Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 288 GTO - Evoluzione

Comme son nom l'indique, la Ferrari 288 GTO (Grand Touring Omologato) a été créée pour homologuer le modèle de la populaire classe de ra...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 288 GTO Evoluzione 

Comme son nom l'indique, la Ferrari 288 GTO (Grand Touring Omologato) a été créée pour homologuer le modèle de la populaire classe de rallye de groupe B. Le règlement stipule également qu'une fois les 200 exemplaires requis construits, 20 autres modèles " évolutifs " pourraient être construits avec un aérodynamisme plus agressif et une chaîne cinématique encore plus puissante. C'est avec cette "Evoluzione" développée avec le spécialiste Michelotto que Ferrari s'était fixé pour objectif de participer au Groupe B.

La 288 GTO de route était elle-même un développement de la voiture de compétition 308 GT/M également développée par Michelotto. Il s'agissait de la première Ferrari de série à huit cylindres dont le V8 était monté longitudinalement dans le châssis. Beaucoup plus adaptée à la course, cette configuration a été retenue pour la 288 GTO. Le châssis lui-même suivait les lignes familières de Ferrari et se composait d'un cadre spatial tubulaire en acier avec suspension à double triangulation et freins à disque ventilés aux quatre coins. La géométrie de la suspension a été optimisée pour répondre aux besoins de la compétition.

Ce qui distingue vraiment la 288 GTO de ses prédécesseurs, c'est son V8, le premier moteur Ferrari de série équipé de turbocompresseurs. Il a déplacé 2 855 cm3 pour s'assurer de pouvoir rouler dans la classe des quatre litres en prenant en considération le facteur d'équivalence de 1,4x pour les moteurs à induction forcée. En version standard, le V8 à quatre soupapes et à quatre arbres à cames par cylindre développe 400 ch. Grâce à des turbocompresseurs plus gros et à d'autres réglages du moteur, cette puissance a été portée à 650 ch dans les versions Evoluzione. Le V8 biturbo a été accouplé à une boîte de vitesses manuelle non synchronisée à cinq rapports.

Les partenaires de longue date de Ferrari, Pininfarina, ont été sollicités pour doter la voiture du Groupe B d'une carrosserie plus aérodynamique. Les lignes courbes ont été développées à partir du design des 512 BB LM et 308 GT/M précédentes. Seules la ligne du toit et les portes étaient encore clairement dérivées de la voiture de route 288 GTO. La carrosserie a été fabriquée dans des matériaux légers comme le Kevlar et la fibre de verre tandis que l'aile arrière proéminente a été fabriquée en composite de fibre de carbone. En conséquence, la 288 GTO Evoluzione achevée avait un poids à sec de seulement 940 kg.

Lors de la préparation de la première 288 GTO Evoluzione, en 1985, les voitures du Groupe B ont fait l'objet d'un examen de plus en plus minutieux parce qu'elles étaient trop rapides pour être utilisées en toute sécurité dans les rallyes et ont même reçu le surnom de "Killer Bees". La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est l'accident mortel d'Henri Toivonen au Tour de Corse en 1986 dans une Lancia Delta à moteur central. L'instance dirigeante du sport n'a eu d'autre choix que d'interdire le Groupe B et à partir de 1987, le Championnat du Monde a été organisé pour les voitures du Groupe A, toutes plus dociles les unes que les autres.

Ferrari avait prévu que la 288 GTO Evoluzione soit utilisée principalement dans les épreuves sur asphalte du Championnat du Monde par des équipes privées. Avec l'annulation du Groupe B, l'Evoluzione a effectivement perdu son objectif et le développement de la voiture de compétition a été arrêté. A cette époque, six exemples ont été construits ; un en utilisant un châssis GTO 288 existant et cinq autres à partir de zéro. Il s'agissait de prototypes qui ne faisaient pas partie de la série de production de 20 voitures destinée aux clients potentiels. Inutile de préciser que ces voitures n'ont jamais été construites.

Le programme 288 GTO Evoluzione n'avait en aucun cas été un exercice futile à partir du modèle du 40e anniversaire de Ferrari, la F40. Utilisant une transmission similaire, la F40 arborait également une version adoucie du design aérodynamique de l'Evoluzione. Lorsque les travaux de développement ont finalement été achevés, Ferrari a vendu plusieurs des 288 prototypes GTO Evoluzione à ses clients les plus importants comme Jacques Swaters, Pierre Bardinon ou le Sultan de Brunei. Il est encore très rare de les voir, mais on pense qu'elles existent encore, malgré le fait qu'on n'en connaisse que 3.