Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Turbo et 4x4, quand Porsche a innové aux 24h du Mans

Turbo et 4x4, quand Porsche a innové aux 24h du Mans

Aujourd'hui on va vous parler de Porsche. D'abord parce que l'Autopédia s'enrichit ce jour de dizaines de modèles de la marque. Et puis tout simplement parce que c'est un constructeur mythique. On va s'attarder sur deux innovations qu'a amené Porsche aux 24h du Mans : le Turbo et les 4 roues motrices.

Porsche au Mans en bref

Si vous connaissez un peu Porsche, vous n'êtes pas sans savoir que la marque est celle qui a le plus gagné aux 24h du Mans. Elle compte 19 victoires au général, entre 1970 et 2017. On ajoutera les innombrables victoires de catégories et nous voilà avec un beau palmarès. La première auto de la marque au Mans était évidemment une Porsche 356 et pour la dernière, et bien la série est en cours puisque les 911 sont encore et toujours sur la piste.

1974 : Porsche souffle un coup de Turbo sur les 24h du Mans

Porsche n'est pas le premier constructeur automobile à mettre un Turbo sur ses voitures. Sur la route, c'est la Chevrolet Corvair qui adopte la première cette technologie utilisée alors sur les poids-lourds. En Europe, c'est BMW et sa 2002 Turbo qui en aura la primeur. Petite vidéo rappel sur le fonctionnement d'un turbocompresseur :  https://www.youtube.com/watch?v=3lqlT0oISJg En course, la technologie commence par être utilisée en CanAm. Porsche y est d'ailleurs victorieux avec ses 917/10K et 917/30 en 1972 et 1973. Le Turbo est maîtrisé pour ces courses qui ont une portée nationale. Maintenant il faut s'attaquer au monde entier avec les Championnats du Monde des Voitures de Sport et son épreuve reine : les 24h du Mans. Par contre on ne va pas tout de suite créer une voiture pour la gagne. Sur le papier du moins. Le Turbo va ainsi être adapté à la Carrera RS que Porsche engage depuis 1972. Son moteur voit sa cylindrée abaissée à 2.1 litres pour respecter l'équivalence. De 300 ch, il passe néanmoins à plus de 460 ch avec son gros Turbo. On allège la voiture et on la gonfle à l'arrière. Pour faire passer la puissance, la voie est élargie et on fait appel à de plus grosses roues, en 17". Un énorme aileron surplombe le moteur dont les échappements, le Turbo et son intercooler sont bien visibles. On la renomme et la voiture devient la Porsche 911 Carrera RSR Turbo Elle va être engagée en 1974. Cette auto ne fait pas partie de la gamme Porsche, ce sera donc un prototype qui se battra contre les Matra et Mirage 3 litres. Aux tests du Mans, les deux autos prennent les 6e et 7e places. En course, à Monza, elle accroche la 5e place. Elle grimpe sur le podium avec une troisième place à Spa, fait 6e et 7e au Nürburgring mais voit la course d'Imola sanctionnée par un double abandon.

Les 24h du Mans 1974

Deux Porsche 911 RSR Turbo sont engagées aux 24h du Mans 1974. Schurti et Koinigg se qualifient 11e tandis que Müller et Van Lennep sont 7e, derrière les Matra et les Mirage. Schurti et Koinigg ne seront jamais dans le coup et abandonneront après 87 tours sur rupture de leur vilebrequin. Par contre Müller et van Lennep sont en forme et profitent des soucis des Matra et des Mirage. Au petit matin, elle est encore loin des leaders quand la Matra de tête doit s'arrêter pour refaire sa boîte de vitesse. La Porsche remonte mais la Matra est réparée et repart avec un demi-tour d'avance seulement ! Finalement la Matra va reprendre son avance. Et la Porsche, nouvelle dans la course, va se classer à une belle 2e place.

L'héritage de la RSR Turbo

La RSR Turbo a gagné son pari. Pour la suite de la saison elle marquera de gros points à Watkins Glen, Brands Hatch et Zeltweg. Suffisant pour que Porsche termine sur le podium du championnat du monde des voitures de sport, à trois points de Mirage, mais devant Alfa Romeo ! L'héritage sera ensuite indirect. Les études réalisées sur l'auto permettront à Porsche de développer les 934, 935 et surtout la 936 qui deviendra impériale au Mans à la fin de la décennie.

1986 : la première 4 roues motrices au Mans

Au milieu des années 80, Porsche est installé tout en haut de la hiérarchie des constructeurs d'endurance. La 956 est impériale et la 962 viendra confirmer tout cela. Mais Porsche pense aussi au rallye. Pour ça, il faut une Groupe B. La 911 est difficile à adapter alors Porsche crée une nouvelle auto, c'est la Porsche 959. Elle s'inspire de la 911 mais c'est bien une nouvelle auto. Et surtout : elle a les 4 roues motrices indispensables pour bien se battre en rallye. Il faut produire 200 autos de route. Des supercars devenues mythiques, qui permettent d'homologuer la voiture en course. C'est fait en 1986 et Porsche va alors avoir une idée. Vu que l'âme du constructeur est plus à retrouver sur la piste du Mans que sur les spéciales du Safari, on va modifier une 959 pour en faire une pistarde. C'est ainsi que naît la 961. Dérivée de la routière, elle est plus basse mais en garde les lignes générales. Son moteur tient plus de celui des 956 et 962 que de celui de la 959. Cubant 2848 cm³, il sort quand même 640ch ! Une cavalerie majoritairement envoyée sur l'arrière quand la 959 est plus proche du 50/50. Allégée de près de 300kg, elle pèse au final 1169 kg et elle est prête à prendre la piste. Aux tests des 24h du Mans elle se classe 10e. Elle n'est pas testée en course et on la retrouve au mois de Juin sur la piste mancelle. Claude Ballot-Léna et René Metge seront au volant de cette auto toute blanche. C'est la voiture la plus lourde du plateau. Et sans la pluie, on en espère pas grand chose. Qualifiée 26e, elle va se montrer d'une régularité redoutable. 24e à mi-course, elle bénéficie des soucis des autres autos pour se classer 7e à l'arrivée, première derrière les Groupe C ! Pour l'anecdote, elle remporte la catégorie IMSA-GTX, vu que c'est la seule au départ, et est également première dans celle de la consommation... la plus élevée. La Porsche 961 a consommé 51,1 litres aux 100 km ! En 1987 elle est de nouveau sur la piste. Elle a même gagné le droit de revêtir la livrée Rothmans des Groupe C de l'usine. Mais les résultats ne seront pas les mêmes. Pour gagner en performance, on l'a modifiée et la fiabilité s'en trouve altérée. Haldi, Nierop et Metge partent de la 32e place. Un premier accident dans la nuit la relègue à une lointaine place au classement avant qu'un autre accident ne la fasse partir en fumée au petit matin. La 961 est disponible à la commande. Plusieurs teams sont intéressés mais comme l'auto est plus chère qu'une 962, personne ne va au bout. La seule 961 a brûlé. Clap de fin ! Pourtant... on retrouve bien la Porsche 961 au Musée Porsche ! Une belle réplique qui rappelle cette auto qui aurait pu disparaître des écrans radars ! Photos : Porsche, Gooding & Co, News d'Anciennes et Les24heures