Renault Dauphine Gordini

La Renault Dauphine Gordini, une des premières bombinettes françaises

La semaine prochaine, c’est le Tour Auto. D’ailleurs Mecanicus vous le fera vivre de l’intérieur sur ses réseaux sociaux. Si on y verra des Porsche et des Ferrari en nombre, c’est bien une populaire française qui traversera la France avec le n°1, comme l’an dernier d’ailleurs. Elle, c’est une Renault Dauphine Gordini, on vous raconte son histoire.

De la Dauphine à la Dauphine Gordini

Lancée à l’hiver 1956, la Renault Dauphine porte ce nom car elle doit devenir la dauphine de la 4CV dans le classement des voitures les plus vendues en France. Sauf que ça ne se passe pas comme prévu. La nouvelle auto est plus spacieuse, son moteur est plus performant (28ch contre 21) et elle attire. En 1956 les ventes se diluent entre les autos, laissant la première place à la Simca Aronde. Mais dès 1957 c’est bien la Dauphine qui est en tête des ventes !

La Renault Dauphine de base

Cette même année, on dévoile une belle nouveauté au Salon de Paris. C’est bien celle qui nous intéresse aujourd’hui, la Renault Dauphine Gordini. Elle surfe sur le fait que l’auto se débrouille déjà bien en course, elle a fait le quadruplé dans sa classe aux Mille Miglia 1956 et un équipage féminin l’a emporté sur le Tour de Corse. Mais la nouvelle venue va plus loin en améliorant les performances avec sa nouvelle culasse au taux de compression plus élevé et avec un carbu plus gros. Le 850cm³ grimpe à 33ch et les envoie à une boîte 4. On la reconnaît également : elle est plus basse et ses pneus sont plus gros. Ainsi modifiée, la Renault Dauphine Gordini file à 126 km/h !

Renault Dauphine Gordini

Renault Dauphine Gordini

 

Pour autant les évolutions sont quasi absentes. En 1961 on lui adjoint également une version de compétition, la 1093, encore plus puissante et prévue pour les terrains difficiles.

L’auto est également disponible sur les marchés étrangers. Ainsi on peut commander une Dauphine Gordini aux USA au début des années 60 tandis qu’elles sont produites en Espagne, par FASA, en Argentine, par IKA, au même moment.
En 1962 elle fait son apparition sur les chaînes de Wyllis-Overland au Brésil où elle sera le seul modèle proposé.

FASA Dauphine

En Europe, en France en particulier, elle reste le modèle haut de gamme et se dote, comme toute la gamme, de freins à disque en 1963.Cependant, en 1964 quand elle est retirée du catalogue. La régie réduit alors la voilure, les Renault 8 et Renault 4 se vendent bien et la Dauphine est proche de la sortie. Pour autant, quand on arrête la version Export en 1965, c’est la Dauphine Gordini qui revient. C’est d’ailleurs le seul modèle qui reste en production entre ce moment et la fin de la carrière de la populaire française en 1967.

Entre temps, on a développé des Dauphine Gordini un peu spéciales au Brésil. La Dauphine Gordini II adopte des sièges rembourrés, une suspension aérostable et des arbres de roue renforcés en 1965. La Gordini III voit l’arrivée de freins à disque en 1966 et la Gordini IV sera même au catalogue quelques semaines avant que Wyllis-Overland ne soit absorbé par Ford.

Wyllis Dauphine

La Renault Dauphine Gordini en collection

En dehors des rares 1093, c’est bien la Dauphine Gordini qui est la version la plus recherchée dans la gamme. Plus chère que les versions de base, elle reste abordable puisque seuls les plus beaux modèles, restaurés ou peu kilométrés, dépassent la barre des 10.000 €.

Si vous en avez une, vous pouvez d’ailleurs la faire estimer par notre outil 100% digital, à retrouver en cliquant ici.

Le Tour Auto dans tout ça ?

Dès 1956, les Renault Dauphine sont engagées sur le Tour de France Automobile. Elles n’y brilleront pas comme sur les courses italiennes, la concurrence est relevée, notamment du côté des D.B Panhard, mais chaque année elles sont plusieurs au départ et à l’arrivée.
La Renault Dauphine Gordini va attendre pour s’y engager : la première ne participe qu’en 1959. Ensuite ce sont les 1093 qui vont venir renforcer les rangs mais on trouvera des autos au départ de l’épreuve jusqu’en 1963.

Au Tour Auto 2021, c'est l'équipage Mouret-Cardon qui sera au volant. Et ils espèrent bien voir l'arrivée, sans trop faire de pause pour tenir le rythme élevé de l'épreuve. 

Renault Dauphine Gordini au Tour Auto

Articles sur le même thème

La Renault Twingo : créativité maximum !

La Renault Twingo : créativité maximum !

5 Nov 2020
Renault 10, la R8 "plus"

Renault 10, la R8 "plus"

2 Feb 2021
Coup d'oeil dans le rétro #21 - L'histoire de Louis Renault - Partie VII

Coup d'oeil dans le rétro #21 - L'histoire de Louis Renault - Partie VII

8 Feb 2021
Top 10 des voitures de collection les plus échangées en 2020

Top 10 des voitures de collection les plus échangées en 2020

26 Feb 2021
La Renault 4CV aux 24h du Mans : drôle de première !

La Renault 4CV aux 24h du Mans : drôle de première !

4 Mar 2021
Alfa Romeo Dauphine et Ondine, une idée, un bras de fer, pas de vrai gagnant

Alfa Romeo Dauphine et Ondine, une idée, un bras de fer, pas de vrai gagnant

24 Mar 2021