Autobianchi A112 Abarth par Mecanicus

L'Autobianchi A112 Abarth, la bombinette sans cesse améliorée !

Elle est petite, elle est sportive, elle est blanche et elle devrait vous séduire, puisqu’on vous la propose à la vente. Elle, c’est l’Autobianchi A112 Abarth, une auto mythique pour tous ceux qui ont pu prendre son volant et désirable pour les autres. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est une auto à la longue carrière, la nôtre est une Série V de 1982. On va donc revenir sur son histoire.

Objectif : la Mini

Avant de parler de la version vitaminée, revenons à la base : la petite citadine Autobianchi A112. Elle s’inscrit parfaitement dans la lignée de cette marque d’abord satellite créée de toutes pièces par Fiat, Pirelli et le constructeur de cycles Bianchi en 1955. Complètement absorbée par le géant turinois en 1968 elle continue dans sa lignée : elle propose des autos plus audacieuses que les Fiat, avec lesquelles elle partage tous beaucoup d’éléments mécaniques, que ce soit sur le design ou sur certaines solutions techniques. La Primula est un bon exemple en étant l’ancêtre des voitures modernes avec son moteur transversal, ses roues avant motrices et son hayon.

Néanmoins, ce concept, la Primula n’a fait que le transposer à une auto de taille moyenne. Car il existe déjà et c’est la Mini qui l’a lancé. Cette Mini qui va être la cible du groupe Fiat à la fin des années 60. Elle est produite en Italie par Innocenti mais les ventes s'essoufflent. Non pas à cause du marché, toujours friand de ce genre d’autos, mais plutôt à cause de la technique rustique de la petite anglaise dont le moteur, notamment, accuse le poids des ans.

Autobianchi Primula

Dante Giacosa et son équipe conçoivent donc une auto qui peut lui faire concurrence tout en étant bien plus moderne. C’est la naissance de l’Autobianchi A112 qui reprend un moteur de Fiat 850, placé à l’avant, entraînant les roues avant, le tout dans une trois portes de 3.23 m de long ! Lancée en 1969, elle se révèle vite être un succès commercial.

Autobianchi A112

L’Autobianchi A112 Abarth pour enfoncer le clou

La Mini garde cependant un petit avantage : sa version Cooper, également proposée en Italie. Fiat fait donc appel à Abarth pour préparer sa petite citadine et la changer en bombinette.

On garde la base technique existante avec boîte à 4 rapports, suspensions indépendantes (un sacré atout face à la Mini) mais on regarde surtout du côté du moteur. Le 903 cm³ fait une cure de muscle en passant à 982 cm³ ce qui fait passer la puissance de 45 à 58 ch. Pour y arriver on a augmenté la course, mais on a aussi amélioré le vilebrequin, augmenté le taux de compression, modifié l’arbre à came. Avec sa puissance raisonnable elle permet quand même à la petite italienne qui ne pèse que 690 kg de taper les 150 km/h !

Côté esthétique, l’Autobianchi A112 Abarth se pare d’élargisseurs d’aile (plus mesurés que sur les premiers prototypes) et d’une calandre spécifique. En outre, on ajoute des jantes spécifiques, des bas de caisse noirs et un capot de la même couleur, mat pour éviter les reflets du soleil en rallye.

Présentée en 1971, c’est un succès quasi immédiat.

Autobianchi A112 Abarth Serie I

L’Autobianchi A112 Abarth évolue… tout le temps !

Après 4641 exemplaires de la première série, on dévoile déjà une seconde série en 1973. L’intérieur s’améliore au niveau de ses finitions mais surtout on remplace les pare-chocs chromés par des pare-chocs plastiques, noirs, renforcés par de la fibre de verre. L’aspect est plus moderne et plus légal ! Cette série ne sera produite que deux ans mais ce sont 13.759 exemplaires qui trouvent preneur !

Autobianchi A112 Abarth Serie II

En Juillet 1975 c’est donc la troisième série de l’Autobianchi A112 Abarth qui débarque. Pour le coup, le changement est surtout sous le capot puisque l’auto récupère le moteur de 1050 cm³ développé par Fiat Brésil. Retravaillé, il passe alors à 70ch. Pour autant la version 58ch ne disparaît pas, elle cohabite dans cette troisième série, unifiée par le fait que l’auto est désormais une 5 places.

Autobianchi A112 Abarth Serie III

Encore deux ans de plus et c’est la quatrième série qui arrive. L’Autobianchi A112 Abarth change de calandre, de feux arrière et de forme de pavillon. Le capot gagne une prise d’air qui renforce le côté sportif. Niveau technique, ce n’est pas au moteur qu’on touche mais à la boîte qui gagne un rapport.

Autobianchi A112 Abarth Serie IV

La cinquième série arrive donc… en 1979. Les antibrouillards sont déplacés dans les coins de l’auto. Sinon, elle reçoit aussi un allumage électronique qui apporte de la fiabilité sans rien changer aux performances.

Autobianchi A112 Abarth Serie V

La sixième série se fait attendre et sort en 1982. Cette fois on ne touche qu’aux finitions avec notamment des sièges en velours.

La septième et dernière série arrive en 1984. On ne la reconnaît qu’avec son bandeau réfléchissant, inséré dans le pare-chocs arrière avec le logo Autobianchi et le nom de la version. C’est la toute dernière série puisque l’Autobianchi A112 Abarth quitte le catalogue en 1985.

Autobianchi A112 Abarth Serie VII

Au total ce sont 140.879 exemplaires qui sont sortis de l’usine de Desio !

Notre Autobianchi A112 Abarth

La belle blanche (Biancô Sarantoga pour les spécialistes) qu’on vous propose est une Série V de 1982, une des toutes dernières donc. En parfait état, tant esthétiquement que mécaniquement, elle est vive et prête à prendre la route, plus cette dernière sera sinueuse et mieux elle se portera.

Mais ce qui fait sa particularité, c’est bien son état. Car cette auto, contrairement à beaucoup d’autres Autobianchi A112 Abarth n’est jamais passée par la case restauration ! Une auto parfaite pour beaucoup et vous retrouvez toutes les infos la concernant en cliquant ici.

autobianchi a112 abarth par Mecanicus

 

Articles sur le même thème

Carlo Abarth, l'autrichien devenu sorcier italien

Carlo Abarth, l'autrichien devenu sorcier italien

31 Oct 2019