Raidillon Spa-Francorchamps

Spa-Francorchamps, le plus beau circuit du monde ?

Spa Eau-rouge:Raidillon

Il y a dans le monde, peu de circuits faisant autant l’unanimité que le circuit de Spa-Francorchamps. Depuis sa création, ou presque, il a souvent été considéré par beaucoup des pilotes, l’ayant pratiqué et qui ont des éléments de comparaison, comme le plus beau circuit du monde. Bonne raison pour essayer de comprendre pourquoi et se replonger dans son histoire.

Un circuit centenaire

Spa vieux/nouveau circuit

Spa-Francorchamps est né de la rencontre entre le patron du journal local la Meuse, Jules de Thier, le bourgmestre de Spa, le baron Joseph de Crawhez et le coureur automobile Henri Langlois van Ophem. Désireux de créer un circuit afin de proposer des compétitions automobiles à la sortie de la 1er guerre mondiale, ils décident d’utiliser, comme base au tracé, les routes 32, 23 et 440. Celles-ci, qui relient Spa-Francorchamps, Malmedy et Stavelot, constituent un triangle d’une longueur d’environ 15km parfait pour ce projet.

C’est en 1921 qu’a lieu la première course. D’abord prévue pour les autos, ce sont finalement les motos qui les remplacent, une seule voiture s’étant insrcite au départ.

En 1922, c’est de Tornaco sur Imperia-Abadal qui remporte la première épreuve organisée pour des voitures de tourisme.

Tornaco Imperia-Abadal

Il faudra attendre 1924 pour voir l’arrivée des 24hrs de Francorchamps et le début d’une longue histoire entre les courses d’endurance et le circuit belge.

De grandes ou petites transformations vont alors venir modifier le tracé tout au long du 20ème siècle. C’est le cas, notamment, en 1939 avec la création du Raidillon puis, début des années 50, avec l’élargissement de la piste et la création du virage de Stavelot. C’est surtout en 1979 qu’intervient la plus importante des modifications avec l’inauguration du nouveau circuit qui ramène la longueur totale de la piste de plus de 14km à 7km environ.

En 2007, des nouveaux stands sont créés avant le virage de la Source et la chicane située avant la ligne de départ est modifiée. En 2021, une série de vastes travaux ont été lancés pour réaménager les tribunes en face des anciens stands, ainsi que l’agrandissement de dégagements à plusieurs endroits dont Eau Rouge/Raidillon et Bruxelles.Spa travaux

Malgré tous ces changements, le circuit de Spa reste extrêmement rapide. Il est fait pour les pilotes au gros coeur. La succession de longues lignes droites, de virages larges ou serrés et ses forts dénivelés comme le fameux Raidillon à près de 17% en font un endroit que seuls les plus talentueux parviennent à dompter. Même s’il reste moins dangereux qu’à ses débuts, il reste un circuit où les pilotes les plus courageux mettent en jeu leur vie à chaque tour. Si vous ajoutez à ça les aléas de la météo des Ardennes, tous les ingrédients sont réunis pour y vivre des courses palpitantes.

Affiche Spa-Francorchamps

24hrs de Francorchamps, 1000km de SPA , GP de F1 de Belgique : les épreuves phares

Les 24hrs de Francorchamps sont une des trois épreuves phares se déroulant sur le « toboggan des Ardennes ». En 2024, on célébrera les 100 ans d’une épreuve qui a toujours été un des rendez-vous majeur de la saison.

C’est en 1949 que Ferrari remporte une victoire importante pour la marque avec le 166MM de Chinetti/Lucas.

Ferrari 166MM

Dés les années 60, ce sera la chasse gardée des marques allemandes avec des succès pour Mercedes, BMW, Porsche, Ford Europe puis Audi

1966 BMW 2000TI Hahne /Ickx

1966 BMW 2000TI Hahne /Ickx

1978 Ford Capri III 3.0S Spice/Pilette

1978 Ford Capri III 3.0S Spice/Pilette

1992 BMWM3 Martin/Soper/Danner

1992 BMWM3 Martin/Soper/Danner

1996 Porsche 911GT1 Boutsen/Stuck

1996 Porsche 911GT1 Boutsen/Stuck

2017 Audi RS LMS Haase/Gounon/Winkelhok

2017 Audi RS LMS Haase/Gounon/Winkelhok

Mais on y verra aussi quelques surprises avec les victoires de Mazda en 1981, de Nisssan en 91 et des très belles Maserati MC12 au milieu des années 2000.

1981 Mazda RX-7 Dieudonné/Walkinshaw

1981 Mazda RX-7 Dieudonné/Walkinshaw

1991 Nissan Skyline FT.R Olofsson/Hattori/Brabham

1991 Nissan Skyline FT.R Olofsson/Hattori/Brabham

2006 Maserati MC12 GT1 Bertolini/Van de Poele/Bartels

2006 Maserati MC12 GT1 Bertolini/Van de Poele/Bartels

Les 1000km de Spa sont le deuxième volet incontournable du circuit belge. La course a vu le jour en 1966. Elle prend alors la place des 500km qui se déroulaient sur ce tracé depuis 1963.

Réservées aux Sport-Prototypes, elles vont permettrent aux plus grandes écuries de se livrer de féroces batailles.

Dès la première édition, ont voit la Ferrari de Parkes résister à une meute de GT40/MKII et remporter une brillante victoire pour la Scuderia.

1966 Parkes/Scarfiotti Ferrari 330P3

1966 Parkes/Scarfiotti Ferrari 330P3

On y verra aussi des duels entre coureurs d’une même équipe comme le fut la véritable « guerre » que se livrèrent Siffert et Rodriguez au volant de leurs 917K roulant portières contre portières durant toute la montée du Raidillon.

1970 Siffert contre Pedro Rodriguez Porsche 917K

1970 Siffert contre Pedro Rodriguez Porsche 917K

L’épreuve se déroulera sous ce format jusqu’en 2011, se terminant par un doublé Peugeot avec les 908 devant trois Audi R18 TDI.

L’année suivante, c’est une course de 6hrs qui prendra la place des 1000km.

2011 Peugeot 908 Wurz/Davidson/Gené

2011 Peugeot 908 Wurz/Davidson/Gené

Le dernier volet des épreuves phares se déroulant sur ce circuit n’est pas le moins important puisqu’il s’agit du championnnat du monde de Formule 1. C’est dès 1922 que l’on voit des monoplaces courir sur l’ancien tracé. On y verra Chiron, Nuvolari, Caracciola ou JP Wimille y gagner sur Bugatti, Maserati, Mercedes ou Alfa Romeo.

A la création du championnat du monde de formule 1 en 1950, le GP de Belgique fait partie des épreuves inscrites au programme.Pour cette première année, c’est Fangio qui gagne. Il renouvelera cet exploit en 1954 sur Maserati et en 1955 sur Mercedes.

1955 JM Fangio Mercedes-Benz W196

1955 JM Fangio Mercedes-Benz W196

Le GP de Belgique va alors se dérouler sur ce même tracé jusqu’en 1970 avec 3 années blanches, 57.59 et 69. Jim Clark va s’imposer 4 fois de suite entre 62 et 65. Pedro Rodriguez sur sa BRM sera le dernier à triompher sur l’ancien circuit avant une interruption de près de 13 ans, le GP de Belgique se déplaçant alors vers Zolder.

1965 Jim Clark Lotus-Climax

1965 Jim Clark Lotus-Climax

1970 Pedro Rodriguez BRM

1970 Pedro Rodriguez BRM

C’est en 1983 que Spa se retrouve inscrit au championnat du monde de Formule 1. C’est Alain Prost qui s’y impose sur sa Renault. Après être reparti à Zolder en 84 , le circuit des Ardennes accueille le GP de Belgique de façon continue depuis 1985, à l’exception de 2003 et 2006 où il n’a pas eu lieu.

On se souviendra de l’édition 2000 où Hakkinen profitera du dépassement d’un attardé, Ricardo Zonta, pour doubler également Michael Schumacher alors en tête au bout de la longue ligne droite suivant le Raidillon.

Verstappen est le dernier vainqueur en date sur un circuit où les hollandais aime se déplacer en masse.

1983 Alain Prost Renault

1983 Alain Prost Renault

2000 dépassement de Hakkinen sur Schumacher

2000 dépassement de Hakkinen sur Schumacher

Avec ses 6 victoires, Michael Schumacher est le pilote ayant le plus gagner à Spa en F1. Il devance Ayrton Senna qui cumule 5 succès.

Spa-Francorchamps, un circuit pour le meilleur et pour le pire

Réputé pour être très rapide, il suffit de regarder les records au tour pour s’en convaincre. Sur l’ancien tracé, le record absolu est détenu par Henri Pescarolo sur une Matra 670B qui, en 1973 lors d’essais libres, parcours les 14km du circuit en 3’12’’4 à 262,461km/h. Pour comparaison et pour se rendre compte de l’exploit, le record du tour en Formule 1 est détenu  depuis 2020 par Lewis Hamilton qui, lors de la dernière séance d’essais, couvre les 7km du nouveau tracé en 1’42’’252 à 249,026km/h de moyenne.

1973 Henri Pescarolo Matra 670B

1973 Henri Pescarolo Matra 670B

Pour autant, qui dit circuit rapide ne veut pas dire que longues lignes droites pendant lesquelles les moteurs les plus puissants sont en charge maximale. L’épingle de la Source, la chicane avant les nouveaux stands ou Pouhon sont des endroits à négocier avec beaucoup de finesse si on ne veut pas perdre trop de temps. Sur l’ancien tracé déjà, plusieurs accidents mortels sont venus endeuillés les courses. C’est le cas, avant guerre, de Richard Seaman sur sa Mercedes. Alors en tête du GP, sur un sol mouillé, il sort de la piste et vient percuter un arbre. Il décède peut après son admission à l’hôpital.

Richard Seaman accident.jpg

En 1966 à Masta, Stewart est victime d’un grave accident. Ce sera pour lui le déclic et il ne cessera d’oeuvrer pour améliorer la sécurité de Spa, mais aussi de tous les circuits du monde.

stewart accident spa

Depuis l’utilisation du nouveau tracé, le passage sur lequel se porte toute l’attention des pilotes est l’enchaînement Eau Rouge/Raidillon. C’est là que la concentration doit être maximum et que la plupart des accidents graves ont lieu. On se rappelle 1985 où l’accrochage entre la Porsche 962C de Jacky Ickx, alors en tête des 1000km, et la 956B de Bellof à Eau rouge provoquera la mort du jeune espoir allemand. Encore récemment, le décès en Formule 2 du français Antoine Hubert en 2019 sera la conséquence d’un crash violent à la sortie du Raidillon après un contact avec un concurrent.

L’endroit est particulièrement délicat. En partant de l’épingle de la Source, la descente devant les anciens stands vous amène à Eau Rouge à grande vitesse avant de « monter » le Raidillon à l’aveugle et de déboucher sur Kemmel, la plus longue ligne droite du circuit.

Une voiture de tourisme, suivant sa puissance et son année, passe l’enchaînement à une vitesse comprise entre 160 et 200km/h. Une Formule 1, roule au même endroit à plus de 300km/h.Sa vitesse conditionne toute la ligne droite qui suit d’où une prise de risque maximum pour passer le plus vite possible.

Ce passage, jugé dangereux par certains, est celui qui donne ce surplus d’acrénaline aux pilotes comme aux spectateurs qui fait de ce circuit ce qu’il est aujourd’hui. Ne serait-ce que pour ça, il est indispensable de se rendre à Spa-Francorchamps et si possible, de tourner sur celui qui mérite parfaitement le titre officieux de « plus beau circuit du monde ».

Raidillon Spa-Francorchamps

Crédit photos : Pinterest, RTBF, Circuit Spa-Francorchamps, L Salgues, Reddit, M Giet, AutoMoto, Archives Daimler, dailysportcar, Automania, Autoplus,Formula 1, Moniteur automobile, UltimateCarpage, carracing, FinalLap,MC