Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV
Lamborghini Miura -  P400 SV

Lamborghini Miura - P400 SV

Considérée comme l'évolution ultime de la Miura, la SV fut présentée en 1971, signifiant "Spinto Veloce". Si esthétiquement elle ne présentait aucune grosse dif...

Lamborghini

Résumé

Histoire

Histoire de la Lamborghini Miura - P400 SV

Considérée comme l'évolution ultime de la Miura, la SV fut présentée en 1971, signifiant "Spinto Veloce". Si esthétiquement elle ne présentait aucune grosse différence avec la S si ce n'est son aspect musclé et ses larges passages de roues à l'arrière, la SV constituait une amélioration majeure. 

Lamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SV

Les disques ventilés apparus sur les derniers exemplaires de S étaient désormais de série, et le châssis fut amélioré pour offrir davantage de rigidité exigé par le surplus de puissance du moteur V12. Le douze cylindres de 3929 cm3 développait maintenant 385 ch à 7850 tr/min.

Sur la Miura SV, l'huile moteur et l'huile de boîte de vitesses furent finalement séparées, permettant ainsi l'utilisation d'huiles spécifiques pour une lubrification optimale. Certaines SV ont même été commandées avec une lubrification par carter sec et un différentiel autobloquant, les seules options disponibles à l'époque. Cette lubrification divisée n'a été introduite qu'à la fin de 1971, les premières Miura SV n'en étaient donc pas équipées. Le différentiel autobloquant ZF était uniquement disponible en option à 275 000 lires et n'était installé que sur quelques SV aux caractéristiques spécifiées par le client et uniquement sur les SV avec lubrification en carter sec.

Extérieurement, la différence la plus frappante était le renflement des passages de roues arrière, élargis de 13 cm pour accueillir de nouveaux pneus Pirelli. Par la suite, la géométrie de la suspension fut de même modifiée, passant de triangles inférieurs à des quadrilatères inférieurs. En raison de ces nouveaux pneus, la voie a dû être élargie, nécessitant une nouvelle conception des passages de roues. Ces quelques modifications ont conféré à la Miura SV un aspect encore plus intimidant, plus agressif.

Les fameux "cils" autour des phares disparaissent tandis que les prises d'air avant arborent un dessin différent. L'intérieur a été recouvert de cuir véritable - non plus en vinyle comme dans les précédentes Miura - et, enfin, la climatisation est devenue un équipement de série.

À sa sortie, la Miura SV était la voiture de série la plus rapide qui existait à l'époque, et le restera jusqu'à l'introduction de la Countach. Cela dit, la SV n'était finalement pas plus rapide que la S car les pneus plus larges ne permettaient pas d'atteindre une vitesse de pointe plus élevée malgré le gain de puissance. La SV reste probablement la meilleure Miura de série.

En réalité, la Miura SV n'était en fait pas une véritable Lamborghini de série, elle était construite uniquement sur commande spéciale. Elle fut donc construite en quantité très limité sur une période de 18 mois. Ferruccio Lamborghini cessa la production après avoir produit un total de 150 SV. La SV reste probablement la meilleure Miura de série, ainsi que l'une des plus rares. Car si la Miura S ne fut produite qu'à 140 exemplaires, beaucoup de P400 furent converties en S, faisant accroître le nombre d'exemplaires existants aujourd'hui. Quant à la SV, certaines furent converties en SVJ et d'autres furent accidentées, sans être réparées. Si de nos jours ces dernières réapparaissent, reconstruites, le nombre de SV "originales" reste très faible.

La production de la Miura SV devait prendre fin en octobre 1973. Ferruccio était en effet convaincu que les gens ne s'intéresseraient plus à la Miura après avoir vu le prototype Countach - présentée elle aussi au Salon de Genève - mais il fallait quelques mois de plus à Lamborghini pour que la Countach LP400 soit disponible à la livraison. L'une des dernières Miura SV produite fut une SV à finition noire avec un intérieur de couleur claire, portant le numéro de châssis 5110 et commandée par le fils d'Innocenti. La voiture a ensuite été vendue à Max Bobnar, membre du Club suisse de Lamborghini. Cette dernière SV encore très bien conservée, fut terminée en janvier 1973. Selon les documents officiels de l'usine, seules trois autres Miura seront construites après celle-ci.

Lamborghini n'a jamais été très clair dans ses registres. Rien n'est parfaitement renseigné en ce qui concerne les numéros et les dates, mais plusieurs sources indiquent que la toute dernière Miura SV n'a été assemblée qu'en avril 1975. La légende veut que cette voiture - numéro de châssis 5092 - ait été entièrement construite à partir de pièces détachées sur commande spéciale de Walter Wolf, un fanatique de longue date de Lamborghini et propriétaire de plusieurs modèles Countach spéciales. Cette Miura SV devait cependant être un cadeau pour sa femme.

Aujourd'hui, la Miura SV est devenue une véritable pièce de collection, et les prix pour une SV décente sont tous dans la région la plus élevée, une excellente Miura SV coûte facilement plus cher que plusieurs Aventador neuves... récemment, une Miura SV de 1971 s'est vendue pour 1 700 000 USD lors d'une vente aux enchères, ce qui en fait la Bull classique la plus chère de tous les temps.

Images

Lamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SVLamborghini Miura -  P400 SV

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture