BMW Isetta

BMW Isetta, quand Munich veut se relancer en faisant plus petit

Le Tour Auto 2022 approche. Et évidemment Mecanicus sera sur le bord des pistes et des routes pour vous le faire suivre. On s’attarde aujourd’hui sur une auto qui sera bien visible. D’abord parce que la BMW Isetta 600 est très originale dans sa forme, mais aussi parce qu’elle portera le numéro 1 ! On revient sur l’histoire de ces petites puces.

Face à la faillite, BMW fait son marché en Italie

Au début des années 50, BMW s’est réinventé au niveau automobile. Finies les exquises 327 et 328 dont le moteur 2 litres a été récupéré, au titre des dommages de guerre, par les anglais de Bristol. Ce sont de grosses autos à moteur V8 que propose la firme de Munich, tandis que la divine 507 est en voie de finalisation. Mais ces autos vont avoir un point commun : vendues chères, elles ne s’écoulent pas vite et en plus le constructeur perd de l’argent sur chaque modèle.

BMW 501

Le salut va venir de l’Italie. Au début des années 50, Renzo Rivolta est le patron d’Iso SpA Refrigeratori. Il fabrique donc… des frigos ! Pour autant il a des envies de moteurs et se lance dans l’industrialisation de scooters. Las, la concurrence de Vespa et Lambretta est rude et c’est vers l’automobile qu’il s’oriente. Il lui faut une petite voiture qui transportera deux adultes et un enfant. On est loin des mythiques Rivolta qui embarqueront des V8 américains avec des performances de premier plan.

C’est ainsi que naît l’Isetta (petite Iso) au salon de Turin 1953. L’auto est en fait basée sur un brevet posé par Ermenegildo Preti en 1950. Le point commun avec un frigo : la large porte à l’avant, qui est en fait inspirée de l’ouverture des avions cargo. La voiture repose sur trois roues à l’origine mais va vite passer à 4. Elle est motorisée par un petit 198 cm³ deux-temps de 9,5 ch. Elle est lancée en production mais elle a du mal face aux “vraies” voitures italiennes, Fiat 500 en tête. Par contre, le triplé à l’indice de performance sur les Mille Miglia 1954 tape dans l’oeil de BMW.

Iso Isetta

C’est ainsi que la marque allemande acquiert la licence de la petite italienne. Elle va devenir la BMW Isetta, mais avec quelques modifications. Déjà, pour proposer une “sortie de secours” en cas de choc avec l’avant, le toit est remplacé par une capote en toile. Ensuite on troque son moteur italien contre le 250 cm³ de la BMW R25 et ses 12ch. BMW lance la fabrication en 1955 et c’est d’emblée un succès énorme.

Avec 2.28m de long et 350kg, c’est une citadine très agile. Vendue à seulement 2550 DM, elle se taille vite une belle part du marché “automobile”. Les guillemets sont de rigueur puisque son vrai avantage est de ne pas être une automobile. On peut la conduire avec un permis moto, bien moins cher en Allemagne que le permis auto. 10.000 exemplaires sont vendus la première année, elle démarre bien !

BMW Isetta 250

BMW Isetta 250

La BMW Isetta va évoluer

Dès 1956 la BMW Isetta 250 est secondée par la 300. Le moteur cube donc 300 cm³ et permet une puissance de 13ch. Les performances ne sont pas vraiment en hausse puisque la pointe reste établie à 85 km/h !

BMW Isetta 300

En 1957 la marque allemande se décide à offrir une auto plus grosse avec la BMW 600. C’est une vraie 4 places. Si les occupants avant entrent toujours par une “porte de frigo”, une vraie porte est installée à l’arrière droit. Les vitres sont plus grandes et le moteur est donc un 582 cm³ de 20ch.

BMW 600

En 1958 le chiffre de production atteint les 100.000 BMW Isetta. La 600 n’a pas le succès escompté, loin de là. Son développement et son industrialisation ne suffisent pas et BMW se rapproche de la faillite. Finalement, c’est la BMW 700 qui va permettre au constructeur de se relancer en 1959, remplaçant la 600. Certes, on trouve là une vraie voiture, avec une forme plus classique dessinée par Michelotti, un moteur 697 cm³… mais c’est bien sur la BMW 600 qu’elle est basée… et elle-même découle de l’Isetta originelle. 

BMW 700

Il aura donc fallu plusieurs essais à la firme pour se sauver et les “neue klasse” qui se préparent vont définitivement relancer BMW. Quand l’Isetta disparaît du catalogue en 1962 après 161.278 “engins” produits.

La BMW Isetta de nos jours

Très recherchées, ces petites autos sont devenues mythiques. On a du mal à en trouver mais elles ont marqué l’histoire de la marque… et sont quand même plus originales qu’une E36 ! Côté prix, ce n’est pas la taille qui compte puisque vous ne trouverez pas de BMW Isetta 250 ou 300 à moins de 20.000 € et le prix grimpe encore pour les plus belles !

En bonus, la BMW Isetta est donc éligible au Tour Auto ! En 1958 une BMW 600 prit part à la course avec Gatsonides et Calamy, sans voir l'arrivée. Elle portait, déjà, le n°1 !

Vous en avez une ? Vous souhaitez la vendre ? Chez Mecanicus on s’intéresse à toutes les autos et on peut vous proposer un prix de rachat rapide, ça se passe par ici.

 

Articles sur le même thème

Paul Bracq, le dessinateur de la Pagode, la Sharknose mais aussi de mobilier d'intérieur !

Paul Bracq, le dessinateur de la Pagode, la Sharknose mais aussi de mobilier d'intérieur !

11 Mar 2020
Touring Cars : DRM / DTM #1

Touring Cars : DRM / DTM #1

16 Apr 2020
📬 Courrier des lecteurs - Les Art Cars BMW #1 - La Calder et la Stella

📬 Courrier des lecteurs - Les Art Cars BMW #1 - La Calder et la Stella

1 Jun 2020
📬 Courrier des lecteurs - Les Art Cars BMW #2 - Lichtenstein et Warhol

📬 Courrier des lecteurs - Les Art Cars BMW #2 - Lichtenstein et Warhol

8 Jun 2020
Coup d'oeil dans le rétro #23 - David Warburton, une passion anglaise !

Coup d'oeil dans le rétro #23 - David Warburton, une passion anglaise !

8 Mar 2021