Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Lamborghini Jarama

En 1970, Automobili Lamborghini SpA disposait déjà d'une gamme très impressionnante pour une société qui n'avait même pas cinq ans d'existence. La 350 GT fut le premier mod...

Lamborghini
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

En 1970, Automobili Lamborghini SpA disposait déjà d'une gamme très impressionnante pour une société qui n'avait même pas cinq ans d'existence. La 350 GT fut le premier modèle de série apparu en 1966, remplacé ensuite par la 400 GT 2+2, plus grande et plus puissante. À son tour, elle fut remplacée par l'Islero en 1968. À cette époque, Lamborghini disposait également de l'Espada, disponible aux côtés de la sensuelle Miura, la première voiture de sport de série à moteur central. Les affaires allaient bon train, mais avec deux superbes voitures disponibles, les ventes de l'Islero n'atteignaient tout simplement pas le volume souhaité par Ferruccio. Il décida donc de remplacer l'Islero après seulement deux ans de production au cours desquels un total de 225 exemplaires quittèrent les portes de l'usine.

En mars 1970, lors du salon de l'automobile de Genève, Automobili Lamborghini SpA dévoila la Jarama, successeur de l'Islero, conçue par nul autre que Marcello Gandini, déjà père de l'Espada et la Miura. Les panneaux de carrosserie de la Jarama furent réalisés par Bertone et assemblés par la Carrozzeria Marazzi, reprenant ainsi le même processus que celui de la conception de l'Islero. Cette nouvelle 2+2 de 1970 allait devenir le dernier V12 GT à moteur avant de Lamborghini.

La Lamborghini Jarama visait le même segment de marché que l'Islero, une voiture de haute performance et de luxe pour homme d'affaires fortuné qui ne voulait pas trop attirer l'attention, pour qu'il puisse en profiter au quotidien, sans être trop grande comme l'Espada, ou trop exotique comme la Miura. Ferruccio voulait garder un modèle 2+2 dans la gamme pour ces clients là.

Lorsque Giampaolo Dallara, le chef de l'ingénierie, quitta l'entreprise, c'est à Paolo Stanzani qu'est revenue la tâche de développer la Jamara. Ce dernier a utilisé un châssis Espada raccourci de 27 cm pour réduire les coûts de développement, ce qui a permis d'obtenir une piste plus large que celle de l'Islero, donnant au Jarama une position large et basse, agressive, parfaitement adaptée à une Lamborghini GT. L'empattement de la Jarama était même plus court de 7 cm par rapport à celui de l'Islero, mais cela n'a pas posé de problème pour l'intérieur puisque le moteur pouvait être monté plus bas dans le châssis Espada modifié.

La suspension de la Jarama était une copie du système de l'Espada avec des ressorts hélicoïdaux sur des amortisseurs Koni. Les roues montées étaient évidemment les célèbres Campagnolo de 15 pouces des Islero, Espada et bien sûr Miura.

Le design du Jarama montrait de très beaux passages de roues évasés, deux prises d'air NACA sur le capot moteur (probablement inspiré du capot de l'Espada). La partie supérieur de la lunette arrière était légèrement relevée, formant un petit becquet intégré discrètement. Notez cependant qu'il n'y avait pas de hayon arrière mais seulement un petit coffre à bagages qui s'ouvrait sur un grand espace de 250 litres. Pour davantage d'espace, les sièges arrière pouvaient être rabattus.

L'une des caractéristiques les plus importantes de la Lamborghini Jarama sont les quatre grands phares "semi escamotables", contrairement aux phares complètement escamotables de l'Islero ou aux phares standards de l'Espada, la Jarama utilise une méthode totalement innovante pour cacher les phares lorsqu'elle n'est pas utilisée. Le design de la face avant très propre et aérodynamique pendant le jour laissait apparaître, la nuit, les phares à l'aide de petits moteurs électriques.

La carrosserie du Jarama fut conçue en acier, ce qui faisait de cette 2+2 une voiture assez lourde, même avec le V12 (moteur L405) produisant 350 ch. La Jarama était plus lente que l'Islero S qu'elle devait remplacer. Un poids total de 1540 kg n'aidait pas - l'Islero S ne pesait que 1460 kg - et la vitesse de pointe était fixée à 250 Km/h.

Le moteur du Jarama était une évolution du 3929cc de l'Islero. Il bénéficiait de vilebrequins modifiés, une distribution différente, un nouveau radiateur, un système de refroidissement à eau et un alternateur plus puissant. Ce V12 étant désormais légal aux Etats-Unis, la Jarama y sera vendue avec ces repères latéraux typiques montés à l'avant et à l'arrière.

Contrairement au célèbre circuit de Grand Prix près de Madrid en Espagne qui porte le même nom, la Lamborghini fait référence à une race de taureaux parmi les plus féroces d'Espagne, élevés par Don Manuel de Gavaria à La Mancha, ils paissaient près de la rivière Jarama à Titulcia.

Articles

Aucun article n'est lié à cette fiche pour le moment