

Images

Ford GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IVFord GT40 -  Mk IV

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture