Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Opel Ascona

L' Opel Ascona était une voiture familiale du Segment D Européen produite par le constructeur automobile allemand Opel de 197 ...

Opel
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

L' Opel Ascona était une voiture familiale du Segment D Européen produite par le constructeur automobile allemand Opel de 1970 à 1988. Elle a été produite en trois générations distinctes, à commencer par la propulsion arrière et se terminant par une traction avant Dérivé de J-car.

L'Ascona tire son nom de la station balnéaire du même nom dans le Tessin en Suisse. A l'origine c'est une simple appellation utilisée en 1950, une édition spéciale de l'Opel Rekord P1 vendue en tant qu'Opel Ascona uniquement sur le marché suisse. Le nom a de nouveau été utilisé en 1968, toujours pour une version suisse, une adaptation de l'Opel Kadett B dans laquelle les constructeurs avaient installé un moteur de 1,7 litre emprunté au modèle Rekord de l'époque. L'Opel Ascona A  est finalement lancée en 1970 et vendue à travers l'Europe, le premier modèle Opel grand public à porter ce nom.

L'Ascona a été introduite en septembre 1970 et a cessé sa production en août 1988, pour être remplacée par l'Opel Vectra A.

En sport automobile, Watler Röhrl a remporté le titre de pilote au Championnat du Monde des Rallyes 1982, et le Monte Carlo avec une Ascona 400, après avoir déjà raflé un titre de champion d'Europe en 1974. La voiture fut aussi très utilisée en rallye par des écuries privées, bien souvent préparée et améliorée pour la course sans réelles orientations émanant d'Opel.

 

Ascona A (1970-1975)

À l'automne 1970, Opel a présenté sa toute nouvelle gamme de véhicules à Rüsselsheim (code de projet interne 1.450). L'Opel Manta Coupé fut lancé le 9 septembre, suivi de l'Opel Ascona le 28 octobre sous forme de berlines à deux et quatre portes, et un break à trois portes, appelé Caravan ou Voyage. Ces modèles étaient positionnés entre l'Opel Kadett et l'Opel Rekord existants .

L'Ascona a été développée en remplacement de la Kadett, mais à la fin du développement de la voiture, Opel a choisi de développer une déclinaison de la Kadett, plus petite et a plutôt positionné l'Ascona en tant que concurrente de la gamme Ford Taunus. L'Opel Ascona A est restera en production jusqu'en 1975 avec près de 692 000 véhicules produits.

La gamme comprenait des moteurs à essence de 1,2 L à 1,9 L, d'une puissance comprise entre 60 et 90 ch. Le 1,2 L avait un système de soupape en tête (OHV), tandis que le 1,6 L et le 1,9 L était doté d'un moteur à came en tête Opel (CIH). Le CIH était une combinaison de compromis, avec l'arbre à cames monté à côté des soupapes plutôt qu'au-dessus. Tous utilisaient un carburateur à barillet unique. Malgré cette conception simple, l'Ascona 1.9 SR a connu une carrière très réussie dans le sport automobile, Walter Röhrl remportant le Championat d'Europe des Rallyes en 1974. Le préparateur Steinmetz avait alors développé une version spéciale de l'Ascona SR, avec deux carburateurs Solex à un seul corps, augmentant la puissance à 125 ch.

De 1971 à 1975, l'Ascona de 1,9 litre fut vendue aux États-Unis sous le nom de «Opel 1900» par les concessionnaires Buick-Opel. Les trois styles de carrosserie ont été proposées dans un premier temps, mais la berline à quatre portes fut finalement abandonnée après 1973. En 1974, de lourds pare-chocs recouverts de caoutchouc ont été ajoutés en réponse à la réglementation fédérale. Toutes les Opel vendues aux États-Unis en 1975 étaient équipées de l'injection Bosch L-Jetronic, indisponible en revanche sur les versions européennes. Cette injection spécifique fut installée en raison des exigences d'émissions plus strictes outre Atlantique. En raison du taux de change défavorable entre le Deutschmark et le Dollar américain après 1975, toutes les Opel des salles d'exposition Buick ont été remplacés par des modèles Isuzu Gemini de fabrication japonaise moins couteux, mais portant pourtant des badges Opel.

Les motorisations disponibles sur la première génération :
  • 1,2 S - 1196 cm3, 60 ch (44 kW)
  • 1,6 N - 1 584 cm3, 60 à 68 ch (44 à 50 kW)
  • 1,6 S - 1 584 cm3, 75 à 80 ch (55 à 59 kW)
  • 1,9 S - 1 897 cm3, 88 à 90 ch (65–66 kW)

Ascona B (1975-1981)

L'Opel Ascona B est la deuxième génération du modèle, présentée en août 1975 au salon de Francfort. Elle était disponible en deux ou quatre portes. Ces nouvelles Ascona B bénéficie d'une évolution du dessin, principalement à l'avant, où les phares abandonnent leur forme ronde pour devenir carrés. Les clignotants, initialement situés sous le pare-choc, sont déplacés au côté des phares. La grille est légèrement modifiée, sa forme rectangulaire très stricte est abandonnée pour dessin plus souple, marqué d'un logo Opel agrandit bien en évidence.

Le premier changement eu lieu en janvier 1976, lorsque le verre à vitre feuilleté est devenu une option gratuite. Ce type de vitrage est une véritable avancée en terme de sécurité car constitué d'au moins deux feuilles de verre séparées par des films intercalaires plastiques, limitant considérablement les éclats en cas de choc.

L'Ascona B a globalement conservé la même gamme de moteurs que son prédécesseur A, le moteur à came en tête de 1,9 L "S" a en revanche été remplacé par le 2,0 L (20S) modernisé en septembre 1977. Le 20N fut lui disponible à partir de janvier 1978, mais les versions S avaient elles un taux de compression plus élevé et nécessitaient de l'essence 98 octane. 

A cette époque, toutes les versions seront également équipés des lave-glaces électriques. Un diesel de 2,0 L,Le moteur a été ajouté à la gamme Ascona B en 1978, principalement destiné aux pays du Benelux et à l'Italie, où les structures fiscales locales incitaient les automobiles à moteur diesel. En 1979, 97% des moteurs diesel étaient exportés, tandis que 59% des voitures à essence étaient destinées à l'exportation.

À la fin de 1978, le moteur 1.6 S a été abandonné en Allemagne (où il a été remplacé par le 19N, avec la même puissance mais une consommation de carburant inférieure), mais a continué d'être disponible sur certains marchés dans une version quelque peu réduite de 70 ch (51 kW). En janvier 1979, la version légale de la rue de l'Ascona 400 avec moteur 2,4 litres (16 soupapes, 144 PS) est apparue, suivie un mois plus tard par le moteur OHC 1,3 litre plus prosaïque. Cela a remplacé en grande partie l'ancienne unité de poussoir de 1,2 litre qui remontait à 1962, mais la production a continué de diminuer en 1980 pour certains marchés d'exportation.

En septembre 1979, l'Ascona a reçu un petit lifting, notamment des pare-chocs en plastique et une calandre grise avec un maillage plus large. Le modèle 2.0 E avec une injection électronique Bosch L-Jetronic est arrivé en Janvier 1980, après avoir été d'abord installé dans les modèles Manta et Rekord. En plus d'un aileron avant, l'Ascona est équipée du 2.0 E a également reçu un embrayage et une transmission améliorés, un différentiel, un radiateur et d'autres pièces partagés avec la sportive Manta GT / E. 

En janvier 1981, l'Ascona a subi ses derniers changements, lorsque des ajustements ont été apportés aux moteurs 16N et 20N. Les moteurs 1.9 N et 2.0 N ont eux été abandonnés pour le marché allemand, tandis que le moteur 1.6 N était lui désormais uniquement disponible associé à une transmission automatique.

Plus de 1,2 million d'unités Ascona B ont été produites dans le monde jusqu'en août 1981. La deux millionième Ascona était une Ascona B, construite en avril 1980, et la millionième Ascona vendue en Allemagne a été enregistrée au mois de juillet.

Les motorisations disponibles sur la deuxième génération :
  • 1,2 N - 1196 cm3, 55 ch (40 kW)
  • 1.2 S - 1196 cc, 60 PS (44 kW) - 58 PS en Suède et en Suisse (S12S)
  • 1,3 N - 1297 cm3, 60 ch (44 kW)
  • 1,3 S - 1297 cm3, 75 PS (55 kW)
  • 1,6 N - 1584 cm3, 60 ch (44 kW)
  • 1,6 S - 1584 cm3, 75 PS (55 kW), puis 70 PS (51 kW)
  • 1,9 N - 1897 cm3, 75 ch (55 kW)
  • 1,9 S - 1897 cm3, 90 ch (66 kW)
  • 2,0 N - 1979 cm3, 90 ch (66 kW)
  • 2,0 S - 1979 cm3, 100 ch (74 kW)
  • 2.0 E - 1979 cm3, 110 ch (81 kW)
  • 2,4 E - 2420 cm3, 144 ch (106 kW)
  • 2,0 D - 1998 cm3, 58 ch (43 kW)

 

Ascona C (1981-1988)

L'Ascona C a été lancée en août 1981 dans le cadre du projet J-car de General Motors. Il s'agissait de la deuxième voiture à traction avant d'Opel depuis l'introduction de la Kadett D en 1979. Cette voiture a été fabriquée à Rüsselsheim, en Allemagne, à Anvers, en Belgique, à Sao Caetano do Sul, au Brésil et à Luton, en Angleterre. Les voitures étaient destinées au Royaume-Uni sous le nom Vauxhall Cavalier et Chevrolet Monza pour l'Amérique latine. Le Cavalier Coupé a été abandonné, mais l'Opel Manta a été conservée au Royaume-Uni (la dernière voiture à être badgée en tant qu'Opel au Royaume-Uni avant que la marque n'y soit supprimée en 1988). Il n'y avait plus de différences de tôle entre les modèles Opel et Vauxhall après 1982. L'Ascona C a remporté le "Goldenes Lenkrad" (volant d'or) à la fin de 1981 et était la voiture la plus vendue en Allemagne de l'Ouest. La nouvelle Ascona n'avait plus le caractère sportif de ses prédécesseurs, étant une voiture familiale plus pure qui était considérablement plus économe en espace que les modèles précédents.

Elle a été battue de justesse au prix de la voiture européenne de l'année par la Renault 9 en 1982. Il a fallu 27 autres années avant que son modèle successeur, l'Opel Insignia, remporte la voiture européenne de l'année 2009 à seulement 1 point de la deuxième place de la Ford Fiesta. L'Ascona C a subi deux lifting notables au cours de sa durée de production.

La gamme a ajouté une option d'une cinq portes fastback / hayon, nommé CC dans quelques marchés - «Combi Coupé » court pour Le modèle cinq portes fastback / hayon était plus court que les berlines, avec un compartiment à bagages légèrement plus petit et 5 cm (2,0 pouces) d'espace de tête en moins à l'arrière. Tous les moteurs étaient désormais des modèles à écoulement transversal SOHC avec un système d'allumage sans disjoncteur et des poussoirs hydrauliques. Le modèle de base était le 1,3 L introduit en 1978 dans l'Ascona B développant 60 ch, suivi d'un 1,6 L de 75 ch. Les versions "S" avec un taux de compression plus élevé avaient une puissance augmentée de 25%. Le haut de la gamme était occupé par le modèle sportif GTE, avec injection électronique, poussant la puissance à 130 ch au cours des deux dernières années du modèle. L'énergie diesel provenait d'un bloc développé par Isuzu, avec 1,6 litre. Les convertisseur catalytiques étaient optionnels dans les versions essence, plus grandes à partir de 1986.

L'Ascona C a également été assemblée en Afrique du Sud, où elle a été vendue par GM South Africa, remplaçant la Chevrolet Ascona qui était basée sur l'Ascona B. Elle a été abandonnée en 1986 et remplacée par une version berline de la Kadett E appelée Oplel Monza.

Comme auparavant, il n'y avait pas de version break de l'Ascona, bien que Vauxhall au Royaume-Uni ait apporté les extrémités arrière du wagon Holden Camira (break) et les ait adaptées au Cavalier. Opel a continué à utiliser la plaque signalétique Ascona jusqu'au lancement de la Vectra en 1988, tandis que le nom Cavalier a été conservé par Vauxhall jusqu'en 1995.

 

Chevrolet Monza

Au Brésil, l'Ascona C a été vendue de mai 1982 à 1996 sous le nom de Chevrolet Monza. L'origine, il n'était disponible qu'en version à hayon à trois portes , un style de carrosserie unique en Amérique latine. Cependant, les berlines à deux et quatre portes sont apparues en mars 1983. Initialement, il était disponible avec un moteur 1.6 ou 1.8 avec 75 ou 84 PS (55 ou 62 kW). Ceux-ci ont été changés en 1.8 et 2.0 plus puissants en 1986. En 1989, le liftback à vente lente a été abandonné, ne laissant que les berlines à trois et deux portes à quatre et quatre portes. La Monza a reçu un certain nombre de lifting, le dernier alignant son look avec ceux des produits GM européens actuels, avec de nouvelles ailes avant et arrière pour accueillir de nouveaux phares et feux arrière.

Des versions diesel étaient disponibles pour les marchés d'exportation, notamment l'Uruguay et l'Argentin, propulsées par le moteur 4EC1 d' Isuzu

En Colombie, la version berline a été vendue de 1987 à 1992 sous le nom de Monza Classic, deux versions étaient disponibles: une manuelle `` Sport '' à cinq vitesses et une DeLuxe équipée d'une transmission automatique à quatre vitesses. Au Venezuela, il a été assemblé et vendu de 1985 à 1990. Initialement, il était équipé d'un moteur à carburateur de 1,8 litre, mais il a ensuite été remplacé par une unité de 2 litres à injection de carburant.

 

Compétition

L'Opel Ascona fut engagée pendant de nombreuses années en compétition, essentiellement en rallye, où la voitures remporta de francs succès. La carrière du modèle débuta en 1970 avec la première génération A du modèle et sa version 1900 SR.

En rallye cette première génération connaitra une assez belle carrière bien que souvent engagée par des équipes privées sans soutient d'usine. C'est notamment grâce aux performances de Walter Röhrl que les victoires seront obtenues.

Le premier succès de la voiture fut de se hisser vice-championne d’Europe en 1973. Victorieuse lors du Rallye de l'Arcropole en 1975, le titre le plus marquant de cette version restera celui du Championnat d'Europe des rallyes de 1974, tous ces sacres remportés avec Walter Röhrl à son volant.

A partir de la génération B, c'est la 2000 S Rallye qui prendra le relais en compétition.

L'Opel Ascona B 2000 S Rallye, châssis no. 9192762347, est la seule voiture qui reste des deux exemplaires utilisés, en 1980, par le célèbre équipage formé par Miki Biasion et Tiziano Siviero, pour remporter le rallye d'Italie en Group 2.

Après 1979, des Ascona sont engagées dans les championnat nationaux de rallye. Un certain Miki Biasion décida d'acheter cet Ascona pour participer au Championnat d'Italie des Rallyes. A cette occasion il se fera remarquer dès la première course, il surprendra tout le monde lors "64ème Targa Florio Rally" en terminant 5ème au général et 2ème de sa catégorie. 

Les deux futurs champions du monde se sont surpassés lors de la troisième manche de la saison, lors du Rallye Isola d'Elba, où ils ont obtenu une quatrième place au classement général et la première de leur catégorie, un résultat exceptionnel pour une équipe n'ayant pas bénéficié du soutien direct d'Opel.

Malheureusement au cours du rallye "Il Ciocco e Valle del Serchio", Biasion sera victime d'un grave accident dû à un problème de frein et risqua de devoir quitter le championnat. C'est grâce Massimo Frigo et à l'aide du Hawk Racing Club, que l'équipe a pu bénéficier d'une nouvelle voiture pour réussir à terminer le championnat et remporter le titre. Cette performances marquera le début de l'ascension du pilote vénitien. Biasion lui-même, encore aujourd'hui, a des mots de respect pour cela voiture: "Passer du Kadett Gr.1 presque standard à une voiture de compétition comme l'Ascona Gr.2, ce fut un bon pas en avant. Sans aucun doute la remarquable facilité de conduite de l'Ascona m'a permis d'obtenir de très bons résultats, même en valeur absolue. »

Il faut dire que la maîtrise du conducteur en contre-braquage a été un facteur assez crucial. Après l'accident de Ciocco en 1980, l'Ascona B 2000 S Rallye, châssis no. 9192762347, est restera au garage jusque dans les années 90, date à laquelle la carrosserie et le châssis furent finalement restaurés.

L’Ascona 400 débute en 1980 et s’impose tout de suite en Suède grâce à Anders Kullang. C'est justement le Champion du Monde 1980 Walter Röhrl, qui remportera deux ans plus tard sur l'Opel Ascona 400, le Championnat du Monde des pilotes. Au delà de ce titre de champion, la voiture a également engrangé des victoires assez remarquables lors de rallyes prestigieux. On peut notamment souligner les victoires de Walter Röhrl au Monte Carlo et en Côte d'Ivoire l'année du titre. 

La dernière victoire de la voiture fut obtenue par Ari Vatanen lors de la 31e édition du Marlboro Safari Rally en 1983.

La voiture est performante et très solide mais finira par passer le flambeau à la Manta 400 en 1984. Cette dernière était plus élaborée, plus légère ; la position du moteur avait également été légèrement reculée par rapport à l'Ascona, permettant une meilleure répartition du poids et offrant un meilleur comportement. De plus l'Audi Quattro apparue plus puissante et innovatrice que jamais, Opel se devait de réagir et changer de modèle. 

Néanmoins l'Ascona 400 détient encore des records remarquables, puisqu'elle fut en effet la dernière voiture de rallye à propulsion à remporter le Championnat du Monde pilotes, assurant ainsi sa place dans l'histoire du sport automobile.

Versions

Opel Ascona - (B) 400 Rally

Opel Ascona - (A) 1900 SR

Opel Ascona - (B) i2000 S Rally

Articles

Aucun article n'est lié à cette fiche pour le moment

Commentaires

Vous devez être enregistré pour pouvoir commenter.

Se Connecter