Peugeot 404 -  East African Safari
Peugeot 404 -  East African Safari
Peugeot 404 -  East African Safari
Peugeot 404 -  East African Safari
Peugeot 404 -  East African Safari

Peugeot 404 - East African Safari

La Peugeot 404 "East African Safari" est un version de compétition destiné au rallye. L'Aventure Peugeot peut se féliciter d'une impressionnante liste de pe...

Peugeot

Histoire

Peuget 404 East African Safari 

La Peugeot 404 "East African Safari" est un version de compétition destiné au rallye. L'Aventure Peugeot peut se féliciter d'une impressionnante liste de performances de la Peugeot 404, tout particulièrement en Afrique de l'Est pour l'épreuve de "l'East African Safari". En effet la robustesse des 404 dans les différentes éditions de ce rallye, a grandement participé à la renommée du modèle.

Peugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African Safari

Ce modèle a notamment remporté l'édition 1967 de l'East African Safari. Cette version injection conserve les caractéristiques de la 404 et y ajoute des suspensions adaptées à la course. Des aménagements de protections et des renforts ont été installés pour que la lionne puisse s'adapter à cette course impitoyable.

Historique

Le rallye créé en 1953 sous le nom anglais "Coronation Safari" commémore le couronnement de la reine Elizabeth II. En règle générale, le rassemblement commençait à Nairobi au Kenya, et était composé de deux étapes distinctes: l'une vers l'Ouganda, l'autre vers le Tanganyika (plus tard la Tanzanie). L'événement couverait généralement environ 3000 miles, sur 5 jours, principalement sur des routes ou des pistes non revêtues.

Jusqu'en 1962, l'événement était clairement dominé par des véhicules allemands et jusqu'en 1956, aucun pilote étranger ne s'était testé lui-même sur cet événement. En 1956, le récent vainqueur du Tulip Rally, Maurice Gastonides, a tenté sa chance mais sans succès notable. A partir de 1957, beaucoup plus d'étrangers participent. L'événement a d'abord attiré l'intérêt d'une équipe d'usine en 1959, lorsque Ford UK a introduit un certain nombre de Zephyrs et que Rootes a utilisé trois Hillman Minxes.

Les pilotes étrangers ont relativement peu de succès par rapport aux pilotes locaux, qui connaissent la région et sont habitués aux conditions difficiles qu'ils bravent déjà au quotidien.

Le palmarès de la 404 à L'East African Safari :

- 1ère au classement général en 1961

- 1ère de sa catégorie en 1962, et 2ème au classement général

- 1ère place au classement général en 1963

- 1ère place en 1964

-  2ème place au classement général

- Triplé victorieux en 1966, 67 et 68

 

East African Safari 1963

Pour 1963, le Royal Automobile Club anglais a mis en place un trophée de rallye du Championnat du Monde pour les constructeurs, qui sera décerné à la marque marquant le plus de points dans 4 des 5 événements suivants: - Le East African Safari (ainsi renommé après l'indépendance du Kenya, pour une évidence pour des raisons politiques)

- Le Shell 4000 (Rallye Transcanadien),

- Le Marathon de la Route (Liège-Sofia-Liège)

- Le Rallye du Soleil de Minuit

- Le rallye RAC au Royaume-Uni

Différents pilotes étrangers ont relevé le défi en cette 1963 avec 8 équipes représentées. Les véhicules Peugeot n'étaient pas officiellement préparés en usine, mais soit par Marshalls (importateur Peugeot au Kenya), Tanganyika Motors dans ce pays, ou bien alors par des corsaires.

L'itinéraire était composé cette année là d'une route de 3189 miles à travers le Kenya, l'Ouganda et le Tanganyika. Les premières victimes peu de la courses ont été une VW et une 403, piégées juste après le départ par d'intenses d'orages. Peu de temps après, 6 autres voitures ont abandonné ou ont été exclues pour cause de retard excessif. Au quart de la course à Kampala, le vainqueur suédois du Rallye Monte Carlo, Erik Carlsson, sur une SAAB 92, était en tête. La boue sur les sections de Kampala était très épaisse, et Carlsson a eu la chance de passer avant qu'un nœud de voitures ne s'incruste, immobilisant tous les autres concurrents pendant de nombreuses minutes. De retour à Nairobi, à la mi-parcours, Carlsson était toujours en tête, avec une Ford Cortina en deuxième position, et trois autres Ford complétant le top cinq. À Nairobi, les 43 concurrents restants ont été contraints de prendre 12 heures de repos. Il était alors prévu que la deuxième moitié serait la plus difficile.

Erik Carlsson a eu une collision avec un fourmilier géant près du 3/4 de point, qui a endommagé la suspension avant de sa Saab, et a repoussé le moteur de 1,5 pouce. Il a continué pendant quelques minutes, jusqu'à ce que sa suspension avant se rabatte complètement sur lui. Les espoirs des autres concurrents ont été anéantis par l'incroyable boue, la raison la plus fréquente de l'abandon étant l'exclusion pour retard (time-barring). La deuxième place, Ford a percé un carter et s'est retiré avec une panne de moteur. Une berline 404 a alors pris la tête.

En raison des conditions extrêmes, une autre halte a été organisée près de Dar es Salaam. Sur le retour vers Nairobi, quelques abandons supplémentaires ont été enregistrés, mais l'équipage kenyan de Nick Nowicki-Paddy Cliff a tenu bon. Seules 7 voitures étaient encore en course, dont voici le classement à l'arrivée :

1 - Peugeot 404 (Nowicki-Cliff)
2 - Ford Anglia (Hughes-Young) 
3 - Mercedes-Benz 220 SEb (Cardwell-Lead)
4 - Fiat 2300 (Joginder et Jaswant Singh) 
5 - Peugeot 404 (Lionnet-Philip)
6 - Peugeot 403 (1300) (Jaffray-Bathurst)
7 - Rover P5 (Bengry-Goby)

Les constructeurs sont très surpris par le grand nombre d'abandon, la majorité des véhicules engagés ne terminera pas et l'hécatombe touche tous les constructeurs.

 

East African Safari 1964 et 1965

La Peugeot 404 East African Safari connaitra moins réussies aux éditions de 1964 et de 1965.

La stature internationale de la Safari n'a cessé de croître. En 1964, un assaut majeur sur cet événement a été fait par Ford UK. Finalement, une Cortina GT l'emporta. Erik Carlsson a terminé deuxième dans sa Saab Monte Carlo. Une 404 a néanmoins remporté la victoire en Classe D. 
L'année 1965 fut assez timide concernant les inscriptions internationales, avec principalement Ford et Citroën (avec neuf modèles DS19) en tête des constructeurs. Cependant, les héros locaux kenyans, Joginder et Jaswant Singh (ce dernier vit maintenant dans la région de Vancouver) ont remporté la victoire dans leur Volvo 544. Une 404 Injection a terminé deuxième derrière la voiture de Singh, et une des équipes africaines de Peugeot a remporté le trophée d'équipe. 

 

East African Safari 1966

En 1966, l'implication des équipes d'usine directement sponsorisées a diminué, mais Peugeot était bien représenté parmi les participants, au total 88 engagés se présenteront sur la ligne de départ.

Les leaders dès le début du rallye étaient Bert Shankland et Chris Rothwell, au volant d'une 404 Injection. Parmi les premiers à tomber, trois des Triumph 2000 à Dar es Salaam, en raison des inondations dans les montagnes. La dernière des Triumph a été bloquée à Nairobi à la mi-course. La Mercedes-Benz 230 d'Edgar Herrmann-Gerd Elvers s'est retirée avec un problème de pompe à huile pendant la première moitié. Les conditions difficiles de la première étape ont également fait disparaître la Datsun de Mr et Mrs Cardwell, une Ford Cortina GT, une 404 Injection et la Jeeves-Collinge Citroën DS 19, qui occupait alors la deuxième place.

L'eau profonde dans une partie de la jambe sud (première halte) était un problème majeur en particulier pour la plupart des Peugeot 404, car l'eau sableuse pouvait s'infiltrer dans les moteurs non scellés par le trou de la jauge (situé très bas, directement sur le bloc en 1960-1966 des 404). L'introduction d'eau et de sable dans le circuit d'huile a permis d'en retirer la plupart peu après les épisodes de gué profond.

L'injection 404 de Lionnet-Hechle a été forcée de dévier de sa trajectoire par d'autres voitures qui les bloquaient dans un trou de boue. Ce faisant, leur boîte de vitesses a heurté un rocher et son carter a été fissuré. La boîte endommagée s'est grippée plusieurs kilomètres plus loin.

La Mercedes-Benz 200 de Goode-Vincent est sortie de route au quart de la course environ en raison d'un problème de roulement du moteur. Il est intéressant de noter que la série 200, comme la 404, a un trou de jauge qui est particulièrement bas sur le bloc, et environ 6 pouces plus bas que le modèle 219. À certains endroits, l'étoile à trois branches décorant la calandre est complètement submergée, témoignant des conditions extrêmes auxquelles les concurrents étaient confrontés. L'huile moteur a alors été changée, mais sur les routes cahoteuses du retour vers Nairobi, le sable restant dans le carter a été remué, s'est infiltré dans le reste du moteur et a causé le grippage des roulements.

La deuxième moitié du rallye a été moins mouvementée, la plupart des abandons ayant eu lieu dans l'étape sud. Pendant tout ce temps, les 404 Injection de Shankland-Rothwell ont mené, ce qui est dû notamment à leur effort d'imperméabilisation très soigné avant le départ du rallye. 

Bert Shankland, après cette victoire, a déclaré : " J'ai participé à 8 Rallyes Safari, mais je n'ai jamais eu à courir dans des conditions aussi difficiles. Nous avons roulé dans la boue pendant des centaines de milles à la fois. A certains endroits, notre voiture nageait dans plus d'un mètre d'eau."

Peugeot malgré sa victoire a beaucoup souffert, le pourcentage de ses voitures engagées ayant terminé l'épreuve est épouvantable en 1966. Néanmoins, Peugeot a vraisemblablement beaucoup appris de cette expérience, car 1967 a vu l'introduction du tube de jauge à long col sur les 404 de série, un système largement éprouvé sur ce rallye.

 

East African Safari 1967

Lors de l'édition de 1967 Ford sort le grand jeu et engage ou soutient 21 équipages, on pouvait donc compter parmi les engagés :

21 Ford (dont 3 Lotus Cortinas)
12  Peugeot 404 Injection 
2 Peugeot 404 
6 Peugeot 204 
12 Volkswagen 
6 Datsun 
5 Alfa Romeo
5 Saab 
5 Volvo 
3 Toyota 
Triumph
2 Renault
2 Citroën 
2 Mercedes-Benz
1 Mini Cooper S
1 Lancia 
1 BMW 
1 Isuzu 

En tout il y eu 93 participants cette année là. Contrairement au précédentes éditions  du Safari, qui avait connu des précipitations incroyables, ce safari s'est déroulé dans des conditions totalement sèches. Le problème n'était donc pas tant les dangers lié à l'eau comme les fosses de boue, mais bien la poussière étouffante soulevée par les voitures.

Le troisième facteur, après la poussière et les bosses, était la surfaces de des routes, très aléatoire, faisant varier l'adhérence au fur et à mesure du parcours. Soderstrom et Palm ont mené le rallye pendant les trois premiers jours de l'étape sud, longue de plus de 1500 miles. Les observateurs locaux de la course ont été impressionnés par le dynamisme du duo suédois, mais se sont demandé s'ils ne forçaient pas trop sur les suspensions de leurs Cortina GT en signant des temps incroyablement rapides.

Dans ces conditions si difficiles, seul le premier équipage à s'élancer était exempt de poussière fugitive soulevée par les autres concurrents. C'est la Ford Cortina GT de Soderstrom-Palm qui s'est classée première.

Soderstrom, un pilote de rallye de renommée internationale, a pleinement profité de sa position lors des premières étapes du rallye, pouvant voir tous les dangers de la route et bénéficier d'un air pur pour les hommes comme pour la machine.

Parmi les premiers à abandonner, on retrouve le vainqueur de 1962 au volant d'une VW 1500. Après un long convoi poussiéreux, Tommy Fjastad tentait de passer à un endroit malencontreux, ratant un virage et dégringolant dans une des collines de Teita. Lui et son navigateur ont eu la chance d'échapper à leur voiture peu avant que le réservoir de carburant ne prenne feu après que leur voiture' se soit immobilisée sur un talus. La Datsun de Herrmann-Elvers a ensuite chuté et sera irréparable en raison d'un glissement de l'embrayage et d'une défaillance de la suspension au premier tiers du parcours. La seule Mini Cooper abandonna à peu près au même moment, d'une défaillance pour le moins fatale, celle du joint de culasse.

La seule voiture américaine de l'épreuve, une puissante Mercury Comet V8, qui, selon les observateurs "transportait un poids d'essence plus important que le poids total de certaines voitures complètes", a été endommagée par un coup sur la suspension avant gauche creusée par un profond nid de poule. La Lancia Flavia quant à elle n'a pas dépassé le troisième point de contrôle, et une Saab 96 ainsi qu'une 404 Injection se sont retirées peu après le checkpoint, après une sortie de route pour la 404. Une Citroën s'est retirée au tiers du parcours également en raison d'une défaillance de la suspension terminale. Une Alfa Romeo abandonna à cause d'un problème de biellette, et une des omniprésentes Cortina a également achevé sa course avant de pouvoir atteindre Dar es Salaam.

En revenant de Dar à Nairobi, c'est encore 14 autres voitures qui ont pris une retraite anticipée dans les montagnes d'Usambara. Un des dangers inattendu dans ces montagnes était le vandalisme, essentiellement des pierres jetées par des habitants mécontents sur les véhicules qui passaient. Plusieurs blessures causées par des éclats de verre ont alors été signalées. Certaines voitures ont même dû remplacer jusqu'à trois pare-brises dans cette seule région. 

Pendant ce temps, Soderstrom et Palm ont continué à mener, mais plusieurs concurrents locaux étaient à portée de volant, notamment une 404 Injection pilotée par les Tanzaniens Bert Shankland et Chris Rothwell, qui n'avait que 8 minutes de retard à la mi-course. 

Le triste record des pilotes étrangers dans cette épreuve a été confirmé à environ 100 miles au nord de Nairobi, sur l'étape nord du rallye. Le compteur kilométrique Tripmaster de la Cortina de tête n'a pas dû être correctement calibré, ou le navigateur a commis une erreur, car Soderstrom a plongé tête baissée dans une zone de travaux routiers qui était pourtant bien indiquée dans le road book. La suspension de la Cortina a été gravement endommagée et la voiture n'a pas pu poursuivre sa route. Shankland et Rothwell, effectuant un rallye très régulier et efficace, héritent alors de la première place. Deux Cortina (dont une Lotus), derrière la 404 Injection, se sont courageusement battues pour la première place, mais c'est bel et bien la 404, plus lente mais plus forte, qui remporta la bataille. 

Voici le classement des dix voitures de tête sur le 49 concurrents ayant terminé l'épreuve : 

1 - Peugeot 404 Injection (Shankland-Rothwell)
2 - Ford Lotus Cortina (Preston-Gerrish) 
3 - Ford Cortina GT (Hughes-Snyder) 
4 - Volvo 122 S (Joginder Singh and H. Sembi)
5 - Peugeot 404 Injection (Nowicki-Armstrong)
6 - Ford Cortina GT (Simonian-Huth) 
7 - Ford Cortina GT (Bianchi-Greder) 
8 - Peugeot 204 (Lionnet-Cliff) 
9 - Peugeot 204 (Jaffray-Hechle) 
10 - Peugeot 404 Injection (Din-Din) 

En tout, 11 des 12 Peugeot 404 injections inscrites ont été terminées, 1 des 2 Peugeot 404 non injectées et les 6 modèles 204 sont rentrées sans succès. En comparaison, seulement 9 des 21 Ford inscrites ont pu terminer cette course, un bilan particulièrement décevant pour le constructeur américain qui s'était tant impliqué dans cette édition. 

 

Sources : 

https://mecanicus.com/

www.peugeot-404.info

Images

Peugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African SafariPeugeot 404 -  East African Safari

Videos

Estimation

Utiliser notre technologie unique pour connaître le vrai prix de marché de sa voiture