Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Un V6 pour une Vendetta

18 Septembre 1994, deux Alfa Romeo précédent une meute, un groupe de furieux prêts à en découdre. La caravane du Deutsche Tourenwagen Meisterschaft est bien en place, installée, sur l’Alemannenring. Le départ de la première manche de l’avant-dernier rendez-vous d’une saison haute en couleurs est donné. Stefano Modena, le nouveau venu chez Alfa Corse, s’envole sans encombre de la première ligne, aux côtés de Larini. Premier virage, puis second virage. Larini passe Modena. Derrière, c’est Nannini qui se faufile et pointe en troisième position. Les Alfa Romeo sont très rapides, les Mercedes sont en retraits. Nannini peut en profiter, c’est le moment. Il tente, dans le troisième tour, une attaque sur Modena. Les deux hommes se touchent. Nannini tape légèrement les pneus, assez pour y laisser quelques plumes. Trois fois rien selon lui. Il repart en trombe, devant Modena, impuissant. Malheureusement, l’ex pilote de Formule 1 ne peut que constater les dégâts – plus importants que prévus : la course va être longue. Il doit s’arrêter, et laisse Modena repasser (une voiture complète ça fonctionne forcément mieux). Nannini s’engouffre dans les stands. Dans la même seconde les mécanos sautent sur l’auto. Quelques bouts de scotch et le tour est joué. Le très rapide et sulfureux pilote italien repart. Il ne bouclera qu’un tour. Nannini doit jeter l’éponge. Le reste de la course verra l’abandon de bien d’autres concurrents et l’un d’entre eux a une importance capitale : Klaus Ludwig (dont on vous parle ici). Principal artisan du succès des italiens en DTM, Nicola Larini remporte sa troisième victoire de la saison, devant Stefano Modena et Kris Nissen (Schübel Engineering). À eux trois, ils offrent un beau triplé à la 155, toujours aussi tranchante. Il faut dire qu’Alfa Romeo avait mit les petits plats dans les grands pour venir se mesurer aux constructeurs allemands, dans leur propre jardin. 

Romeo 155 V6 Ti : Retour aux sources

Forts de leur succès en Supertourisme Italien en 1992, les italiens ne rêvaient que d’une chose : le DTM. Extrêmement populaire et très relevé, le championnat allemand était indispensable à quiconque souhaitait commercialiser une berline performante du même segment que Mercedes-Benz, BMW, Ford ou encore Opel. Alors, très logiquement, il fallait pour Alfa Romeo prouver la valeur de la 155 contre ses principales rivales. Toutefois, se mesurer est une chose. Gagner en est une autre. Ces constructeurs cités plus haut, étaient forts de plusieurs années d’expérience. Pour couronner le tout, les pilotes étaient eux aussi sacrément aguerris. Ils connaissaient les autos et surtout les circuits. Vous vous doutez bien que, si Alfa Romeo débarquait pour gagner, cela ne se ferait qu’avec des pilotes… Italiens ! Le défi était donc de taille. N’oublions simplement pas que la compétition, Alfa Romeo connaît. Faire une voiture de course, qui plus est une voiture de tourisme, c’était depuis longtemps dans le sang de la firme Aresienne. Pour les plus sceptiques, rappelez-vous la GTA, 1750 et autres GTAm. 

Il faut croire qu’Alfa Romeo avait toutes les chances de son côté, cette année-là. Le règlement stipulait désormais que les cylindrées ne pourraient dépasser 2.5 litres et que les moteurs ne pourraient excéder six cylindres. Si le règlement était toujours aussi libre, seul le moteur d’origine devait être conservé. En d’autre termes, ni la cylindrée, ni le matériau ne pouvait être modifié. Quel timing, l’arme secrète de la 155 de série était justement son V6 2.5… Et pas n’importe lequel, un V6 monobloc avec tête en aluminium ! Partant de cet avantage, les ingénieurs d’Alfa Romeo se sont mis au travail et ont réalisé ce qu’ils savaient faire de mieux : une bête de course.

V6 : le V de la victoire

Le V6, désormais positionné longitudinalement, fut équipé de soupapes d’admission en titane et d’une lubrification à carter sec. Le V6, d’un poids de 110 kilos (s’il vous plaît…) crachait 420 ch à 11 800 tours/min – vous vous doutiez bien qu’au pays du grand Pavarotti, la sonorité, c’est sacré ! Pour finir, un magnifique carter en magnésium accueillant la boîte de vitesse et les différentiels antérieur/central fut sculpté. Habillée d’une robe, ou plutôt d’une nuisette, en fibre de carbone, la 155 V6 Ti affichait un poids de 1040 kilos. Pour couronner le tout, Afla Romeo avait fait le pari des quatre roues motrices (d’où la position longitudinale du moteur). Côté pilote, deux anciens de la Formule 1 furent dépêchés : Nicola Larini, fraîchement titré en Supertourisme italien et Alessandro Nannini. Larini avait eu la chance de piloter pour Ligier ou encore Ferrari, sans succès. Nannini lui, avait goûté à la victoire chez Benetton. Il comptait en plus trois participations aux 24 Heures du Mans (1983, 1984 et 1985) sur Lancia. 

La saison 1993, celle des débuts, fut finalement celle de la victoire. Nicola Larini remporta au moins une victoire sur chacune des manches, sauf à Berlin sur l’AVUS et à Hockenheim. En tout, Larini empocha 11 succès (courses 1 et 2 confondues). Larini décrocha le titre avec 55 points de plus que Roland Asch, second. La 155 remporta 14 succès cette saison là. Le pari des quatre roues motrices s’avère gagnant, la domination, elle, est totale.

“Vendetta Di Nannini”

Un an après, ce n’est plus la même histoire. La domination de la saison passée n’est pas aussi flagrante. La passe de deux n’est plus possible pour Larini, qui ne figure même pas dans le top 5 du championnat au départ de la première course de Singen. Les derniers espoirs de titre reposent sur un homme. Le titre va sans doute se jouer ici, à Singen. King Ludwig semble tranquille avec 187 points. Seuls van Ommen, lui aussi sur Mercedes et Alessandro Nannini, peuvent encore jouer les troubles fêtes. Oui mais voilà, Ludwig et Nannini ont abandonné lors de la première course. La deuxième course sera donc décisive. 

Sur la première ligne, on retrouve Larini, Modena et Nissen. Le classement de la première course donne l’ordre de départ de la seconde. Ainsi, Ludwig et Nannini partiront, ensemble, à l’arrière du peloton. Si l’ordre change, la météo reste la même. La piste humide sera un sérieux allié pour l’Alfa Romeo. De toutes les manières, Alessandro Nannini doit gagner s’il veut son heure de gloire et doubler la mise pour la 155 au championnat. Nannini sait remonter, il est connu pour ça. C’est un attaquant, rapide, agressif, sans calcul. Le départ est donné. Devant, Larini prend dès le début ses distances, devant trois autres Alfa (Modena, Danner et Nissen). Dans le premier tour, Danner attaque Modena et prend la deuxième place. Derrière les Alfa, les Opel devancent les Mercedes. Les conditions semblent parfaites pour Nannini, qui pousse fort dès les premiers tours sur la piste piégeuse. Au 5ème tour, Nannini pointe déjà à la 9ème place. Ludwig est derrière. L’Alfa Romeo vole sur le bitume, réduisant l’écart tour après tour avec les pilotes le devançant. 9ème tour, Nannini est collé dans les échappements de Roland Asch. Côte à côte à l’épingle, Nannini élargi sa trajectoire alors qu’Asch défend à l’intérieur. L’italien croise et prend la 8ème place. Prochaine cible, Bernd Schneider. Nannini régale les 42 000 spectateurs. Au 15ème tour, il est déjà sur les côtes de Manuel Reuter pour la 6ème place. La moitié de la distance n’a même pas été couverte que Nannini a déjà refait son retard. Dans un mouvement typique de son agressivité, il plonge à l’intérieur, touchant légèrement Reuter, suffisamment pour le pousser – gentiment – dans le rail. Suite à un contact entre Nissen et Danner, Nannini revient au contact du top 5. Mais alors qu’il s’apprête à mettre un tour aux Mercedes, Asch vient percuter l’Alfa Romeo. Nannini se retrouve à l’envers et parvient à repartir après de longues et précieuses secondes. Il plonge alors dans les stands pour un rapide check, mais ses chances de titres sont ruinées. Nannini va repartir, furieusement. Déchaîné, il va tout faire pour rattraper le temps perdu. Un tour plus tard, il arrive derrière Asch. L’allemand lui fait signe de passer, d’un geste fair-play. Nannini, lui, va faire du grand Nannini. Se calant dans le parechoc de la Mercedes, il explose volontairement son Alfa dans l’arrière de l’allemande. Pourquoi tenter de sauver des points inutiles quand on peut se venger ? Roland Asch ne peut rien faire et abandonne. Nannini, lui, s’en va continuer sa course, ou presque. Quelques mètres plus tard, des flammes jaillissent de ce qui reste de  l’Alfa Romeo. Il gare l’auto, sort furieusement et marche. Il s’est vengé. Les commentateurs italiens lâchent “La Vendetta di Nannini”. Instantanément, la phrase et les images deviennent mythiques. Dans le clan Alfa Corse on ne peut que constater le résultat. Les espoirs de titre se sont envolés, partis en fumée. La 155 V6 Ti entre une nouvelle fois dans l’histoire, pas de la plus belle des manières, cette fois-ci grâce à Nannini… 

Trois ans plus tard, Mercedes recrutera Nannini pour en découdre en FIA GT1, au volant de la CLK-GTR. Il remportera une victoire et quatre deuxièmes places.

Article écrit par Antoine Jimenez

Crédits Photos : FCA Heritage ; DTM ; Motorsport Images  

Merci de nous contacter pour tout crédit supplémentaire.

Commentaires

Vous devez être enregistré pour pouvoir commenter.

Se Connecter