Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Peugeot 205

La Peugeot 205 est un modèle automobile du segment B, citadines, produit par le constructeur français Peugeot. Elle est l'un des modèles phares du constructeur, qui le sauve d'u...

Peugeot
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

La Peugeot 205 est un modèle automobile du segment B, citadines, produit par le constructeur français Peugeot. Elle est l'un des modèles phares du constructeur, qui le sauve d'une situation financière délicate après l'achat de Chrysler Europe. Elle est fabriquée de 1982 à 1998 à 5 278 300 exemplaires, ce qui fait d'elle la Peugeot la plus produite jusqu'à ce que la 206 la dépasse. Elle est la voiture la plus vendue en France en 1984 et 1985, succédant à la Renault 5, et de nouveau en 1990, disputant la première place à sa principale rivale, la Renault Supercinq.

Elle possède plusieurs types de carrosserie : berlines 3 et 5 portes, cabriolet et fourgonnette. Ses motorisations vont de 954 cm3 à 1 905 cm3 pour des puissances allant de 45 à 130 ch (et même 200 ch pour la 205 Turbo 16 série 200).

Histoire

Au début des années 1980, Peugeot est dans une mauvaise posture financière (rachats de Citroën puis de Simca dans les années 1970). Chez Peugeot, l’avenir est terne quand apparait, en 1982 la petite 205, une voiture dont le succès va relancer la machine sochalienne et lui permettre de retrouver le chemin de la rentabilité. Grâce à la 205, Peugeot retrouve une place à l'échelle européenne. Puis cette petite voiture est aidée par deux réacteurs principaux, la 205 Turbo 16 et son image de voiture de rallye et toutes les victoires qu'elle accumule, et la 205 GTi qui vient faire plaisir aux conducteurs plus sportifs.

Le style de la 205 est souvent considéré comme un design Pininfarina, mais Gérard Welter défend qu'il s'agit d'un design maison ; Pininfarina n'a dessiné que le Cabriolet, qui est souvent crédité comme la voiture qui a fait la fortune de Peugeot. Avant la 205, Peugeot était considéré comme le plus conservateur des " trois grands " constructeurs automobiles français, produisant de grandes berlines comme la 504 et la 505. Pourtant, il était entré sur le marché des superminis modernes en 1973 avec la Peugeot 104.

L'origine de la 205 remonte à la reprise par Peugeot, en 1978, des divisions européennes de Chrysler Simca et de l'ancien groupe Rootes, qui possédaient l'expertise nécessaire à la fabrication de petites voitures, dont la Simca 1100 en France et Hillman Imp en Grande-Bretagne. C'est à cette époque que Peugeot a commencé à travailler sur le développement d'un nouveau supermini pour les années 80.

Au début des années 205, on utilisait le moteur X (communément appelé "moteur valise" Douvrin) de l'ancienne Peugeot 104, bien qu'il ait été remplacé plus tard (1987-1988) par les moteurs plus récents des séries XU et TU, qui étaient de conception PSA. Les moteurs variaient de 954 cm3 à 1905 cm3 de cylindrée, en version essence carburateur ou injection, et diesel. L'utilisation de la suspension de série PSA Peugeot Citroën, composée de jambes de suspension MacPherson à l'avant et d'une suspension arrière à barre de torsion, qui a fait ses débuts sur la Peugeot 305 Estate, a été un élément clé du succès de la 205. Elle est entièrement indépendante grâce à des barres de torsion (ressort de torsion) et des bras oscillants. Le système est très compact et a été conçu pour minimiser l'intrusion de la suspension dans le coffre, donnant un large espace de chargement plat, tout en offrant une excellente tenue de route et une excellente maniabilité.

La 205 a été lancée le 24 février 1983. En 1984, ce sera à la Fiat Uno, de taille similaire, que sera décerné le titre de Voiture européenne de l'année, mais, selon les organisateurs de ce prix, la 205 bénéficierait finalement d'une image plus forte et d'un marché plus dynamique que sa rivale italienne. C'était l'une des cinq citadines importantes à être lancées sur le marché européen à un an d'intervalle, les trois autres modèles étant la Ford Fiesta de deuxième génération, l'Opel Corsa originale et la Nissan Micra originale. Son lancement a également suivi de près celui de l'Austin Metro et de la Volkswagen Polo MK2.

Les modèles diesel utilisaient le moteur XUD PSA Diesel à quatre cylindres en ligne, issu de la Citroën BX qui a été introduite en septembre 1982. Ces moteurs XUD avaient une capacité de 1769 cc (XUD7) et 1905 cc (XUD9) et étaient étroitement liés, respectivement, aux moteurs à essence XU5 et XU9 des BX16 et BX19 de l'époque, ainsi qu'aux moteurs utilisés ultérieurement dans les 205 GTI 1.6 et Automatic (également 1.6) et GTI 1.9 respectivement. D'autres produits Peugeot/Citroën [PSA], tels que les 305 et Talbot Horizon ainsi que la BX, utilisaient le moteur Diesel 1905 cc XUD9 de la même cylindrée que les 205 GTI 1.9 et Citroën BX 19 à moteur essence. Les moteurs diesel XUD7 (et XUD9) étaient réputés les meilleurs au monde et si proches de l'essence que de nombreux acheteurs ont été séduits par les performances dignes des voitures à essence, associées à l'économie du diesel. La 205 GRD (1,8 Diesel, 59 ch (44 kW)), par exemple, était aussi rapide que la 205 GR (1,4 Essence, 59 ch (44 kW)), le moteur développant un couple maximal à un régime beaucoup plus bas et consommant beaucoup moins de carburant.

Il existe également différentes versions destinées à un usage commercial, comme la série XA biplace. Il y avait aussi le "205 Multi", une version spéciale haute sur base XA ou XE, construite par des carrossiers indépendants comme Gruau et Durisotti. Gruau appelait sa version biplace XA "VU", tandis que la version XE à cinq places était appelée "VP". Durisotti a commencé à construire le 205 Multi en 1986 ; il s'appelait le "205 Multi New Look".

La 205 a connu un succès instantané, et son style a été repris dans tous les modèles Peugeot à venir. Le style extérieur n'a jamais été modifié de façon significative au cours de ses 15 années de production. Le tableau de bord a été redessiné pour l'année-modèle 1988 et, à la fin de 1990, la 205 a reçu une nouvelle conception de portes, des clignotants avant clairs, de nouveaux feux arrière " fumés ", une injection d'essence monopoint et des pots catalytiques, pour respecter les nouvelles limites de pollution établies en 1992. Ces mises à jour sont intervenues à un moment crucial, puisque 1990 a également vu l'arrivée d'un tout nouveau concurrent français, la Renault Clio, tandis que la Rover Metro et la Volkswagen Polo ont également été fortement mises à jour, et Ford avait déjà remplacé sa Fiesta par un modèle de troisième génération. Pourtant, la 205 était encore largement considérée dans la presse automobile comme la voiture de référence dans ce secteur en 1990.

Début 1993, Peugeot lance la 306, qui remplace officiellement la 309 ; l'arrivée de cette voiture diminue également le rôle de la 205 (et son chiffre d'affaires) dans la gamme Peugeot, de même que l'arrivée de la plus petite 106 en septembre 1991 - bien que la disparition définitive de la 205 doive encore attendre quelques années.

Les moteurs étaient améliorés en permanence avec notamment le nouveau moteur "TU" introduit en 1988. En 1991, la 205 dTurbo est lancée avec une version puissante et turbocompressée du moteur diesel XUD de 1 769 cm3.

Après plusieurs années de baisse progressive des ventes, la Peugeot 205 a été produite jusqu'en 1998, la fin de production étant liée à deux séries spéciales "Sacré Numéro" et "Génération". Les derniers modèles étaient en configuration GLD 1.7 et étaient vendus en Argentine. La plupart des versions européennes ultérieures n'ont été vendues qu'en France. En raison de la pression du marché, les acheteurs voulant à nouveau une Peugeot supermini dans le moule de la 205, l'entreprise a finalement construit une 206 en remplacement direct, qui a été lancée en 1998.

5 278 050 Peugeot 205 ont été vendues et un pourcentage significatif d'entre elles étaient encore en circulation en 2009. Pour l'anecdote, avec potentiellement près 400 000 ventes au Royaume-Uni, elle est devenue la voiture la plus vendue jamais vendue par Peugeot au Royaume-Uni et ce succès a été imité quelques années plus tard par la plus grande 306, puis par la 206.

La 205 était disponible pour la première fois en tant que GTI en 1984 (la même année que la carrosserie à trois portes) et était initialement propulsée par un moteur à essence 1.6 à injection de carburant. La 1.9 GTI a été lancée en 1986 et le moteur 1,9 litre a également été utilisé dans la version GTI de la plus grande 309. La 205 GTI a été abandonnée en 1994, alors que Peugeot produisait déjà des versions haute performance des 106 et 306.
 

Évolutions de la 205

Le succès commercial de cette voiture a permis a Peugeot de faire évoluer et de décliner son modèle apparu pour la première fois dans une étude de 1977 ayant pour nom de code : M24. 

C'est finalement en 1981 que sortira le premier prototype 205 des ateliers Peugeot avant que la voiture de série ne soit commercialisée en 1982. 

A partir de 1983, la 205 est lancée en format 5 portes avec 5 versions différentes. C'est d'ailleurs à ce moment qu'apparaissent les motorisations diesel pour ce modèle. 

À la suite du lancement de la Peugeot 206 en septembre, la production de la 205 s'arrête, après seize années de carrière.

L'année 1984 marque un premier tournant pour la citadine puisque la première 205 GTI 1.6 est commercialisée dès le mois de mars. La 205 Turbo 16 sera proposée la même année à raison de 200 exemplaires qui servent à l'homologation en groupe B des vingt 205 Turbo 16 Evolution 1 qui gagne pour la première fois en championnat du monde de rallyes. 

En 1985, la GTI 1.6 est disponible en 125 chevaux sous forme d'un kit PTS (Peugeot - Talbot Sport) et la 205 Turbo 16 est titrée avec son pilote (Timo Salonen) au Championnat du Monde des Rallyes. On note alors l'arrivée de la 205 Turbo 16 Evolution 2 au tour de Corse tandis que la millionième 205 sort de l'usine de Mulhouse le 9 décembre à 17h20. 

Les années passent et se ressemblent pour la 205, les séries évoluent (sortie de la 205 automatic, sortie du cabriolet, la GTI 1.6 115 chevaux remplace la version 105 chevaux et la GTI 1.9 arrive au catalogue) pendant que la 205 T16 continue d'étoffer son palmarès et que la version Grand Raid remporte le Paris Dakar. 

Plus tard, la 205 abandonne ses "moteurs X" hérités de la 104 pour les "moteurs TU" qui sont plus modernes et issus de la Citroën AX. Les cylindrées sont exactement mais la consommation d'essence baisse. 

Après de nouvelles petites évolutions et modifications dans la gamme, la 205 Rallye est lancée en 1988. D'abord sous forme de série spéciale vendue à 5000 exemplaires, elle a ensuite été intégrée à la gamme normale suite à son succès commercial. Elle nécessitait très peu de préparation pour pouvoir être engagée en compétition. 

Les normes antipollution nécessitent un changement au niveau du moteur en 1993, les 205 s'équipent donc d'une injection électronique ainsi que d'un pot catalytique. Cette modification entraine l'arrêt des versions GTI 1.6 ainsi que des Rallyes 1.3. Cette mesure entrainera également progressivement l'arrêt des versions XS, GTI, CTI et Gentry. La gamme est donc épurée et surtout... Ne compte plus de sportives. 

En 1995, seuls deux modèles survivent encore : Sacré Numéro et Cabriolet. 

Finalement, la 206 vient prendre la relève de la mythique 205 en 1998 et Peugeot décide donc d'arrêter sa production quelques mois après... La carrière de la 205 aura duré 16ans. 

 

Cas de la 205 Cabriolet

La Peugeot 205 est un succès sur bien des plans, si bien que Peugeot se remet à penser à des versions atypiques, et notamment celle d’un cabriolet. C'est avec Pininfarina, designer historique de la marque, que le groupe découpe le toit de la 205 pour en faire un magnifique cabriolet, dont les études débuteront en 1984. Peugeot et Pininfarina travaillent main dans la main et partent sur la base de la 205 trois portes avec l’ordre de ne pas toucher au plancher ni à la partie avant de la voiture pour des raisons de coûts mais aussi pour faciliter l’industrialisation de la voiture.

Au final, la voiture est présentée en 1986 sous la forme d’un cabriolet à arceau avec quatre véritable places (ce qui est assez rare pour être souligné). Bien évidement, pour des raisons de rigidité, la caisse a été renforcée en de nombreux points, notamment au niveau des ancrages des fauteuils avant, ainsi qu’au niveau du réservoir d’essence. Dans le même esprit, les longerons sont eux aussi renforcés, tout comme les montants autour du pare-brise. La capote quant à elle est manuelle mais avec un maniement étudié pour être le plus simple possible.

La 205 Cabriolet est proposée tout d’abord en version CT avec un quatre cylindre essence de 1.360cm3 type XY8. Celui-ci est alimenté par deux carburateurs à simple corps et accolé à une boite à 5 rapports . L‘ensemble développe 80CV. La même année, Peugeot propose la 205 CTI, le cabriolet avec un moteur de 1.580cm3 et une finition de GTI.

En 1988, la 205 Cabriolet CJ remplace la CT. Elle est un mélange entre la 205 XR et la 205 Junior. Cette dernière avait de très bon chiffres de diffusion si bien que Peugeot décide d’équiper la CT de la finition de la Junior. Le moteur évolue, Peugeot place sous le capot un quatre cylindres en ligne essence de 1.360cm3 (type TU3) qui développe désormais 65 Chevaux. Côté performances, la 205 CJ affiche sur sa fiche technique un 162km/h en vitesse de pointe et 12,7 secondes pour le 0-100km/h. Ce même moteur développe 70Cv entre 1989 et 1991, puisse passe à 75Ch à partir de 1992.

Au printemps 1989, la finition « Rolland Garros » apparaît sur la cabriolet, une finition de luxe avec des équipements peu communs sur une petite voiture : cuir blanc pour les fauteuils qui reprennent le dessin de ceux de la GTI, des vitres électriques, une fermeture centralisée… Côté extérieur, le client n’avait pas le choix, puisque seul un vert métallisé était proposé avec des jantes alliages repris à la 205 XS. La version Rolland Garros marchera très bien, tout aussi bien en cabriolet qu’en coupé puisque, pour sa première année de commercialisation, plus de 3.500 205 Rolland Garros sont vendues…Par ce succès, la série Rolland Garros est réitérée à chaque printemps jusqu’en 1992.

Hormis cela, la Peugeot 205 CJ évolua peu après 1991, si ce n’est que le moteur TU3F2 de 75Ch est remplacé en 1993 par le TFU3M de la même puissance mais qui s’adapte à l’obligation d’être équipé d'un catalyseur. Un léger restylage est également intervenu en 1991 par lequel les clignotants deviennent blancs. A noter, enfin, que la 205 CJ se nomme 205 1.4 Cabriolet pour sa dernière année de commercialisation en 1995.

Source: Lautomobileancienne.com