La Dépanneuse

La dépanneuse

Les origines

Ernest W. Holmes Sr., né en 1883 à Hobbs Island (Alabama), s’installe au cours de sa vie à Chattanooga dans le Tennessee, où il est devenu mécanicien.

En 1916, il fut appelé à la rescousse par l’un de ses amis, John Wiley, qui perdit le contrôle de sa Ford Model T avant de s’écraser dans le lit d’un ruisseau. Holmes n’avait jamais eu à faire face à une telle situation auparavant. Il lui aura fallu pas moins de huit heures avec une équipe de six hommes pour récupérer la Ford T de Wiley au moyen de cordes. Par la suite, Holmes se retire dans son garage, conscient qu’il fallait inventer un véhicule capable de rendre le travail beaucoup moins compliqué.

La dépanneuse est née…

Dépanneuse

Sa première tentative fut de modifier une Cadillac de 1913, propulsée par un moteur quatre cylindres de 365,8 cm3, en y attachant un système de grue et de poulie, et quelques crochets permettant l’accroche au pare-chocs du véhicule en panne. Malheureusement, le châssis de la Cadillac n’avait ni la stabilisation ni la solidité ni la robustesse nécessaire pour soulever et remorquer des véhicules en panne.

Il a donc passé les deux années suivantes à modifier et à affiner son idée jusqu’à ce qu’il parvienne à un modèle réussi pour la construction de la première dépanneuse, en 1918. Cette première dépanneuse a été baptisée Holmes 485. La base de cette construction était un concept de flèche qui impliquait l’ancrage du camion d’un côté, tandis que l’autre côté récupérait la voiture en panne afin de ne pas faire basculer la dépanneuse.

Plan dépanneuse 1Plan dépanneuse 2

Après avoir obtenu un brevet pour la Holmes 485 en 1919, Ernest fonde la société Ernest Holmes, Co et continue à contribuer à l’évolution de la dépanneuse.

Les évolutions

Holmes couple la Holmes 485 à une locomotive à vapeur de 1913 dotée d’un moteur à six cylindres et d’une transmission manuelle à quatre vitesses.

Holmes met également au point un coupleur de remorquage en V qui permet au conducteur d’une dépanneuse d’atteindre une vitesse de 30 km/h avec une voiture accrochée sans l’endommager.

Coupleur en V

La Holmes W70, une version ultérieure créée par Holmes, est encore aujourd’hui la plus grande dépanneuse au monde.

Dépanneuse 2

En 1973, de nombreuses années après le décès de Ernest Holmes (1945), l’entreprise Ernest Holmes, Co, est vendue à une société connue aujourd’hui sous le nom de Miller Industries.

Les différents types

Au fil des années, la dépanneuse s’est développée et différents constructeurs ont mis au point différents types de systèmes de remorquage pour différentes situations.

Le système à crochet et chaîne

Semblable au modèle original de dépanneuse inventé par Holmes, le système à crochet et chaîne utilise un type de grue et un système de poulie pour remorquer les véhicules. Ce système comporte des chaînes qui s’enroulent autour de l’essieu et du châssis de la voiture et un treuil à flèche qui la soulève. Cet équipement ne fonctionne que pour les véhicules dotés de pare-chocs en acier et qui n’ont pas de transmission intégrale, sous peine d’endommager le groupe motopropulseur ou les pare-chocs.

holmes dépanneuse

Le système à roues élévatrices

Le modèle à roue élévatrice a évolué à partir du modèle original à crochet et chaîne. Au lieu d’utiliser un crochet pour soulever le véhicule, un dispositif appelé étrier est placé sous les roues de la voiture pour la soulever du sol.

Le système à plateau

Il s’agit d’un camion doté d’une partie entière à l’arrière appelée plateau qui s’abaisse ou s’incline pour tirer le véhicule en panne dessus. Cette méthode est plus sûre pour la voiture car elle repose sur la plate-forme du camion, loin de la route.

Le système intégré

Ce type de dépanneuse est une construction combinée qui utilise à la fois la flèche et le mécanisme de levage des roues. Ce type de construction le rend plus utile pour les urgences ou la récupération de véhicules plus grands comme les autobus et les gros camions.

Crédits

The Old Motor