Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

La Fiat 124 Spider : histoire d'une voiture plaisir aux multiples carrières

La Fiat 124 Spider : histoire d'une voiture plaisir aux multiples carrières

Si cela fait quelques temps que vous suivez l'aventure Mecanicus, vous savez que nous sommes allés faire un petit tour à Turin au FCA Heritage Hub pour un live Facebook... que vous retrouvez aussi ici si vous n'avez pas suivi. Mais on en a aussi profité pour faire des focus sur certaines autos. Fiat France vient de vous la dévoiler, on s'est intéressés à la 124 Abarth, celle qui courrait en rallyes. Mais cette auto a une base "civile", la Fiat 124 Spider, dont nous n'avons pas parlé - ou presque. Alors on se rattrape ensemble avec cet article.

Fiat 124 Spider : quand on déclinait ses autos dans une gamme

Pourquoi est-ce que les constructeurs ont perdu cette belle habitude? Dans les années 60, on ne sortait pas seulement une berline, mais également le cabrio et le coupé qui allaient avec !

La Fiat 124 Berline

C'est comme ça que l'insipide déplaçoir qu'est la 124 Berline nous a d'abord donné la Fiat 124 Spider, puis le coupé (sur lequel nous ne nous attarderons pas). Nous sommes donc en 1966 et les trois autos sont présentées à la suite. La version spider est de loin la plus jolie. Le dessin est signé Pininfarina, ça aide. La voiture n'est pas si compacte (pour l'époque) avec 3,97 m de long, 1,61 m de large et 1,25 m de haut. Pour la partie technique, on utilise le nouveau bloc Lampredi, du nom de son créateur, ancien - entre autres - de chez Ferrari. 1438 cm³, ce n'est pas énorme, mais c'est un moteur moderne avec deux arbres à came en tête et gavé par un carbu double corps pour sortir 90 ch. Pour arrêter le tout, on utilisera des freins à disques. Du coup, l'auto, d'à peine une tonne sur la balance, est plutôt performante : 180 km/h de pointe et 12,6 secondes pour atteindre les 100 km/h. Vous prenez tous ces chiffres et vous regardez la fiche de la reine du segment des cabriolets de l'époque, la MG B : eh bien c'est équivalent ! La cible est définie et après avoir été présentée au salon de Turin, on lance la fabrication de la Fiat 124 Spider.

Une histoire riche en évolutions

Pour certaines autos, l'évolution c'est 15 ch en plus à mi-carrière avec un lifting et un nouveau tableau de bord. Pour la 124 Spider, il faut s'accrocher car l'auto a beaucoup évolué. 1969 : l'AS (nom de code de la 124 Spider originelle) laisse sa place à la BS. Un gros changement est à noter sur le train arrière puisque le tube de torsion est remplacé par des bras oscillants. Elle est produite en parallèle à l'AS pendant 6 mois. Ensuite arrive la BS1. La calandre change mais on la reconnaît surtout à ses deux bossages de capot. La raison est simple : elle reçoit le 1608 cm³ de la Fiat 125, alimenté par deux carbus double corps. La puissance passe alors à 110 ch. 1972 : gros changements avec la troisième série baptisée CS. Là, on revoit tout l'intérieur avec une sellerie et un équipement améliorés. Ça, c'est la base. Mais sous le capot, ça bouge encore puisque la Fiat 124 Spider reçoit les moteurs de la 132. Au menu, deux choix : soit un 1592 cm³ avec un seul carbu pour 108 ch, soit un "gros" 1756 cm³ avec deux carbus double corps et 128 ch. C'est cette version qui sera la base de la nouveauté de 1973 : la 124 Abarth Rallye de notre vidéo. https://youtu.be/IMXEgep10X4 1974 : révolution. On garde la CS, mais elle change de nom pour devenir Spider America. Pourquoi ? Eh bien parce que l'auto a du succès aux USA, mais moins en Europe. Du coup, elle ne sera plus vendue que de l'autre côté de l'Atlantique. La Spider America ne fait appel qu'au 1800, dépollué et alimenté par un seul carbu double corps qui lui permet de garder 118 ch. Mais surtout, la ligne est massacrée par les fameux pare-chocs plastiques américains... Il faut alors répondre à la norme qui dit que l'auto doit pouvoir prendre un choc à 8 km/h sans aucune déformation. À croire que les chocs à 8 km/h étaient fréquents... Comme les lois américaines sont plus dures que sur le vieux continent, en 1978, on doit faire évoluer une nouvelle fois la voiture au niveau de la motorisation. La 124 Spider reçoit un 2 litres qui provient de la 132. Mais au lieu de gagner des chevaux, une fois dépollué, on se retrouve avec 87 poneys sous le capot. Evidemment, les performances en pâtissent. Heureusement, en 1979 on refait évoluer la voiture, qui n'est toujours vendue qu'aux USA, en la dotant de l'injection électronique pour permettre au 2 litres de repasser au dessus des 100 chevaux. C'est la série CSO. En 1981, Fiat refait évoluer sa voiture, qui a 15 ans maintenant. La CSO reçoit un Turbo pour devenir une série limitée 124 Spider 2000 Turbo. Elle retrouve presque la meilleure puissance atteinte sur l'auto puisqu'on culmine alors à 122 ch. Cela sera la dernière série de la Fiat 124 Spider. Mais l'auto n'est pas morte !

Pininfarina prend le relais

Fin 1981, apparaît la Pininfarina Spider Europa. C'est la série DS, mais c'est aussi la toute première auto à être produite et vendue sous la marque Pininfarina (et par le réseau Fiat ! ). Mais ce n'est pas tout: on revend enfin la voiture en Europe, 7 ans après qu'elle ait quitté le marché ! La mécanique est toujours celle de la CSO avec le 2 litres qui sort 105 chevaux en Europe et 102 aux USA. La toute dernière version arrivera en 1983. Produite à 500 exemplaires, la Spider Europa Volumex sera finalement la plus puissante avec 135 ch sous le capot, tirés du 1756 cm³, alimentés par un seul carbu ! Sauf qu'il y a une astuce : le turbo ! Au final, on atterrit à 198.120 exemplaires produits. Pas si mal, mais il faut quand même se dire que la carrière de l'auto a duré près de 20 ans !

La version Pininfarina

La Fiat 124 Spider en 2019

Vous l'aimez sans pare-chocs américains ? Dommage. Car sur les près de 200.000 modèles fabriqués, seuls 27400 ont été diffusés en Europe ! Qui plus est ce sont les CS et CSO qui ont été les plus produites en totalisant 110.000 exemplaires à elles seules. Du coup, pour en trouver une originale, il va falloir chercher et être prêt à débourser. Les américaines sont trouvables vers 13.000 € mais les cotes s'envolent pour les autres. À l'inverse, les deux modèles les plus chers sont les deux versions Turbo qui vous demanderont de débourser plus de 20.000 € ... En tout cas, c'est sera une auto plus originale que la MG B. Et puis, si vous souhaitez une auto récente, la 124 Spider est revenue dans la gamme actuelle de Fiat, y compris en version Abarth. Pour le coup, elle partage beaucoup de choses avec la MX5 de dernière génération, mais là encore, la Fiat sera plus originale. Photos : News d'Anciennes et Fiat Press et Guilhem Gaubert