Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Maserati Mistral

La Mistral est le dernier modèle de la Casa del Tridente ("Maison du Trident") à être équipé du célèbre moteur à six cylindres en ligne à double arbre à ca ...

Maserati
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Versions

Maserati Mistral -  3700 Coupe

Maserati Mistral - 3700 Coupe

Maserati Mistral -  4000 Coupe

Maserati Mistral - 4000 Coupe

Maserati Mistral -  3500 Spyder

Maserati Mistral - 3500 Spyder

Maserati Mistral -  3500 Coupe

Maserati Mistral - 3500 Coupe

Maserati Mistral -  3700 Spyder

Maserati Mistral - 3700 Spyder

Maserati Mistral -  4000 Spyder

Maserati Mistral - 4000 Spyder

La Mistral est le dernier modèle de la Casa del Tridente ("Maison du Trident") à être équipé du célèbre moteur à six cylindres en ligne à double arbre à cames en tête et à double allumage. Installé sur les voitures de Grand Prix Maserati 250F, ce moteur a remporté huit Grands Prix entre 1954 et 1960 et le Championnat du monde de F1 en 1957, entre les mains de Juan Manuel Fangio.

Avec la Mistral s’établit la tradition des noms de vents donnés aux voitures Gran Turismo : Ghibli, Bora, Khamsin, Karif, Shama et Levante. La Mistral compte les mêmes caractéristiques mécaniques que la Sebring. Cela dit, sa carrosserie bicorps et biplace dessinée par Pietro Frua a des airs bien plus modernes que la berline Sebring, plus classique. Un prototype de la Mistral fut présenté au salon de l’automobile de Turin à l’automne 1963, mais la production ne prend son envol qu’en 1964. Dotée de l’habituel moteur à six cylindres en ligne de Maserati, la Mistral peut compter une cylindrée de 3,5, 3,7 ou de 4 litres. Toutes les voitures sont équipées du système à injection mécanique Lucas. Fait inhabituel, la carrosserie était proposée à la fois en aluminium et, à partir de 1967, en acier, mais personne ne sait exactement combien de modèles de chaque type ont été construits. Concernant les modèles en acier, ces derniers possédaient un capot et un cadre de la lunette en aluminium afin d’alléger la voiture.

Trois moteurs ont été installés sur la Mistral : le 3500 cm3, le 3700 cm3 et enfin le 4000 cm3. Ces moteurs développent respectivement 235 ch (175 kW) à 5500 tr/min, 245 ch (183 kW) à 5500 tr/min et 265 ch (198 kW) à 5200 tr/min. Seules les trois premières Mistral produites furent équipées du 3500 cm3, le dérivé le plus recherché est le modèle de 4000 cm3. Le moteur était couplé à une transmission ZF à cinq vitesses et des freins à disque aux quatre roues. Fidèlement à la tradition Maserati, la suspension avant était indépendante et l'essieu arrière plein. L'accélération de 0 à 97 km/h pour les moteurs de 3,7 et 4,0 litres était d'environ 7 secondes, et la vitesse de pointe d'environ 225 km/h à 233 km/h.

Une version décapotable de la Mistral fut présentée au salon de l’automobile de Genève en 1964. Elle doit son élégance, inspirée du coupé original, à Giovanni Michelotti. La carrosserie est l’œuvre de Vignale, artisan Turinois. La carrosserie des Mistral Spyder est généralement faite d’acier. Le capot, les portières et le capot du coffre sont faits d’aluminium. Un hard-top rigide en aluminium, extrêmement rare, est également produit. Seulement 124 Mistral Spyder ont été construites. Aujourd’hui, il s’agit d’une des Maserati GT classiques les plus rares et convoitées. Contrairement au Coupe dont seulement trois exemplaires furent construits avec le moteur 3500, la Spyder a été produite à 12 exemplaires avec ce moteur. 76 Spyder furent produits avec le 3,7 litres, 37 Spyder avec le 4,0 litres et seulement 20 furent produits en conduite à droite. 

À sa sortie d'usine, la voiture était équipée à l'origine de pneus Pirelli Cinturato 185VR16 CA67, puis plus tard de pneus 205VR15 (CN72) sur des roues à rayons Borrani.

La carrosserie conçue par Pietro Frua et présentée pour la première fois en avant-première au Salone Internazionale dell'Automobile di Torino en novembre 1963 est souvent confondue avec l'AC Frua, plus grande et plus puissante. 

Articles

Aucun article n'est lié à cette fiche pour le moment

Commentaires

Vous devez être enregistré pour pouvoir commenter.

Se Connecter