Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Jaguar Type E

Conçue comme une voiture ouverte, la Jaguar Type E est née d'un prototype appelé E2A. Fortement inspiré de la Type D, c'est lui qui servit de ba...

Jaguar
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Jaguar Type E 

Conçue comme une voiture ouverte, la Jaguar Type E est née d'un prototype appelé E2A. Fortement inspiré de la Type D, c'est lui qui servit de base au développement de la Type E.

La Jaguar Type E fit ses débuts au Salon de Genève en mars 1961. Elle fit sensation – des applaudissements spontanés éclatèrent lorsqu'elle fut dévoilée - avec ses lignes au classicisme instantané et sa vitesse de pointe de 240 km/h. Le concept de la nouvelle venue devait en fait beaucoup à la sportive Type D victorieuse au Mans, un caisson monocoque faisant l'essentiel de sa structure avec une extension tubulaire à l'avant pour supporter le moteur. Celui-ci n'était autre que la version 3, 8 litres S à trois carburateurs, proposée en option sur sa devancière XK 150. En dehors de son moteur, la Type E ne représentait pas un progrès significatif sur sa devancière XK 150 dont elle reprenait la robuste boîte Moss à quatre rapports.

Avec ses 265 ch, les performances de la Type E ne décevaient pas. D'abord parce qu'elle pesait à peu près 230 kg de moins que la XK 150 et aussi parce que l'aérodynamicien Malcolm Sayer s'était servi de toute l'expérience acquise avec la Type D pour créer l'une des carrosseries les plus élégantes et les plus efficaces qui habillèrent jamais une automobile. En termes d'aérodynamique, le coupé était supérieur au roadster – et s'avérait une meilleure grande routière – autorisant une vitesse maximale légèrement supérieure et offrant l'agrément d'un coffre à bagages généreux auquel on accédait par un hayon articulé sur le côté. 

Aujourd'hui, les gracieuses lignes de la Type E se retrouvent sur les Jaguar modernes, et il ne fait aucun doute que la sublime création de William Lyons figure dans la liste des dix plus belles voitures du monde de tout passionné averti. En hommage à sa figure emblématique, une E-Type a été intronisée dans le MoMA en 1996 «pour sa beauté et sa qualité sculpturale, sa fonctionnalité et son impact déterminant sur la conception générale de la voiture. "