Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 250 GT Lusso

La Ferrari 250 GT Berlinetta Lusso est une GT qui a été fabriquée par le constructeur automobile italien Ferrari de 1962 à 1964. Par...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 250 GT Berlinetta Lusso

La Ferrari 250 GT Berlinetta Lusso est une GT qui a été fabriquée par le constructeur automobile italien Ferrari de 1962 à 1964. Parfois appelée GTL, GT/L ou simplement Lusso, elle est plus grande et plus luxueuse que la 250 GT Berlinetta. La 250 GT Lusso, qui n'était pas destinée à la compétition automobile sportive, est considérée comme l'une des Ferrari les plus élégantes.

Fidèle à la "tradition" Ferrari de l'époque, la 250 GT Lusso a été conçue par le carrossier turinois Pininfarina et carrossée par Carrozzeria Scaglietti. Bien que l'habitacle soit plus spacieux que celui de la 250 GT, la 250 GT Lusso reste un coupé GT deux places, contrairement à la 250 GTE. La voiture a été fabriquée pendant seulement dix-huit mois, de 1962 à mi 1964, et a été le dernier modèle de la génération Ferrari 250 GT.

Histoire

Les salons de l'automobile sont souvent l'occasion pour les fabricants de présenter publiquement de nouveaux modèles. Ferrari l'a fait au Mondial de l'Automobile de Paris 1962 pour dévoiler, sous forme de prototype, la 250 GT Lusso. Le prototype était presque identique à la version de production, et seuls quelques détails mineurs ont été modifiés par la suite. 

Le nouveau modèle était un moyen pour Ferrari de combler un vide laissé entre la sportive 250 GT SWB et la luxueuse 250 GTE 2+2, la Lusso a répondu aux nouvelles exigences des années 60. En effet, les amateurs de conduite sportive de l'époque sont devenus aussi friands de design civilisé, c'est-à-dire confortable et spacieux, qu'ils l'étaient des voitures de sport radicales. Ferrari n'a pas lésiné sur les détails de la GTL, qui apparaît sur les balances ; le poids varie de 1 020 à 1 310 kg (2 250 à 2 890 lb), selon l'équipement. 

D'une brièveté inhabituelle pour un modèle Ferrari, la production de GTL a commencé en 1962 et s'est terminée en août 1964. Selon un expert américain de longue date sur Ferrari, Peter Coltrin, la construction de la 250 GT Lusso doit avoir commencé peu après la présentation du prototype du Mondial de l'Automobile de Paris.

Bien qu'elle ne soit pas destinée à la compétition, la 250 GT Lusso a fait quelques apparitions dans plusieurs événements sportifs en 1964 et 1965, tels que le Targa Florio et le Tour de France. L'itération finale de la série 250 GT, 351 exemplaires de GT Lusso ont été produits avant d'être remplacés par la Ferrari 275 GTB. ) Vendue à l'origine pour 13 375 $, la GTL s'est vendue en 2010 entre 400 000 $ et 500 000 $, et en 2013, sa valeur a approché le quadruple de ce chiffre.

Design

Utilisant certaines caractéristiques esthétiques et aérodynamiques des 250 GT et 250 GTO, Pininfarina a dirigé la conception de la 250 GT Lusso, considérée par beaucoup comme l'une des plus belles Ferrari jamais réalisées ; elle a attiré des personnalités de l'époque, telles que Steve McQueen et Eric Clapton.

Comme d'habitude, la société Carrozzeria Scaglietti était responsable de la fabrication de la carrosserie. La carrosserie était en acier, à l'exception des portes, du couvercle du coffre et du capot, qui étaient en aluminium. L'arrière de la carrosserie est équipé d'un petit spoiler intégré ; la 250 GTL devient la première Ferrari à incorporer de tels appendices aérodynamiques et se termine par un arrière Kammback abrupt.

La partie arrière est également caractérisé par une lunette qui descend vers la "queue" de la voiture. Les surfaces vitrées, y compris la lunette arrière et les custodes triangulaires, offraient une bonne visibilité. La 250 GTL était équipée de quatre phares ronds à l'avant, à l'exception de quelques versions, comme la première voiture d'exposition londonienne s/n 4335GT, utilisée par Battista Pininfarina lui-même, avec deux phares couverts et un nez allongé, comme sur les Ferrari précédentes. De nombreux détails de la carrosserie sont uniques à la Lusso 250 GT, comme l'évent rectangulaire placé sur le capot, les ailes incurvées et les pare-chocs chromés, qui étaient principalement décoratifs et placés verticalement sous les feux indicateurs.

Habitacle

Comme variante de la luxueuse 250 GT, la 250 GT Lusso disposait d'un habitacle spacieux, rendu possible par la position avant du moteur ; c'était un choix de design inhabituel à l'époque pour Ferrari, connue pour ses voitures de sport qui mettaient l'accent sur une répartition du poids avant et arrière. Comme la voiture n'était qu'une voiture biplace, il y avait un coffre assez spacieux avec une tablette de rangement, recouverte de cuir matelassé.

Si la 250 GT Lusso était une voiture de sport civilisée, elle était néanmoins "recommandée de préférence aux passagers jeunes et flexibles" en raison de la position fixe des dossiers de siège. Malgré cela, les pédales étaient réglables à 5 cm (2.0 pouces), comme dans les versions de compétition. La conception du tableau de bord, recouvert de cuir souple et noir, était inhabituelle ; le tachymètre, avec une zone rouge commençant à 8 000 tr/min, et l'indicateur de vitesse étaient placés au centre, légèrement inclinés vers le conducteur.  Cinq jauges supplémentaires ont été placées devant le conducteur, derrière le volant Nardi à trois branches en bois et en aluminium, placé presque verticalement.

Freins, châssis et suspensions

Contrairement à la 250 GTE "2+2" qui avait un empattement de 2,6 m (100 pouces), la GT Lusso était construite sur un empattement court de 2,4 m (94 pouces), identique à celui de la 250 GT Berlinetta. Le châssis a été repris de la structure tubulaire de la 250 GTO, mais avec des tubes plus étroits.  Le châssis pourrait, selon Brian Laban, auteur du Ferrarissime, " soutenir brillamment la comparaison avec celui des concurrents ". 

Au niveau des suspensions, la Lusso 250 GT était équipée à l'avant d'un double triangle et de ressorts hélicoïdaux, tandis que la suspension arrière comprenait un essieu moteur, des ressorts à lames, des ressorts hélicoïdaux concentriques semi-elliptiques et des amortisseurs télescopiques. Le freinage était assuré par des freins à disque à quatre roues à commande hydraulique, placés derrière les roues en aluminium poli Borrani à simple imitation, équipées de pneus Pirelli Cinturato CA67 185VR15.

Motorisation

La Lusso 250 GT/L utilisait un moteur V12 Colombo d'une cylindrée de 2 953,21 cc (3,0 L ; 180,2 po cu). Ce moteur développe une puissance de 240 ch (180 kW) à 7 500 tr/min et un couple de 242 N⋅m (178 lbf⋅ft) à 5 500 tr/min.  Elle a pu atteindre une vitesse maximale de 240 km/h (150 mi/h), devenant ainsi la voiture de tourisme la plus rapide de cette période, et n'a eu besoin que de 7 à 8 secondes pour accélérer de 0 à 100 km/h (0 à 62 mi/h). Certains composants, comme les soupapes et le vilebrequin, étaient dérivés du moteur de la 250 GT SWB, tandis que d'autres, comme les pistons et le bloc-cylindres, étaient dérivés de la 250 GTE. 

Le moteur était tout aussi "civilisé" que l'intérieur, puisqu'il n'était équipé que d'une seule culasse à cames en tête à travers le banc de cylindres, de deux soupapes à chaîne par cylindre et de trois carburateurs Weber 36 DCS à double barillet, alors que sur les modèles haute performance, les deux têtes et six carburateurs étaient utilisés.

Ce moteur V12 a subi d'importantes émissions de fumées lors de fortes accélérations et vibrations autour de 3700 tr/min. C'est la raison pour laquelle Steve McQueen, irrité par la fumée malgré des réparations persistantes du moteur, vendit sa 250 GT/L en 1967. La boîte de vitesses a également fait l'objet de plaintes parce qu'elle était trop haute.