Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Peugeot 601

La Peugeot 601 était une voiture haut de gamme produite entre 1934 et 1935. Peugeot n'est pas particulièrement spécialiste du haut de gamme, po...

Peugeot
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

La Peugeot 601 était une voiture haut de gamme produite entre 1934 et 1935. 

Peugeot n'est pas particulièrement spécialiste du haut de gamme, pour autant, la firme de Sochaux a réalisé quelques tentatives avec ses voitures à moteur six cylindres. Dans les années 1930, Peugeot tente de se diversifier et clôture sa série -01 avec la 601, suite aux succès commerciaux rencontrés par les 201 et 301.
Soucieux de s’adresser à une clientèle aisée, la marque Française présente les 401 et 601 tout juste avant le printemps 1934.

La 601 s’adresse donc à une clientèle fortunée sensible aux charmes des voitures à long capot, bien nécessaire pour accueillir le mécanique volumineuse du 6 cylindres.Sur le plan commercial cette voiture ne connaitra pas le succès attendu et poussera la marque à abandonner, pour un temps au moins, la fabrication de véhicules puissants et prestigieux.

Son lancement officiel eut lieu le 5 mai 1934 et marqua un tournant pour la marque. Il sera l'un des derniers équipés d'un moteurs six cylindres avant pratiquement 40 ans, cette motorisation ne réapparaissant qu'en 1975 avec la Peugeot 604.

La Peugeot 601, produite à près de 4000 exemplaires, ne sera construite que pendant 18 mois en une quinzaine de carrosseries différentes, dont certaines sont réalisées par des carrossiers indépendants. Il faut dire que l'apparition de la révolutionnaire Traction de Citroën a brutalement démodé la concurrence. Peugeot devra alors par la suite réagir rapidement en lançant le "Fuseau Sochaux", une nouvelle gamme au style aérodynamique original, avec les phares serrés sous la calandre.

 

Châssis

Le 601 se basait directement sur les modèles 201 et 301, mais le moteur six cylindres de la 601, plus grand et plus allongé, nécessitait un empattement plus long que les châssis de 201 et 301. À son lancement, la 601 était livrée avec deux empattements différents: 2 980 mm (117 pouces) pour la 601 "Normale" et 3 200 mm (126 pouces) pour la 601 "Longue". Comme toutes les autres Peugeot de l'époque, la 601 était équipée d'une suspension avant indépendante.

 

Carrosseries

Peugeot développe toute une gamme autours de la 601 et de ses deux empattements différents :

La 601C (pour Courte) à empattement court de 298cm proposait des carrosserie de type : 

- "Berline" quatre portes (berline / berline) (28 500 francs au printemps 1934)

- "Coach découvrable" (dont le cabriolet Eclipse) une carrosserie très rare car très peu produite, composée de deux portes, quatre places et d'un toit rétractable (34 000 francs à l'époque)

- «Roadster», célèbre biplace devenu une référence incontournable des réunions de passionnés et des «concours d'élégance». 

 

La 601L (pour Longue) à empattement long de 320cm pouvait accueillir des carrosseries de type :

 - une "limousine familiale", avec quatre portes et une banquette profonde combinée avec de grands espaces pour les jambes à l'arrière (31 000 francs à l'époque).

- une "Berline aérodynamique" avec quatre portes, un châssis profilé avec une queue fortement inclinée et une longueur totale supérieure à 5 000 mm (197 pouces),

- un "Coach Sport" avec deux portes et quatre sièges qui exploité l'empattement plus long pour prendre en charge un look simplifié. À partir de l'été 1934, il y avait une autre version longue à deux portes à quatre places répertoriée, appelée "Coach Profilė".

En tout, le catalogue Peugeot offrait 15 carrosseries différentes, chacune conçues directement par la marque. Néanmoins il était aussi tout à fait possible d'acheter un châssis nu et de le faire habiller chez un carrossier indépendant. C’est ainsi que Pourtout ou Meulemeester, entre autres, officieront sur cette base 601.

Pourtant cette multitude de variantes ne fera pas recette. La Peugeot 601 connait de faibles ventes, et divers éléments sont distinctement reprochés à 601 : l’habitacle était bien plus exigu que ses principales rivales, sa silhouette était trop proche des autres Peugeot, son prix d’achat était assez élevé (entre 28.000 et 39.750 Francs) et enfin ses performances sont bien trop timides pour une voiture haut de gamme.

 

Moteur

La longue histoire du six cylindres en ligne Peugeot est parfois tumultueuse. La première voiture équipée d’une telle mécanique arrive en 1908 avec la Type 105, une grosse Peugeot avec un moteur de 11,1 litres de cylindrée qui propulse la voiture à plus de 100km/h, une vitesse tout à fait considérable à cette époque. L’année suivante, la Type 105 est remplacée par une autre voiture à moteur plus modeste, un 3,3 litres mais toujours en six cylindres, une mécanique qui perdurera jusqu’en 1911. Après la première guerre mondiale, c’est la Type 156 qui représentera la lignée du six cylindres, qui est cette fois-ci un moteur sans soupapes. Faute de réussite, l’aventure du six cylindres s’arrêtera temporairement en 1923.

A la fin des années 1920, le six cylindres revient en force et se généralise en France, tous les grands constructeurs en proposent dans leur gamme. Peugeot suit le mouvement en 1928 avec deux modèles, la Type 183 « 12 Six » et la Type 184 à moteur sans soupapes latérales. Cette dernière connaitra une carrière discrète, mais la Type 183 fut une réussite avec plus de 10 000 exemplaires produits jusqu’en 1931.

A partir de 1931 en revanche, le six cylindres s’efface dans la gamme Peugeot, et c'est en Février 1934 que cette mécanique ré-apparaitra chez le constructeur Sochalien avec la Peugeot 601 ;  celle-ci est alors est équipée d’un moteur à soupapes latérales de 2,1 litres de cylindrée.

Le moteur six cylindres était malheureusement le talon d’Achille de Peugeot. Si cette mécanique a disparu du catalogue en 1931, c’est par manque de fiabilité. Mais Peugeot s’efforce de solidifier cette mécanique pour éviter toute récidive d’anomalies déjà connues, un travail qui fut récompensé par une fiabilité sensiblement accrue sur la 601.

Avec une puissance limitée et un poids relativement élevé, la voiture avait une vitesse maximale répertoriée entre 105 et 110  km/h (65 et 68 mph) La vitesse de pointe réelle variait selon la carrosserie montée. Le poids de la voiture, carrosserie comprise, évoluait en 1934 dans une fourchette entre 1180 et 1250 kg, et pouvait même atteindre les 1400 kg (3100 lb) pour certaines versions à empattement long.
Peugeot, pour "contrer" les performances limitées de la 601, préfère vanter la souplesse d'utilisation du modèle plutôt qu'une éventuelle sportivité. 

Enfin, la 601 était dotée d'une petite caractéristiques technique qui fit beaucoup parler. Son régulateur de température à commande thermostatique pour l'huile moteur fonctionnait avec une pompe à huile en redirigeant l'huile à travers ou à l'écart d'un échangeur de chaleur dans le radiateur, ce qui suscita bien des commentaires...