Voiture de la caravane du tour de France

Le Tour de France Cycliste, une course où l'automobile est très présente !

C’est demain, Vendredi 1er Juillet 2022, que s’élancera la 109e édition du Tour de France avec un contre-la-montre de 13 km dans Copenhague. Oui, vous êtes bien sur Mecanicus, et, non, on ne vous parle pas du Tour de France Automobile devenu le Tour Auto. C’est bien du Tour de France Cycliste dont il est question ici. Une épreuve qui met en avant le premier moyen de locomotion “mécanique” personnel mais qui a aussi mis en avant de nombreuses automobiles. On va s’intéresser à celles-ci.

Les voitures officielles du Tour de France

Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est bien le journal l’Auto (ancêtre de l’Équipe et anciennement l’Auto-Vélo) qui est à l’origine de la création du Tour de France Cycliste. L’idée est de contrer le concurrent “le Vélo” et d’augmenter les ventes du journal avec une manifestation sportive de première importance.

Bien que les coureurs soient alors des forçats de la route, parcourant des distances énormes chaque jour sur des machines très lourdes et sans assistance, les officiels ont déjà recours à l’automobile pour suivre les coureurs.

Le cortège est alors composé de voitures hétéroclites, chacun faisant appel à la voiture qu’il a sous la main et plus rarement à un sponsor. En 1930, de nombreuses autos font leur apparition en tête de course : c’est la création de la caravane, on en reparlera.

En 1936, c’est l’apparition de la voiture “Radio-Course”. Celle-ci est placée à l’arrière du peloton et émet, en direct, une émission radiophonique permettant aux spectateurs de connaître la position du peloton. Notez que “Radio Tour” existe toujours et c’est un des moyens d’information encore très utilisé, dans le peloton cette fois, plus précisément par les directeurs sportifs et les journalistes suiveurs puisque les écarts entre les différents groupes, les chutes et autres incidents sont reportés en direct.

Tour de France 1936 - Agence Rol - BNF

Les voitures s’enchaînent, souvent ce sont des marques françaises qu’on retrouve à l’arrière du peloton. Elles ont un rôle plus utilitaire que réellement promotionnel. Les cabriolets sont appréciés, ils permettent aux directeurs sportifs une meilleure visibilité.

Renault 4CV sur le Tour de France

Tout change en 1962. C’est alors Peugeot qui devient fournisseur officiel des voitures du Tour de France cycliste. Les 404, toutes récentes, deviennent les voitures des officiels de la course. Pour les équipes, on trouve même au bout de quelques années une auto avec des portes arrières échancrées, permettant aux mécanos de travailler sans arrêter le coureur ! Côté logistique, ce sont des J7 qui sont utilisés.

Ce partenariat va durer 25 ans. Les 504 succèdent aux 404 avant que les 604 puis 505 n’entrent dans la danse. Le Tour de France 1987 est le dernier avec la présence du lion, les coûts sont devenus trop importants.

Peugeot 604 Officielle Tour de France

C’est Fiat qui prend le relais à partir de 1988. En réalité, c’est tout le groupe qui est mis en avant. Si les Fiat Croma sont les premières à se montrer, elles seront suivies par les Lancia Kappa, les Alfa Romeo 166 avant que le groupe turinois ne décide de jeter l’éponge lui aussi.

En 2003, c’est Skoda qui devient le constructeur automobile attitré de la grande boucle. Les Octavia et Superb sont utilisées tandis des A4 et Golf Cabriolet servent aux médecins, leur permettant de faire des pansements… en roulant !

Skoda sur le Tour de France - Thomas Bresson

Ce partenariat dure toujours. Cependant, de plus en plus d’équipes ont leur propre partenariat et ne font pas appel aux autos officielles.

La caravane du Tour de France

La première entreprise à profiter du Tour de France pour faire sa promotion est Wolber, une société fabricant des pneumatiques de vélo. Nous sommes en 1924 et on distribue alors des cartes postales. Peu à peu les réveils Bayard, le Cirage Lion Noir ou le Chocolat Menier s’y mettent également.

Henri Desgrange, directeur de l’épreuve, révolutionne la course en interdisant les équipes de marque, remplacées par des équipes nationales. Pour faire rentrer de l’argent dans l’organisation, il met en place la caravane du Tour de France en 1930 et chaque marque qui veut y être présente doit passer à la caisse.

Il faut donc rentabiliser son impact. La présence d’une voiture seule n’est pas suffisante, on distribue des objets publicitaires, on fait venir des vedettes… et on finit par transformer des voitures.

Les premières sont rencontrées après guerre mais leur nombre va très vite croître. Certains aménageurs comme Gruau sont mis à contribution, Pourtout et Antem, après avoir arrêté ses carrosseries de grandes marques, créent également des véhicules pour la caravane du Tour de France Cycliste.

Caravane du Tour de France en 1958

Du stylo Bic au Lion du Crédit Lyonnais, du Tonneau Byrrh à la Chaussure Kickers et aux Super 5 “collées” par Patex et 2CV Cochonou, ces véhicules vont devenir emblématiques de la course et assurent encore aujourd’hui une bonne partie de l’impact qu’a l’épreuve sur le public nombreux présent au bord des routes.

Super 5 Patex de la Caravane du Tour de France

La chaussure Kickers

2CV Cochonou

L’automobile DANS la course

Les marques automobiles ont aussi été présentes DANS la course. Ce fut particulièrement le cas pour… Peugeot. Forcément, étant également fabricant de cycles, la marque a brillé sur deux roues avec 7 victoires pour la marque de Sochaux entre 1903 et 1922. Nouvelle victoire en 1967 avant que Peugeot ne devienne sponsor d’une équipe. Thévennet remportera ainsi deux tours avec l’équipe Peugeot-BP-Michelin puis Peugeot-Esso-Michelin.

Louis Trousselier et son vélo Peugeot

On notera également la présence de Ford, en 1966 c’est Lucien Aimar de l’équipe Ford France-Hutchinson qui remporte le Tour.

Mais étonnamment, c’est bien Renault qui fut le constructeur le plus visible sur le tour dans les 50 dernières années. Dans les années 70, le losange rachète la marque de cycles Gitane. L’équipe Renault-Gitane, associée aux dérailleurs Campagnolo puis à Elf, est derrière les premières victoires de Hinault puis celles de Fignon. Au final, le losange se retrouvera 6 fois sur les épaules du vainqueur du Tour.

Bernard Hinault - Vainqueur en 1978 - Dutch National Archive - Wikimedia

Aujourd’hui encore, il reste deux équipes très liées à l’automobile dans le peloton. Côté français, c’est Citroën qui est devenu sponsor de l’équipe AG2R depuis 2021. Autre team, l’ancien ogre Sky (avec ses nombreuses victoires en grands tours avec Wiggins, Froome, Thomas et Bernal, sur les 10 dernières années), a été rachetée en 2019 par Ineos. Depuis l’été 2020, elle est même devenue Ineo Grenadier, du nom du successeur du mythique Defender.

Le Tour de France est à suivre du 1er au 24 Juillet, de Copenhague à Paris.