Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous
Jimmy Stewart, bien plus que le frère de Jackie

Jimmy Stewart, bien plus que le frère de Jackie

Si on vous dit Stewart et pilote de course, vous pensez forcément à Jackie Stewart, le triple champion du monde de F1. Et on oublierait presque Jimmy Stewart, le frère aîné qui a couru dans les années 50 avec de beaux résultats. Ce serait dommage puisque même le célèbre Jackie a commencé en étant "le frère de".

Les Stewart et la course : une passion familiale

Né le 6 Mars 1931 Jimmy Stewart, de son vrai nom James Robert Stewart, grandit dans une famille où la course représente vraiment quelque chose. Robert, son père, a été pilote moto et a participé à de grandes courses. Il s'est fait remarquer plusieurs fois sur l'Ile de Man notamment. Après guerre, rangé de sa carrière de pilote, il est devenu concessionnaire Jaguar à Dumbuck, à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Glasgow. On pourrait penser que sa mère aurait freiné les envies de vitesse familiales, mais non, elle est également passionnée d'automobiles !

C'est à 20 ans, fin 51, que le jeune Jimmy va faire ses premières armes. Il ne le fait pas sur une Jaguar mais sur une Healey Silverstone. Ce sera sa monture pour toute l'année 1952 et il va se faire remarquer. Évidemment il ne s'engage pas sur les plus grandes courses du monde mais ses apparitions dans des courses nationales sont souvent remarquées. À la clé, plusieurs podiums dans des courses réservées aux autos de moins de deux litres.

Jimmy Stewart aux yeux du monde avec l'Ecurie Ecosse

En Ecosse, la grande figure du sport automobile est alors David Murray. Pilote lui aussi, il a participé, sans trop de succès, au premier Grand Prix de F1 de l'histoire à Silverstone. Il a ouvert un garage et gère la carrière d'un pilote local quand plusieurs de ses clients le poussent à créer son équipe de course auto. C'est l'Ecurie Ecosse, qui va devenir célèbre dans les années 50.

À la fin de l'année 52, le jeune Jimmy a eu suffisamment de bons résultats pour que Murray le remarque. L'équipe va le faire courir sur la Jaguar Type C bleue qu'elle a reçue l'année précédente. Jimmy ne va pas courir les plus grandes courses dès 1953. C'est le rôle de Ian Stewart (aucun rapport) et de Ninian Sanderson notamment. Pour autant le jeune écossais réussit de belles prouesses et se classe régulièrement sur le podium, y compris sur la première marche, des courses qu'il dispute en Angleterre, de Charterhall à Ibsley en passant par Thruxton et Snetterton.

Aux 24h du Mans, il n'est pas retenu par l'Ecurie Ecosse mais Jimmy Stewart revient à ses premiers amours. Healey le place sur une Sports mais il ne sera que pilote de réserve de l'auto qui termine 11e.

Cependant l'Ecurie Ecosse n'a pas qu'une Jaguar Type C à faire courir. C'est ainsi qu'en Juillet 1953 il est au départ du Grand Prix de F1 de Silverstone sur une Cooper-Bristol. C'est une auto de F2, comme toutes les F1 de ces années là. Qualifié 15e sur 29 il s'emploie et remonte à la 6e place. Il l'occupe toujours quand il sort de la piste à 11 tours de l'arrivée.

Ce beau résultat, gâché il est vrai, encourage quand même Murray à le promouvoir parmi ces pilotes vedettes. Il va ainsi participer aux 1000 km du Nürburgring, fin Août, sur une seconde Type C et prendre la 6e place finale avec Jack Lawrence.

Fin de carrière galère

L'année sportive débute tôt pour Jimmy Stewart en 1954. Le 24 Janvier il est au départ des 1000 km de Buenos Aires avec Ian Stewart. Ils ne voient pas l'arrivée. De nouveau l'écossais va signer de beaux résultats en course en Angleterre avec plusieurs podiums, toujours sur la Type C bleue. Il court aussi occasionnellement sur une Connaught en monoplace.

Aux 24h du Mans l'Ecurie Ecosse n'est pas engagée, l'Équipe Nationale Belge engage les autos. Jimmy Stewart se retrouve néanmoins dans la Sarthe pour piloter une Aston Martin DB3S officielle. Seulement il va avoir un terrible accident. Il se retrouve éjecté de l'auto et a les deux bras fracturés. La saison 1954 est déjà terminée pour lui et il manque quelques belles opportunités avec l'Ecurie Ecosse, notamment en F1.

On le retrouve du coup en mai 1955. La Type C vient d'être remplacée par une Type D. Sa voiture ne prend pas le départ à Silverstone mais il est bien sur la piste au Nürburgring. Une nouvelle fois il subit un accident qui le laisse blessé. Il figure bien sur la liste des pilotes remplaçants officiels Jaguar pour Le Mans, mais il n'est pas en état de courir. Dommage, l'une des autos l'emporte.

Jimmy Stewart n'est plus un pilote. Les blessures ont mis un trop gros frein à sa carrière et il prend sa retraite... à 24 ans !

Le frère de...

C'est Jackie Stewart qui va ensuite porter le nom écossais au plus haut. Il se fait remarquer mais reste le frère de Jimmy. Aussi quand Ken Tyrell appelle Jimmy Stewart pour avoir son avis sur le jeune pilote, en bon grand frère il répond "Sérieusement ? Essaye de l'arrêter !". Un test en F3 plus tard, la carrière de Jackie l'emmènera vers trois titres de champion du monde de F1. Les blessures de son frère et les nombreux morts qui émaillent alors les courses autos feront de Jackie un des apôtres de la sécurité en F1. Il se retirera d'ailleurs alors que son successeur, François Cevert se tue à Watkins Glen...

Jackie Stewart déclarera plusieurs fois qu'il doit tout à son frère. Celui-ci a fait plus que le pousser dans le sport auto. Mais a aussi bénéficié de renvois d’ascenseurs quand son addiction à l'alcool l'a emmené vers les cliniques spécialisées.

Jimmy Stewart est décédé le 3 Janvier 2008. Et il mérite qu'on se souvienne de lui, et pas seulement en tant que frère de... 

Jimmy & Jacky Stewart

Photos : Pinterest