Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Mercedes-Benz CLK-LM

UNE AUTRE COOPÉRATION MERCEDES-MCLARENUn excellent exemple de ce cas est la Mercedes CLK LM 1998. Une voiture qui n'a pas commencé sa vie comme CLK mais plutôt ...

Mercedes-Benz
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Versions

Mercedes-Benz CLK-LM

Mercedes-Benz CLK-LM

Mercedes-Benz CLK-LM -  Strassenversion

Mercedes-Benz CLK-LM - Strassenversion


UNE AUTRE COOPÉRATION MERCEDES-MCLAREN
Un excellent exemple de ce cas est la Mercedes CLK LM 1998. Une voiture qui n'a pas commencé sa vie comme CLK mais plutôt comme une McLaren F1. En 1996, le DTM avait cessé d'exister, et un nouveau championnat était en plein essor : le BPR Global GT Series qui allait plus tard devenir une série internationale connue sous le nom de FIA GT Championship. Mercedes n'a pas eu beaucoup de temps pour construire une voiture pour elle. Pour compliquer les choses, ils ne possédaient pas non plus AMG et n'avaient pas encore de lien très bien établi avec McLaren. Cependant, cela ne les a pas empêchés de demander à AMG d'intervenir dans leur mission d'espionnage. McLaren menait au départ le BPR, il semblait donc logique d'en acheter un d'une équipe française de course automobile et de ne pas se contenter de trouver ce qui le rendait le plus rapide, mais surtout de l'améliorer.

Les travaux ont commencé par la création d'une carrosserie plus aérodynamique. Bien qu'une certaine ressemblance avec la future McLaren F1 GTR Long Tail puisse être observée, des histoires plus longues sont généralement ajoutées pour réduire la traînée globale. Une voiture AMG avec un moteur BMW n'aurait pas l'air bien, alors celle de la McLaren a été échangée avec son propre V12 de 6,0 litres. Le résultat a été une machine monocoque en fibre de carbone de 631 ch capable de doubler le circuit espagnol de Jarama 2 secondes plus vite que la voiture originale. C'est une réussite étonnante en moins de six mois.

Malheureusement, les débuts à Hockenheim n'ont pas été aussi réussis puisqu'une voiture n'a pas terminé du tout à cause de problèmes de freins, et l'autre n'a réussi qu'à obtenir la 27ème place. Pourtant, bientôt Mercedes a dominé la série, battant non seulement McLaren mais aussi Porsche avec leurs GT1.

Le constructeur ajoutera à sa version de course, une version 'rue' - la Strassenversion - pour des raisons d'homologation.

La différence la plus notable entre les voitures de route et les voitures de course est l'aileron arrière intégré à la carrosserie, ainsi qu'un V12 plus gros de 6,9 litres, soit 612 ch, ce qui fait 612 ch. Bien que ce moteur n'ait pas eu le carter d'huile sèche de course ni les bielles et soupapes en titane, il était assez décent pour propulser la voiture à 100 km/h en 3,7 secondes, atteignant une vitesse maximale de 330 km/h. Si cela semble ralentir, deux versions Super Sport ont été réalisées avec le même V12 AMG de 7,3 litres que celui de la Pagani Zonda S. Bien sûr, la Super Sport a développé 156 ch de plus : un 711 ch cool. Aucun chiffre officiel de vitesse n'a été publié. Peut-être parce que Mercedes était occupée à construire les six dernières voitures comme roadsters. Ils étaient les plus lents du peloton, mais la cabine semblait moins claustrophobe, et on entendait davantage les gémissements de la transmission.


 

Commentaires

Vous devez être enregistré pour pouvoir commenter.

Se Connecter