Ferrari et son Fiat Bartoletti

Quand les camions transporteurs volent la vedette aux voitures

Même si ce sont toujours les voitures ou les pilotes qui sont célébrés lors d’une victoire en Formule 1 ou en endurance, il arrive parfois que les camions en charge de la livraison des bolides au circuit deviennent de vraies vedettes. C’est le cas pour trois d’entre eux qui sont aussi connus des fans que les autos transportées.

Ferrari et son Fiat Bartoletti

C’est tout naturellement vers Fiat que Ferrari se tourne quand il doit choisir un véhicule devant amener à bon port ses voitures. Mais comme ce sera souvent, voir toujours le cas, des aménagements doivent être faits, aucun camion de la marque turinoise ne pouvant être exploité tel que par la Scuderia.

Ferrari et son Fiat Bartoletti

C’est en 1957 que Ferrari s’adresse à la carrosserie Bartoletti situé à Forli pour lui fabriquer un véhicule capable de transporter 3 voitures, qu’elles soient destinées à la F1, l’endurance ou simplement des GT. Spécialisé dans la fabrication de bus et camions, c’est sur un châssis de Fiat 642RN que le carrossier va construire un transporteur capable de répondre au cahier des charges, celui-ci incluant également un large espace destiné à recevoir les pièces de rechange ainsi que le matériel nécessaire à la réparation d’une voiture accidentée lors des séances d’essais. 

Ferrari et son Fiat Bartoletti

Motorisé par un 6 cylindres de 6650cc délivrant plus de 90cv. Il sera le transporteur de la Scuderia jusqu’au milieu des années 60 avant d’être vendu.
Pour la petite histoire, Bartoletti fabriqua un véhicule identique pour Maserati. Mais en difficulté financière, la marque au trident revend son camion à Lance Reventlow qui souhaite l’utiliser pour ses Scarab. Devant le manque de compétitivité de ses voitures, il revend le transporteur à Carroll Shelby qui véhiculera avec ses coupés Daytona sur les circuits européens en 1964.

Camion Shelby    

Camion Shelby
Le Mans Classic 2016

Le Renntransporter Mercedes

Le Renntransporter Mercedes
En prévision de la saison 55, où Mercedes décide de courir pour le titre en F1 et endurance, Alfred Neubauer lance l’étude et la fabrication de ce qui sera le plus rapide transporteur jamais réalisé. C’est un châssis de limousine 300S qui est choisi pour mener à bien ce projet alors que la cabine est travaillée à partir de la berline ponton lancée en 53. Pour ce qui est de la motorisation, c’est ni plus ni moins que le moteur de la Mercedes 300SL qui lui est greffé. Développant plus de 190cv il permet une vitesse de 170km/h. 

Le Renntransporter Mercedes               

Avec son immense porte à faux avant, sa longue et basse silhouette il faisait office d’OVNI dans les paddocks de la Formule 1 ou des 24 Heures du Mans.
Il ne fut utilisé qu’en 1955. Envoyé aux Etats-Unis, il fit une tournée promotionnelle à succès en transportant une Mercedes 300SLR sur son plateau à travers tout le pays.
Après avoir été remisé quelques années dans un entrepôt, il est totalement détruit. Ce n’est que dans les années 90 que la marque de Stuttgart décide d’en fabriquer une réplique que l’on voit régulièrement sur les salons.

Le Renntransporter Mercedes

Commer TS3 Ecurie Ecosse

Commer TS3 Ecurie Ecosse

Beaucoup ont en tête l’image de ce camion transportant des Type C, ou Type D sur tous les circuits d’Europe durant les années 50. La vérité est tout autre. Le Commer est fabriqué par la carrosserie Walter Alexander de Falkirk en 1960, bien après les victoires des Type C et D aux 24 Heures du Mans. Mais il reste pour tous, l’emblème de l’Ecurie Ecosse.

Commer TS3 Ecurie Ecosse  
Le Mans Classic 2016

C’est un Commer TS3 qui a servi de base au travail du carrossier. Le moteur diesel de 3,2l de cylindrée est particulier puisqu’il possède 3 cylindres et 6 pistons. Les 2 pistons affectés à chaque cylindre fonctionnent en opposition, l’un par rapport à l’autre. Autre particularité, il n’a qu’un seul vilebrequin là où, dans cette configuration de moteur, on en trouve 2 habituellement.

Commer TS3 Ecurie Ecosse
Le Mans Classic 2016

L’aérodynamisme du transporteur n’a pas été négligé, particulièrement sa partie arrière. Doté d’un pont supérieur hydraulique, il peut transporter 3 voitures, un large espace vitré situé derrière les sièges avant pouvant accueillir pièces et matériel.

Commer TS3 Ecurie Ecosse

Le Mans Classic 2016.

Jusqu’au début des année 70, le Commer TS3 Ecurie Ecosse ira de meetings en meetings, véhiculant Type C et Type D perpétuant ainsi la légende Jaguar sur tous les circuits. Restauré puis vendu, on le voit aujourd’hui régulièrement participer aux rassemblements les plus importants, en Angleterre mais aussi sur le continent européen.

Crédit Photos : Pinterest, MC


Articles sur le même thème

La Lancia D50, c'est aussi une Ferrari D50

La Lancia D50, c'est aussi une Ferrari D50

20 Nov 2019
Le Romeo : quand Alfa faisait des utilitaires

Le Romeo : quand Alfa faisait des utilitaires

3 Jan 2020
Safari photo au milieu des lionnes

Safari photo au milieu des lionnes

23 Jan 2020
Coup d'oeil dans le rétro #21 - L'histoire de Louis Renault - Partie VII

Coup d'oeil dans le rétro #21 - L'histoire de Louis Renault - Partie VII

8 Feb 2021
La Simca Aronde, celle qui emmena l'hirondelle aux sommets

La Simca Aronde, celle qui emmena l'hirondelle aux sommets

24 Feb 2021
La Renault 4CV aux 24h du Mans : drôle de première !

La Renault 4CV aux 24h du Mans : drôle de première !

4 Mar 2021