Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Renault R4

Renault 4 La Renault 4, également connue sous le nom de 4L (prononcer "Quatrelle" en français), est une petite voiture économique produite par le constructeu ...

Renault
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Renault 4

La Renault 4, également connue sous le nom de 4L (prononcer "Quatrelle" en français), est une petite voiture économique produite par le constructeur automobile français Renault entre 1961 et 1994. Il s'agit de la première voiture familiale à traction avant produite par Renault.

La voiture a été lancée à un moment où plusieurs décennies de stagnation économique faisaient place à une prospérité croissante et à une forte augmentation du nombre de propriétaires de voitures en France. Le premier million de voitures a été produit le 1er février 1966, moins de quatre ans et demi après le lancement. Finalement, plus de huit millions de voitures ont été construites, ce qui a fait de la Renault 4 un succès commercial en raison du moment de son introduction et des mérites de sa conception.

La Renault 4 était la réponse de Renault à la Citroën 2CV de 1948 : Renault ayant été en mesure d'examiner les avantages et les inconvénients de la conception de la 2CV. Citroën avait mis l'automobile à la disposition des personnes à faibles revenus en France, et en particulier aux agriculteurs et autres personnes vivant dans les zones rurales, pour qui la voiture était autant un outil de travail qu'un moyen de transport personnel. La 2CV avait été conçue dans les années 1930 pour être utilisée dans les campagnes françaises où le réseau routier était médiocre. La vitesse n'était pas une exigence. Les principaux avantages de la 2CV étaient une bonne conduite, une capacité utile sur les terrains accidentés, une carrosserie polyvalente pour le transport de charges et l'économie et la simplicité de fonctionnement. Mais à la fin des années 1950, la 2CV devenait obsolète.

En France, les routes de campagne avaient été améliorées et le réseau national d'autoroutes développé. L'agriculture se mécanise, les petites exploitations et les exploitations familiales pour lesquelles la 2CV a été conçue se font plus rares. La Citroën s'était également avérée populaire auprès des citadins, qui la considéraient comme un moyen de transport abordable et économique, mais le cahier des charges de la 2CV  rendait la voiture loin d'être idéale comme voiture de ville et, malgré les améliorations apportées, la 2CV de la fin des années 1950 n'atteignait qu'une vitesse maximale de 70 km/h. Son moteur était fiable et économique mais il était bruyant et offrait des performances médiocres. La suspension de la 2CV lui donnait une excellente tenue de route, une bonne adhérence et une bonne maniabilité, mais elle était mécaniquement complexe avec de nombreuses pièces qui nécessitaient un entretien régulier et une lubrification à des intervalles aussi bas que tous les 1600 km.

Au début de 1956, le président de Renault, Pierre Dreyfus, a lancé ce nouveau projet : concevoir un nouveau modèle pour remplacer la 4CV à moteur arrière et concurrencer la Citroën 2CV qui deviendrait une voiture pour tous, capable de satisfaire les besoins de la plupart des consommateurs. Ce serait une voiture familiale, une voiture de femme, une voiture d'agriculteur ou une voiture de ville.

La Renault 4 partageait de nombreux traits de design avec l'ancienne Citroën 2CV pour lui permettre de remplir le même rôle qu'une voiture utilitaire polyvalente, en particulier pour les habitants des régions rurales de France et d'autres régions du monde où les routes sont en mauvais état. Elle disposait d'une grande plate-forme structurelle avec une carrosserie séparée. Elle était dotée d'une traction avant, d'une suspension à long débattement entièrement indépendante et d'une direction à crémaillère. Sa carrosserie était simple et son équipement minimal, et elle disposait d'un grand espace pour le chargement ou les bagages et de sièges de "transats" facilement amovibles. Cependant, la Renault 4 a mis à jour ce concept de base avec un moteur quatre cylindres plus grand, refroidi par eau et doté d'un système de refroidissement étanche, offrant un raffinement et des performances bien supérieurs à ceux de la 2CV contemporaine, avec une vitesse de pointe de plus de 104 km/h. La suspension était constituée de barres de torsion qui ne nécessitaient aucun entretien régulier.

Renault a lancé la Renault 3 et la Renault 4 simultanément en juillet 1961. Les voitures partageaient la même carrosserie et la plupart des composants mécaniques, mais la R3 était équipée d'un moteur de 603 cm3 alors que la R4 était équipée d'un moteur de 747 cm3, ce qui plaçait la R3 dans la catégorie fiscale des 3CV alors que la R4 était dans la catégorie des 4CV.La puissance maximale réelle était de 22,5 CV pour la R3 et de 26,5 ou 32 CV pour la R4, selon le niveau de prix et le type de carburateur installé. 

Deux modèles de R3 et R4 sont apparus au Salon de l'automobile de Paris en 1961 sur un présentoir de démonstration spécialisé qui incorporait une route roulante irrégulière. Les visiteurs pouvaient s'asseoir à l'intérieur d'une voiture, qui restait intacte pendant que la suspension absorbait les bosses irrégulières de la route roulante. En 1962, Renault a utilisé la même présentation au Salon de l'automobile de Turin.

La version de base de la R3 était proposée à 40 francs de moins que la version la moins chère de la Citroën 2CV en 1961 et comportait des pare-chocs et une calandre peints, un tableau de bord simplifié, un seul pare-soleil, pas de lave-glace et pas de panneaux de porte intérieurs. La R4L avec ses six vitres latérales, son pare-chocs et sa calandre de couleur chromée, ainsi qu'un intérieur moins spartiate coûtait 400 francs (environ 8 %) de plus que la R4 avec ses quatre vitres latérales. Cependant, comme pour la Renault 4CV "Service" en 1953, les clients évitaient le modèle de base et en octobre 1962, la Renault R3 était abandonnée, ainsi que la version la plus basique de la Renault 4.

Une version "super" (portant la marque "de luxe" sur certains marchés d'exportation) avec vitres arrière ouvrantes et garnitures supplémentaires était également proposée. Les versions de luxe et super de la R4L ont reçu une version du moteur de la Renault Dauphine leur donnant une cylindrée de 845 cm3. Après le retrait du moteur R3 de 603 cm3, le modèle R4 de 747 cm3 a continué à être référencé avec un prix de détail recommandé d'entrée de gamme, mais les versions L à moteur légèrement plus gros ont été plus populaires. En 1965, Renault avait supprimé le "R" supplémentaire de ses noms de modèles : la Renault R4L était devenue la Renault 4L.

Les premières versions de la Renault R4 utilisaient les moteurs et les transmissions de la Renault 4CV. Le cahier des charges initial prévoyait une taille de moteur comprise entre 600 et 700 cm3, mais il n'y avait pas de consensus sur la question de savoir s'il fallait utiliser une unité à quatre cylindres ou suivre Citroën avec une unité à deux cylindres. La part de marché de Volkswagen augmentant rapidement en Europe et en Amérique du Nord, Renault a également envisagé sérieusement l'option d'un moteur boxer refroidi par air pour la future R3/R4, mais l'utilisation de l'unité existante refroidie par eau de la 4CV était une solution, en particulier compte tenu de la longue période de problèmes de démarrage rencontrés par la Renault Fregate, qui était alors la dernière tentative de Renault de développer un moteur innovant.Les moteurs existants étaient plus gros que ceux spécifiés par la direction pour la nouvelle 4CV, mais le constructeur automobile a remédié à cette situation en réduisant l'alésage de sorte que la capacité globale du moteur de base de la nouvelle R3 s'est avérée être de 603 cm3, ce qui correspond à la limite inférieure de la plage de 600 à 700 cm3 requise. Cependant, comme Renault produisait déjà la version 747 cm3 du moteur qui avait fait ses preuves dans la 4CV, il était logique de l'utiliser également dans ce qui serait à bien des égards le successeur de l'ancienne voiture. Ainsi, en 1961, la R3 avait un alésage de 49 mm et une course de 80 mm, tandis que la R4 recevait le moteur existant de 54,5 mm × 80 mm.

Renault a également conçu un système de refroidissement "scellé pour la vie", soutenu par un petit réservoir d'expansion sur le côté droit du compartiment moteur. Le système de refroidissement contenait de l'antigel destiné à permettre un fonctionnement sans remplissage ou autre intervention pendant toute la durée de vie d'une voiture, à condition d'éviter des températures ambiantes inférieures à moins 40 degrés.

Versions

Renault R4 - East African Safari

Renault R4 - Découvrable Heuliez

Renault R4 - Plein Air Sinpar

Renault R4 - Sixties

Renault R4 - Jogging

Renault R4 - GTL/Clan (R1128)

Renault R4 - Safari

Renault R4 - Parisienne

Renault R4 - Super (R1122/R1123/R1124)

Renault R4 - Export/TL (R1126)

Renault R4 - Limousine/Export (R4L - R1120)

Renault R4 - Berline (R1120)

Renault R4 - Fourgonnette (R2102/R2104)

Renault R4 - Limousine Luxe (R1120)

Renault R4 - Limousine Luxe (R1126)

Renault R4 - Fourgonnette (R2105/R2106)

Renault R4 - Fourgonnette/F4 (R2109/R2106)

Renault R4 - Fourgonnette longue/F6 (R2370/R2430)

Renault R4 - TL (R1123)

Renault R4 - TL/Savane (112C)

Renault R4 - F4 (R210B)

Renault R4 - Carte Jeunes

Renault R4 - Bye Bye

Articles

Aucun article n'est lié à cette fiche pour le moment

Commentaires

Vous devez être enregistré pour pouvoir commenter.

Se Connecter