Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Lancia LC2

Lancia, Groupe C et la LC2La LC2 fut la voiture usine construite pour rouler en Championnat du monde d'endurance de la FIA de 1983 à 1986. Durant quatre saisons ...

Lancia
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Lancia, Groupe C et la LC2

La LC2 fut la voiture usine construite pour rouler en Championnat du monde d'endurance de la FIA de 1983 à 1986. Durant quatre saisons, la LC2 a signé 11 fois le meilleur tour, treize pole positions et trois victoires. D'une vitesse effrayante et propulsée par un V8 Ferrari, elle était véritablement l'arme de l'Italie du groupe C.

Histoire et moteur

En 1981, avec le soutient de Martini Racing, Lancia décide de se lancer en endurance avec la LC1. Carrière brève puisqu'en 1982, la FIA a introduit une nouvelle réglementation pour les prototypes sportifs, connue sous le nom de groupe C. Cette réglementation allait produire certaines des voitures de sport les plus rapides et les plus emblématiques jamais vues. C'était un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre... et ne connaitront plus !

Cette nouvelle réglementation exigeait la conception d'un coupé à habitacle fermé, ce qui se fera sur la base de la LC1, roulant précédemment avec les règlementation du groupe 6. Le nouveau règlement du groupe C exigeait également que les voitures engagées respectent une norme de consommation de carburant de 60L aux 100 kilomètres. En 1981/82, Lancia ne disposait pas d'un moteur adapté à cette compétition. Cependant, Lancia put faire appel aux moteurs Ferrari, eux aussi sous la coupe du groupe Fiat.

Ferrari a permis à Lancia et Abarth d'adapter le nouveau moteur V8 de 3,0 litres, 32 soupapes, à aspiration naturelle. Ce moteur avait initialement fait ses débuts dans la Ferrari 308 GTBi QV, mais sous cette forme à aspiration naturelle, il ne produisait pas assez de puissance pour être compétitif. Lancia réduisit la capacité volumétrique du moteur à 2,6 litres, mais ajouta deux turbocompresseurs KKK K26 pour créer un puissance suffisante pour être competitif, mais aussi pour satisfaire aux besoins réglementaires de rendements energetiques. La Lancia LC2 en l'état affichait 800ch pour 850kg. Elle fut équipée de pneus Pirelli.

Lancia fit également appel à l'expérience du préparateur Abarth, aussi propriété du groupe Fiat, et à celle de Dallara Automobili, maître d'œuvre italien des voitures de compétition. Non seulement la LC2 a été conçue par Gian Paolo Dallara "himself" et son équipe de spécialistes des châssis de voitures de compétition, mais son entreprise a également été chargée de la fabrication de la monocoque en aluminium et de la carrosserie en Kevlar et en fibre de carbone. La carrosserie comporte plusieurs écopes, qui dirigent toutes délibérément le flux d'air vers les refroidisseurs intermédiaires, les freins avant, les freins arrière et le radiateur à eau. Sur la face inférieure, le plancher plat conduisait à deux énormes diffuseurs qui sortaient entre les roues arrière et le carter de boîte de vitesses sous la grande aile arrière en aluminium.

1983 : débuts en course

La LC2 démarra aux 1000km de Monza avec 2 voitures, Alboreto et Partese finiront 9e mais celle de Ghinzani et Fabi ne termina pas. En dépit d'une belle pôle, les pneus ne tenaient pas le rythme. Rebelotte à Silverstone et au Nurburgring. Les pneus furent remplacés par des Dunlop, mais la suspension avait été pensée pour les Pirelli...

Au Mans, ce sont 3 voitures qui sont alignées, avec de bonnes performances aux essais : la n°4 de Nannini, Fabi et Alboreto est 2e, la n°5 de Ghinzani, Heyer et Fabi est 4e, la n°6 de Barilla, Andruet et Nannini est 13e. Mais malheureusement, aucune ne verra l'arrivée, la 6 affichant la meilleure performance avec... 13h de course.

Aux 1000km de Spa, arrivent les premiers résultats : Patrese et Fabi sont 7e, Ghinzani, Fabi et Alboreto sont 11e et la troisième voiture, confiée au team Euro TV Mirabella Racing se classe 6e ! A Brands Hatch, Alboreto et Patrese se classent 4e quand les deux autres abandonnent, mais tout de même : c'est un résultat encourageant. La fiabilité fait toujours défaut... A Imola, Fabi et Heyer gagnent la course. Ils sont les seuls a franchir la ligne d'arrivée, mais ils gagnent. Les 1000 km du Mugello et de Kyalami vont apporter deux arrivées sur six départs, mais deux secondes places. Lancia finira en seconde place du championnat, mais très loin derrière Porsche.

1984, l'auto est repensée.

Nouvel avant avec les 4 phares ronds, le train roulant est réadapté pour les Dunlop. 

A Monza, 2 autos abandonnenent mais la troisième, de Baldi et Barilla, prend la 3e place. A Silverstone, Baldi et Barilla sont 4e, Gabbiani et Martini sont 7e, la troisième voiture ne finit pas. La fiabilité n’est toujours pas l’arme de la Lancia LC2…

Au Mans, 3 voitures vont tourner. Le Martini Racing en engage deux pour Wolleck et Nannini, la n°4 et la n°5 pour Barilla / Baldi / Heyer. Une troisième sera engagée avec la team BP Résidences Malardeau, et une polémique suivant les essais : la voiture aurait été quasi détruite et un nouveau châssis utilisé pour courir... mais personne ne pourra vérifier. En l'absence des 956 Rothmans, les Lancia LC2 monopolisent la première ligne, la n°4 devant la n°5, la troisième voiture est 12e. En course, les ennuis vont s’accumuler et seuls Wolleck et Nannini vont terminer, à une modeste 8e place…

Aux 1000 Km du Nürburgring, Nannini et Barilla prennent la 3e place, l’autre voiture est 12e. A Brands Hatch, seule la voiture de Wolleck, Baldi et Martini termine 7e. A Imola c’est la voiture du Jolly Club qui finit 9e.
Pour finir la saison, à Kyalami, les Lancia LC2 profitent du boycott de Porsche, qui proteste contre l’apartheid, et signe le doublé. Patrese et Nannini gagnent devant Wolleck et Barilla. Une victoire, certes, mais vraiment en demi-teinte.

Rebelotte : Lancia est 2e du championnat derrière Porsche. Qui affiche une avance toujours aussi confortable sur les Italiens...

1985, Lancia revoit une nouvelle fois sa copie

Nouveaux changements liés aux pneumatiques, avec l'adoption des Michelin radiaux. Nouvelle face avant également, avec les deux 'cornes' et l'écope.

Au Mugello, les hostilités avec Porsche démarrent bien avec une pole position, mais seulement une 4e place à l'arrivée. A Monza, la course sera arretée eu cours (pour un arbre tombé sur la piste !), dommage car les Lancia sont 4s plus rapides que les Porshce. Silverstone, pôle position à nouveau, mais un roulement oblige la Lancia de tête a rentrer, qui finira 3e (et 12e). Dommage.

Au Mans 1985, Wolleck, Nannini et Cesario tourneront sur la n°4 et Pescarolo et Baldi sur la n°5. Elles se qualifient respectivement 3e et 7e. Après avoir mené la course, les ennuis techniques commencent et leur couteront le podium, temrinant 6e et 7e. A Hockenheim, la Lancia de Baldi et Wolleck finit en 4e position mais les autres abandonnenent. Aux 500km de Fuji, la seule Lancia engagée (team Garage Italya) ne temrinera pas la course. 

Mais Spa permettra - enfin - aux Lancia de gagner la course avec Baldi, Wolleck et Patrese (l(autre Lancia finira 4e). C'est une victoire un peu tronquée puisque la course fut arreté prématurément avec l'accident mortel de Stefan Bellof, qui était en tête sur...Porsche. A Brands Hatch, Wolleck, de Cesaris et Baldi sont troisièmes et Patrese et Nannini 4e.

Lancia ne participera pas aux 2 dernières épreuves de la saison, Porsche était déjà trop loin devant....


1986: service minimum 

Lancia réussit a convaincre le team Martini Racing de re-présenter 1 voiture en 86... A Monza, 2e place mais abandon a Silverstone : on arrête les frais, la voiture ne participera pas aux 24h du Mans. Et Lancia se concentrera sur le rallye et le Groupe B.

En fin de saison, une voiture, vendue au Sponso Guest Team fera quelques apparitions en courses Interséries avec une 4e place en Supercup au Nürburgring comme meilleur résultat.

 

Sources : Merci à Benjamin de News d'Anciennes

Articles

Aucun article n'est lié à cette fiche pour le moment