Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Fiat 130 : grosse ambition, petits moyens

Fiat 130 : grosse ambition, petits moyens

Il fut un temps où Fiat était un ogre de la construction automobile. Et en ce temps là, la marque turinoise avait pour ambition d'inonder le marché de ses autos populaires, mais aussi de monter en gamme. D'abord il y eu le trio 1800/2100 devenu 1800/2300, puis leur remplaçante, celle qui nous intéresse aujourd'hui : la Fiat 130.

L'ambition d'un haut de gamme, avec trop peu de moyens

Les Fiat 1800 et 2100 sont sorties en 1959. Autant dire qu'il est assez logique de planifier l'arrivée de la remplaçante pour l'année 1969. Et comme ces autos n'ont jamais vraiment inquiété les allemandes de chez BMW ou Mercedes, on veut frapper fort.

Pour ce qui est de la plateforme, on va faire du neuf avec du vieux en reprenant la plateforme de la Fiat 125 qui sera agrandie pour l'occasion. D'ailleurs cela se ressent aussi au niveau de la ligne, dessinée par les Boano, alors à la tête du style de la marque. 

Fiat 130

La Fiat 130 va être la première grosse auto de la marque à faire appel à quatre roues indépendantes. À l'avant c'est un système McPherson et à l'arrière c'est une nouvelle conception qui est prometteuse sur le papier. Dante Giacosa, qui supervise la conception de l'auto, optera pour des joints de cardans à l'air libre. Théoriquement graissé à vie, le système sera malheureusement une des faiblesse récurrente de l'auto.

Côté moteur, le 2300 revu par Lampredi, excusez du peu, était au top de sa forme. Mais à Turin, on veut monter en cylindrée pour concurrencer les allemandes. Comme le moderne V6 Dino ne peut aller assez haut, on va construire un second V6 qui sera dédié à la 130 et qui est en fait dérivé du 4 cylindres de la 128. Avec 2866 cm³ ce moulin atteint les 140ch, une belle cavalerie mais qui pâtira du poids conséquent de l'auto, avec 1600 kg sur la balance ! Autre petit point noir : il fait l'impasse sur l'injection, pourtant en voie de démocratisation sur les berlines haut de gamme, et même sur d'autres plus abordables (les Peugeot 404 et 504 par exemple).

En dépit d'atouts techniques non négligeables comme la direction assistée et la climatisation, le développement - bouclé en deux ans - et la volonté de Fiat de reprendre beaucoup d'éléments présents sur d'autres modèles de la gamme par soucis d'économies, en fera une voiture un peu décevante niveau finitions/innovations. On est loin du laboratoire roulant que sont généralement les autos haut de gamme, notamment les allemandes...

La carrière de la Fiat 130 en bref

L'auto sort bien au moment voulu, en 1969. Cependant les premières critiques ne tardent pas, notamment lors des essais presse quand on se rend compte qu'à certaines vitesses le plancher arrière entre en résonance avec l'échappement ! De plus l'insonorisation n'est pas parfaite et si le moteur est assez puissant, le poids lui fait consommer jusqu'à 20 litres au 100 km à allure soutenue !

De fait on ne vendra jamais plus de 3000 Fiat 130 par an. La berline est utilisée par les cadres de la marque mais peine à se vendre en dehors. Les allemandes sont toujours devant au niveau des prestations.

En 1971 on présente sa version coupé. Cette fois le style est confié à Pininfarina. Il est élégant et adopte une nouvelle version du V6 avec 3235 cm³ il atteint 165 ch. Il va d'ailleurs être généralisé à toute la gamme.

Fiat 130 Coupé

Peu d'évolutions suivront. Et les ventes ne décolleront pas. Quand on arrête la Fiat 130 en 1977 ce sont 19.584 autos qui ont été construite, presque 8 fois moins que les 1800/2100/2300 !

Du coup, les Fiat 130 berline et coupé sont des autos relativement rares en collection. Alors si vous aimez et que vous en voyez une disponible, foncez !