Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 335 S - Scaglietti Spyder

Descendant direct de la 315 S, la 335 S a fait ses débuts à l'infâme Mille Miglia 1957 avec Alfonso De Portago qui remplaçait à la dernière minute un...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 335 S 

Descendant direct de la 315 S, la 335 S a fait ses débuts à l'infâme Mille Miglia 1957 avec Alfonso De Portago qui remplaçait à la dernière minute un Luigi Musso malade au volant. La voiture se trouvait en troisième position lorsque la tragédie a frappé près de Guidizzolo, tuant De Portago, son copilote Edmond Nelson et 14 spectateurs. Le barrage de protestations qui a suivi a mis fin à l'ère de la course sur route à grande vitesse en Italie. La 335 S a également participé aux 24 heures du Mans, tournant dans le tour le plus rapide avec une moyenne de plus de 120 mph. De plus, elle a pris les deux premières places au 1000 km vénézuélien, contribuant ainsi à la victoire de Ferrari dans le Championnat du Monde Constructeurs.

Histoire 

Dans les années 1950, les moteurs V12 utilisés par Ferrari étaient de type Colombo (bloc court) ou Lampredi (bloc long), à quelques exceptions près. Ces deux moteurs à arbre à cames en tête ont fait leurs preuves dans les voitures de sport et les courses de GT, assurant des victoires dans toutes les grandes courses. Au milieu de la décennie, une nouvelle génération de machines beaucoup plus performantes a été mise au point, avec en tête d'affiche la Maserati 450S équipée d'un moteur V8 à quatre cames extrêmement puissant. En même temps, le département d'ingénierie de Ferrari a été renforcé par le légendaire Vittorio Jano, qui était venu de Lancia avec les voitures de Formule 1 D50. Sous sa direction, les jeunes designers Vittorio Bellentani, Alberto Massimino et Andrea Fraschetti développent le moteur Colombo V12 pour la saison 1956.

Au cours de la saison précédente, Ferrari avait principalement aligné des pilotes de course à moteur quatre et six cylindres, ce qui s'est avéré peu fiable, surtout dans les grandes cylindrées. C'est pourquoi les hommes de Jano se sont tournés vers la configuration V12 pour leur nouveau moteur. Au lieu de leur donner le temps de développer correctement les moteurs, Ferrari a insisté pour qu'ils soient sur le terrain dès que les travaux seraient terminés. Les premiers à sortir de l'atelier étaient quatre 290 MM, équipés d'une version longue course du moteur Colombo de 3 litres. Ces machines de 3,5 litres ont connu un succès immédiat, remportant à la fois le Grand Prix de Suède et le Mille Miglia en 1956. Pour Le Mans, Ferrari se tourne à nouveau vers les machines à quatre cylindres et les quatre 290 MM sont vendues aux corsaires à l'automne 1956.

Le remplacement de la 290 MM pour 1957 était une machine tout à fait plus sophistiquée. Alors que la cylindrée de 3,5 litres a été conservée, la Type 130 V12 a été montée sur les nouvelles têtes sport de la'290 S' à deux arbres à cames. Respirant à travers six carburateurs Weber massifs à double arbre à cames en tête, le nouveau moteur a produit une puissance louable de 330 ch. C'était encore bien loin des 400 ch revendiqués pour la 450S de Maserati. Comme ses prédécesseurs, la 290 S utilisait un châssis à échelle tubulaire avec suspension avant indépendante, un essieu arrière DeDion, des freins à tambour et une élégante carrosserie biplace de conception Scaglietti. Deux de ces machines se sont alignées pour l'ouverture de la saison à Buenos Aires en janvier, mais aucune des deux voitures n'a réussi à atteindre l'arrivée. De retour en Italie, la cylindrée des moteurs à quatre cames a encore été portée à 3,8 litres (une cylindrée unitaire de 315 cc).

Pour la prochaine manche du championnat du monde à Sebring en mars, une toute nouvelle 315 S a été construite et l'une des voitures courues en Argentine a été modernisée pour devenir la dernière version 360 ch. Les trois voitures étaient en lice, mais n'ont pu faire mieux que quatrième, sixième et septième dans une course dominée par Juan Manuel Fangio dans sa 450S. Pour la Mille Miglia, une autre 315 S a été construite et la première 290 / 315 S a reçu encore plus de travail et son moteur a été augmenté à un peu plus de 4 litres ; elle était maintenant connue comme la 335 S. Ferrari a également construit une toute nouvelle 390 ch 335 S pour rejoindre les deux 315 S et celle 290 / 315 / 335 S dans les quatre voitures Works team. Aux mains d'Alfonso de Portago, ce dernier a subi un terrible accident mortel, qui a effectivement mis fin aux Mille Miglia. Les deux voitures de 3,8 litres ont eu plus de succès, terminant première et deuxième. C'était le bref point culminant de la carrière de ces machines de pointe, puisque les voitures de sport à partir de 1958 étaient limitées à trois litres.

Les machines survivantes ont été vendues aux États-Unis, où les courses de voitures de sport n'étaient toujours pas soumises à des limites de déplacement. Avec la Maserati 450S, également obsolète en Europe, les Ferrari, extrêmement puissantes, ont combattu avec succès les puissants Specials américains à moteur V8. Ferrari n'avait pas tout à fait renoncé à la conception à deux cames et a fait construire une voiture de trois litres, qui a été courue à Spa en 1958. Elle n'était pas sensiblement plus rapide que la 250 TR à une came mais aussi moins fiable, elle a donc été abandonnée après une seule course. En raison du succès des voitures quad-caméras dans la saison 1958, Ferrari a construit deux autres voitures pour le marché américain, en utilisant des moteurs de rechange. L'un d'eux a utilisé le moteur de la Mille Miglia de 1957 et a été baptisé 412 MI ou 412 S. L'autre a été simplement surnommé 335 S et livré au North American Racing Team (NART) de Luigi Chinetti à la fin de 1958 habillé d'un corps Scaglietti à ponton. Tous deux ont couru pendant un certain temps en Amérique du Nord avec des résultats mitigés.

Production & Châssis 

Quatre 335 S sont sorties de l'usine Ferrari. 

Châssis : 0674
A l'origine, il s'agissait d'une 315 S, le châssis 0674 a fait ses débuts sur la Sebring 12 Heures de 1957. Les pilotes d'usine Peter Collins et Maurice Trintignant ont terminé sixièmes au classement général. Wolfgang von Trips a ensuite conduit la voiture à la deuxième place du Mille Miglia derrière la voiture sœur victorieuse. La voiture a été portée à la spécification 335 S et courue par l'équipe d'usine avec peu de chance au Mans et dans le Grand Prix de Suède. De retour à l'usine, il a été équipé de défenses de ponton pour améliorer le freinage avant d'être envoyé au Venezuela. Mike Hawthorn et Luigi Musso l'ont ensuite utilisé pour se classer 2e au classement général du 1000 km de Caracas. En fin d'année, le châssis 0674 a été vendu au distributeur américain Luigi Chinetti. Il a aligné la voiture de Stirling Moss dans le Grand Prix de Cuba 1958 où il a dûment remporté la course raccourcie. Il a ensuite été couru par Gaston Andrey, qui, avec Lance Reventlow de Scarab renommée, a remporté la Road America 500. Après la saison 1958, la voiture a disparu de la vue pendant une décennie, puis en 1969, elle a rejoint la fantastique collection du Mas du Clos de Pierre Bardinon. La voiture a maintenant été confiée par sa succession à la Vente Rétromobile d'Artcurial en 2016 où elle devrait être vendue pour 28-32 millions d'euros. 

Châssis : 0674

Détruite à Autodromo en 1957.

Châssis : 0700

Châssis : 0764
Le châssis 0764 était la quatrième et dernière Ferrari'335 S' construite. Construit spécialement pour les courses sur route américaines populaires, il a été achevé à la fin de 1958. Il se distingue par sa carrosserie de type " aile de ponton ", plus couramment utilisée pour la 250 TR à petit moteur. La différence la plus remarquable est le panneau de carrosserie allongé derrière la roue avant gauche pour fournir un refroidissement supplémentaire au moteur massif. Cette quad-caméra V12 a été officiellement évalué à 390 ch, mais les chiffres bien au-delà de 400 ch sont plus proches de la vérité. Peu de temps après son achèvement, 0764 a été expédié à l'homme de Ferrari aux États-Unis, Luigi Chinetti. Il vendit la voiture au corsaire Alan Connell, qui montra la féroce Ferrari au Salon de l'auto de New York en 1959 avant une saison complète de courses. Connell a enregistré des résultats notables, dont deux victoires dans des courses mineures. Au cours de la saison 1960, le moteur est tombé en panne et la voiture complète a été retournée à Ferrari pour une reconstruction complète. Pendant que le moteur était réparé à Maranello, la voiture a été renvoyée aux États-Unis. Pendant près de deux décennies, le châssis et le moteur ont été séparés jusqu'à ce qu'ils soient réunis par Robs Lamplough, alors propriétaire. Il a couru la voiture dans des épreuves historiques pendant un certain temps, mais une fois de plus, le moteur compliqué a laissé tomber 0764. Entièrement réparée, Lamplough a offert la voiture pendant la " bulle " au début des années 1990 et a remarquablement refusé une offre de 9,0 millions de dollars pendant une vente aux enchères Christie's. Lamplough a finalement vendu la voiture au collectionneur américain William Bauce pour environ 3 millions de dollars en 1993. Il a montré et couru la voiture à une variété d'événements comme le Mille Miglia et Pebble Beach Concours d'Elegance au cours des années suivantes. Il a ensuite été entièrement restauré avant de rejoindre une collection japonaise pour un bref passage. En 1998, il a été acquis par le collectionneur américain Bruce McCaw. Il a également montré la voiture à Pebble Beach et l'a pilotée à plusieurs éditions des Monterey Historic Races. Fin 2013, il a de nouveau changé de mains. Maintenant entre les mains des Autrichiens, il a été présenté à la Cavallino Classic 2014 avant d'être confié à Paul Russell pour une restauration complète. Beaucoup de temps a été consacré à l'utilisation de la bonne couleur bleue lorsque la voiture a d'abord été pilotée par Alan Connell. La restauration a finalement été achevée à temps pour le Concours d'Elégance de Pebble Beach de 2017 où le 70e anniversaire de Ferrari a été célébré. Le travail impressionnant de Russell a été récompensé par un prix du meilleur de sa catégorie.